Ceux et ce qu'il faudra surveiller lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, quatrième manche du Championnat du monde de Formule 1, sur le circuit de Silverstone de vendredi à dimanche, toujours à huis clos.

Crise chez Ferrari?

La monoplace 2020 de la Scuderia n'est pas compétitive. Le constat sans appel est venu du grand patron lui-même, John Elkann, président du groupe Fiat Chrysler, qui détient la marque au cheval cabré. Seulement 5e au classement provisoire du championnat constructeurs après trois courses et déjà à 94 points derrière Mercedes, la Scuderia a du souci à se faire et la pression pèse sur les épaules de Mattia Binotto, son responsable.

Pour l'instant, la seule mesure correctrice est un, petit, remaniement de l'équipe technique. Mais si les mauvais résultats continuent, Elkann en demandera peut-être d'autres. Et avec un Sebastian Vettel qui n'a plus grand chose à espérer car il sait qu'il va partir l'an prochain, l'ambiance est lourde chez les rouges.

McLaren rattrapé par Racing Point?

Révélation des deux premiers Grand Prix de la saison en Autriche, l'écurie britannique a nettement marqué le pas en Hongrie et n'a plus qu'un petit point d'avance sur sa rivale Racing Point. Le jeune Lando Norris voit aussi sa 4e place au championnat menacée par Alexander Albon (Red Bull) et Sergio Perez (Racing Point). Il faudra redresser la barre à Silverstone pour confirmer les promesses du début du championnat.

Les Racing Point de leur côté se sont montrées très rapides en Hongrie et bénéficient de leur « similitude » avec la Mercedes qui a remporté le championnat l'an passé avec Lewis Hamilton. L'écurie du milliardaire canadien Lawrence Stroll affirme qu'elle n'a rien à craindre des plaintes de Renault à son encontre mais l'épée de Damoclès d'une éventuelle sanction pèse sur elle.

Renault distancée?

L'écurie française n'est que 6e au championnat et voit le milieu de peloton s'éloigner. Elle annonce des améliorations techniques à Silverstone qui lui seront bien nécessaires si elle veut recoller. 8e en Hongrie, l'Australien Daniel Ricciardo a montré que la monoplace jaune et noire a des ressources mais de là à engranger des gros points il y a encore une grosse marche qu'essaiera également de franchir la nouvelle recrue française Esteban Ocon, discrète depuis le début de l'année. Et tout cela en attendant le retour de Fernando Alonso l'an prochain.

Romain Grosjean à la peine

Le Français affiche toujours un score vierge au championnat et c'est son coéquipier danois Kevin Magnussen qui a ramené le premier point de la saison à l'écurie américaine Haas en Hongrie. A l'heure où les contrats se négocient pour l'an prochain, Grosjean, 34 ans, pourrait avoir des raisons de se faire des soucis pour son avenir en F1.