Le moins que l’on puisse dire est que l’Américain Bryson DeChambeau ne laisse personne indifférent. Le golfeur au style unique a repoussé toute attaque du revers de la main lors de la ronde finale du tournoi Northern Trust qui a pris fin dimanche après-midi, au New Jersey. Il a finalement remporté le premier tournoi des séries de fin de saison par une marge de quatre coups devant son compatriote Tony Finau.

Bryson DeChambeau nage à contre-courant et est connu sous le sobriquet " the mad scientist ". Il faut dire qu’il a une approche bien différente des autres golfeurs professionnels et qu’il étudie tous les aspects du jeu d’un angle scientifique. Les joueurs du circuit PGA Tour aiment bien le taquiner et tentent souvent de lui poser des questions pour le mettre en boîte; ils ont plutôt droit à des réponses intelligentes qui les laissent bouche bée et qui les forcent à décortiquer les mots scientifiques que DeChambeau emploie lors de certaines réponses.

Bryson DeChambeau possède un style particulier et intrigant à la fois. La longueur des tiges de tous ses fers est identique et correspond à la longueur d’un fer 6. L’exécution de son élan s’effectue sur un seul plan, tant à l’aller qu’au retour, et il arme à peine ses poignets la plupart du temps. Il mentionne qu’il doit travailler deux fois plus fort que les autres pour obtenir du succès et on peut le croire sur parole, car personne ne passe plus de temps que lui au terrain d’exercice. Pour DeChambeau, rien n’est laissé au hasard; s’il rate un coup important lors d’un tournoi, il passera des heures à le pratiquer lors des jours suivants jusqu’à ce qu’il soit pleinement satisfait du résultat...oui, on peut qu’il est perfectionniste jusqu’au bout des doigts.

Fort de trois victoires sur le circuit avant d’atteindre ses 25 ans, il joint un club très sélect, incluant les Jack Nicklaus Tiger Woods, Justin Thomas, Rory McIlroy et Jason Day pour n’en nommer que quelques-uns. Le talent est bel et bien présent et sa façon de faire et d’analyser un parcours sort de l’ordinaire.  J’en suis à me demander quelle influence il pourrait avoir sur le monde du golf en général s’il continue à connaître du succès. Les manufacturiers d’équipement seront-ils forcés d’offrir des bâtons avec ses spécifications? Les enseignants devront-ils modifier leur approche? Les jeunes seront-ils tentés d’imiter sa façon de jouer? Beaucoup de questions auxquelles il faudra éventuellement répondre.

DeChambeau gagne l'Omnium Northern Trust

À la suite de sa victoire au Northern Trust, Bryson DeChambeau s’est hissé au premier rang du classement de la Coupe FedEx, ce qui l’assure d’être à Atlanta pour la grande finale de la saison. Il a aussi grimpé de neuf échelons au niveau mondial et occupe maintenant la 12e position. Il sera assurément l’un des quatre choix du capitaine Jim Furyk en vue de la prochaine édition de la Coupe Ryder qui aura lieu en France dans quelques semaines.

J’aimerais également souligner l’excellente performance de l’Américain Tony Finau qui a pris le 2e rang lors du tournoi Northern Trust. Le golfeur format géant y allait ainsi d’un 9e top-10 cette année, ce qui lui permet de grimper au 4e échelon du classement général. Finau a empoché des gains de plus de 4,8 millions de dollars cette saison, sans connaître l’euphorie de la victoire. Maintenant 18e joueur mondial, il devrait aussi décrocher une place sur l’équipe américaine qui affrontera celle de l’Europe à la Coupe Ryder.

On a éliminé 25 joueurs à l’issu du tournoi Northern Trust si bien qu’il y aura seulement 100 joueurs invités à poursuivre les séries du côté de Boston à partir de vendredi. Le Championnat Dell Technologies, 2e étape des séries, se terminera donc le lundi de la fête du Travail. Les 70 meilleurs au classement général recevront une invitation pour l’étape suivante.

Bravo, mille fois bravo à Brooke Henderson

Quelle belle victoire de Brooke Henderson à l’Omnium du Canada CP qui a pris fin dimanche à Régina. On a même interrompu notre reportage du circuit PGA Tour pendant quelques minutes pour montrer la fin de sa ronde. J’ai eu l’occasion de la voir évoluer chez les juvéniles et chez les juniors et j’avoue  avoir été impressionné dès la première fois que je l’ai vu s’élancer. On aurait dit Jack Nicklaus au féminin.

Henderson remporte l'Omnium canadien

Cette victoire canadienne était attendue depuis 45 ans, soit depuis le triomphe de Jocelyne Bourassa au Municipal de Montréal en 1973. Henderson a fait les choses en grand, retranchant pas moins de 21 coups à la normale pour finalement l’emporter par 4 coups devant sa plus proche rivale. Elle a réussi un impressionnant total de 28 oiselets durant le tournoi. Il s’agissait déjà d’un 7e titre en carrière pour Henderson qui s’est hissée au 8e échelon du classement mondial. Pas mal pour une jeune fille de 20 ans!