Samedi prochain, l’UFC débarque à Paris pour la première fois de son histoire. Ce sera l’occasion de voir en action le Québécois Charles « Air » Jourdain qui montera dans l’octogone pour une deuxième fois cet été.

Jourdain a soif de vengeance depuis sa défaite contre Shane Burgos par décision majoritaire, le 16 juillet dernier à New York. Une décision qui avait fait couler beaucoup d’encre en raison de sa performance étincelante lors du dernier round. Il conserve tout de même de bons souvenirs.  

« Je pense que c’est le combat que j’ai le plus aimé de ma carrière et ce, malgré le revers. J’étais tellement connecté avec la foule, c’était l’un des plus beaux moments de ma vie. Je veux recréer ça à Paris », a révélé Jourdain lors d'une entrevue avec notre collègue Benoit Beaudoin.

« Je ne suis pas quelqu’un qui chiale, je préfère avancer c’est pourquoi je me bats beaucoup dans l’octogone. À Paris, ce sera déjà mon dixième combat en trois ans à l’UFC. Je suis très actif. Si tu t’entraînes pendant huit mois, je ne pense pas que ça va t’aider dans ta carrière. Je crois que plus tu te bats, plus tu vas être fort. »

C’est en suivant cette philosophie que le combattant de 26 ans va remontrer dans l’octogone contre Nathaniel Wood, seulement sept semaines après sa dernière sortie. À Paris, Jourdain compte montrer aux gens tout le travail qu’il a accompli depuis sa défaite contre Burgos.

« J’aime faire des coups de pied pour faire du dommage, mais je termine toujours les gars avec les mains. Ce combat va être accentué sur le volume avec les mains », a révélé Jourdain qui décrit son prochain rival comme un combattant très rapide et très sec.

Le Québécois ne voulait d’ailleurs rater contre rien au monde cette première française de l’UFC où il risque de se sentir un peu comme à la maison.   

 « Je ne suis pas aussi grand au Québec que je le suis en France, c’est très surprenant, mais c’est génial de voir qu’il y a autant de médias et d’appréciation envers un petit Québécois »

Au terme de son combat contre Shane Burgos, Charles Jourdain a reçu les félicitations du président de l’UFC Dana White, une marque de reconnaissance qui ne l’a pas laissé indifférent.

 « Ça à créer de la zizanie. C’est rare que Dana White aille voir le perdant et non le gagnant au terme d’un combat. Il m’a dit que mon stock avait grandi. Mes médias sociaux ont explosé. Tout a pris de l’expansion. »  

John Makdessi vieillit comme le bon vin