Le gérant TJ Stanton a confirmé avoir mis sous contrat deux joueurs de l’édition 2018 en vue de la prochaine campagne. Le lanceur Chris Murphy (LS-2) et le receveur Anthony Hermelyn (LS-2) s’ajoutent à la formation de Stanton.

Murphy en sera à une troisième saison en Mauricie. En 2018 le grand athlète de six pieds quatre pouces avait compilé une fiche de 11 victoires et cinq défaites en plus d’une moyenne de points mérités situés à 3,47. L’artilleur de 26 ans avait également amorcé 17 matchs au monticule pour les Aigles en 2017, affichant un dossier de trois gains et sept revers.

« Je suis très excité d’être de retour à Trois-Rivières pour une troisième saison. L’organisation, mais surtout les partisans a rendu cette décision évidente. Je me suis toujours senti comme chez moi ici et je ne veux qu’une chose : remporter un championnat pour cette merveilleuse ville », mentionne l’ancien choix de 24e ronde des Astros de Houston en 2015.

« Il s’agit d’un très gros retour pour notre équipe. Murphy ne cesse de s’améliorer, il était un des lanceurs dominants du circuit l’an dernier et il n’a pas atteint son plein potentiel », souligne le gérant des Aigles.

Un receveur sous contrat

Le receveur Anthony Hermelyn est également de retour dans la cité de Laviolette. Le meilleur ami du lanceur passera un deuxième été dans l’uniforme des Oiseaux.

Hermelyn a été un choix au repêchage des Astros en 2015, qui l’avait sélectionné au quatrième tour.

L’an dernier, il a œuvré pendant 457 manches et deux tiers derrière le marbre ne commettant que cinq erreurs. En attaque, il a obtenu quatre coups de canon et 33 points produits en 85 rencontres.

« Nous étions à un match d’atteindre la série de championnats l’an dernier. Je veux utiliser tout le bagage d’expérience que je suis allé chercher l’an passé et devenir meilleur cette année », soutient l’athlète de 25 ans.

« Hermelyn a été très surpris par le calibre qu’offrait la ligue Can-Am. Il a appris de ses erreurs et se prépare comme un vrai professionnel. Il est excellent avec nos lanceurs et c’est un grand leader dans le vestiaire », poursuit l’architecte de la formation trifluvienne