Trois jours après sa victoire face Yesenia Gomez, Kim Clavel peine toujours à y croire. La nouvelle championne du monde des mi-mouches du WBC a travaillé d'arrache-pied pendant une décennie pour atteindre son objectif.

Vendredi soir au Casino de Montréal, Clavel a realisé son rêve en devant devenant championne du monde de boxe. Elle est venue à bout de Gomez par décision unanime des juges, qui ont remis des cartes de 100-90, 99-91 et 99-91 en faveur de Clavel (16-0). 

« Je me pince encore! Je me demande 'Est-ce que je suis vraiment rendue championne du monde?' C'est un sentiment incroyable, il y a tellement de travail en arrière de ça », a mentionné Clavel dans une entrevue sur le plateau de Sports30

La boxeuse de 31 ans est passée à l'histoire vendredi. Elle est devenue la deuxième championne de l’histoire de la boxe féminine québécoise après Marie-Ève Dicaire. Le chemin pour atteindre ce but ultime a toutefois été sinueux, alors que son combat a été reporté à trois reprises.  

« Cette victoire-là est vraiment gratifiante. Il y a eu des épreuves et mon équipe et moi avons dû faire preuve de beaucoup de résilience. »

« La boxe c'est un sport de répétitions et nous avons au moins été en mesure de profiter de ce temps supplémentaire pour nous améliorer, progresser et ça nous a servit dans le ring », a-t-elle ajouté. 

Le promoteur du groupe GYM, Yvon Michel, a lancé beaucoup de fleurs à la boxeuse, qualifiant même son combat de vendredi de « l'un des meilleurs de la boxe québécoise. »

« J'ai grandi en écoutant les combats de Lucian Bute. J'ai eu la chance de m'entraîner à ses côtés et c'est une de mes idoles. De savoir que je fais maintenant partie de cette grande liste de champions québécois à ses côtés, c'est quelque chose. »

Avec cette victoire, Clavel deviendra une inspiration pour beaucoup de gens au Québec. La championne du monde a envie de prendre son rôle à coeur et d'inspirer la population. 

« J'ai envie de prendre ce rôle-là à coeur et d'inspirer la nouvelle génération. Je veux continuer de pousser les limites et d'ouvrir les barrières. On voit beaucoup plus de femmes dans les gyms depuis 2012, alors que la boxe est aux Jeux olympiques. On peut se permettre de rêver, mais on peut également se permettre de se réaliser. »

Clavel pourra maintenant profiter d'un repos bien mérité. Plusieurs options sont sur la table pour le prochain combat de la Québécoise. Une revanche face à Gomez pourrait être une possibilité et Clavel n'a pas de doute ; elle sera fin prête pour le prochain défi qui l'attendra.