MONTRÉAL – Danny Maciocia a eu l’honnêteté de résumer la performance des siens comme on allait la décrire : « La réalité, c’est qu’on ne s’est pas présentés. Et on a payé pour... »

 

Les Alouettes de Montréal ont la fâcheuse habitude de se tirer dans le pied. C’est arrivé de nouveau dans cette rencontre avec quatre revirements, mais c’était surtout dérangeant de constater le manque d’intensité et de désir de l’équipe.

 

Normalement, la formation montréalaise affiche beaucoup plus de conviction.

 

« C’est décevant, il faut se poser des questions là-dessus. Quand on fait un mauvais jeu, il faut pouvoir rebondir et garder un bon niveau d’énergie », a répondu le maraudeur Marc-Antoine Dequoy.

 

« Je ne pense pas qu’on sentait qu’on pouvait revenir dans ce match et voilà ce qui me dérange le plus. On devrait se dire que chaque semaine est un défi. Eux aussi se font payer, ce sont des athlètes fiers et bien dirigés », a commenté Maciocia, le directeur général et entraîneur-chef par intérim.

 

L’hypothèse la plus facile demeure de croire que les Alouettes croyaient vaincre Ottawa sans trop de misère.

 

« Je ne sais pas, mais si c’est le cas, c’est décevant. On a mal réagi dans tout ça », a déduit Maciocia qui se grattait encore plus la tête étant donné qu’il fallait se méfier d’Ottawa qui pouvait revenir dans la course.

 

Même s’il avait eu le temps de prendre sa douche avant de rencontrer les médias, le receveur Eugene Lewis digérait encore mal la frustration de cette partie.

 

« Chaque partie est importante, il faut vouloir la victoire plus que nos adversaires », a-t-il insisté.

 

« Il faut croire en nous et on ne peut pas se tirer dans le pied comme ça. On prend notre élan et ensuite on leur en donne avec ce match. Il faut cesser les montagnes russes et ça nous a rattrapés dans ce match », a ajouté Lewis alors que les Alouettes venaient de gagner deux matchs consécutifs.

 

Si les Alouettes veulent accéder aux éliminatoires et exposer du football de grande qualité, comme l’équipe prétend pouvoir le faire, c’est impératif de vaincre Ottawa. Et encore plus dans le cadre d’un match à domicile.

Rouge et Noir 38 - Alouettes 24

 

« Ça fait partie du défi de devenir une bonne équipe au fil de la saison. On doit atteindre le niveau auquel on aspire. […] Je me rappelle que, les deux fois que je me suis rendu à la coupe Grey, notre équipe avait eu à surmonter des embûches », a réagi Trevor Harris après une prestation difficile.

 

Malgré tout, c’était inévitable de songer aux distractions à l’extérieur du terrain. Lewis a été le plus transparent à cet égard.

 

« Ça va toujours avoir une incidence, mais ce n’est pas la raison de notre défaite. Je suis ici depuis six ans et j’ai presque tout vu. Je suis donc habitué de simplement jouer, mais il faut guider les jeunes dans ce sens, ils sont moins habitués. Peu de personnes ont vécu autant de choses dans une équipe en une semaine. Mais ce n’est pas une excuse, car on ne devrait pas être sur le terrain sinon. Quand tu joues, tu ne devrais pas penser à ça », a conclu Lewis avec la maturité d’un meneur.