Il y a un peu plus de trois semaines, soit le 2 février, la saison de la NFL prenait fin en couronnant les 54e gagnants en tire du super bowl les Chiefs de Kansas City. Pourtant, l’attention de tous les fans de football est déjà tournée vers le processus menant au repêchage et la prochaine saison. C’est que la NFL, c’est devenu une affaire de 365 jours par année. Et si vous lisez cette page, c’est probablement parce qu’à l’instar de millions de fans partout à travers le monde, vous avez complètement adhéré à ce concept.

À compter de demain, soit du 27 février au 2 mars inclusivement, aura lieu le « NFL scouting combine ». En marge de cet évènement, que vous pourrez suivre en direct à la télévision (ESPN, ABC, NFL Network), je vous offre mes premiers top 5 par position comparés (avec les collègues Wallette et Alexandre). À ce stade, l'objectif est de vous aider à vous familiariser avec les joueurs.

Chaque jour, d'ici à dimanche je vous fournirai un classement différent dans l'ordre ou les joueurs compétitionnerons au "combine". Le but recherché étant de vous aider à mieux apprécier l'évènement. La 1ère journée (jeudi le 27 février) étant réservée aux quarts-arrière et au receveurs de passes, ce sont les classements que vous retrouverez aujourd'hui.

Quarts-arrières

Hugues                                                            Wallette                                                      Alexandre

1.Joe Burrow LSU                                   1. Joe Burrow LSU                                1. Joe Burrow LSU

2. Tua Tagovailoa Alabama            2. Justin Hebert Oregon                 2. Tua Tagovailoa Alabama

3a. Justin Hebert Oregon               3. Tua Tagovailoa Alabama           3. Justin Hebert Orego

3b. Jake Fromm Georgia                 4. Jacob Eason, Washington        4. Jacob Eason Washington

5. Jordan Love Utah State              5. Jalen Hurts Oklahoma                 5. Jordan Love Utah State

 

 

Je précise d’entrée de jeu que Wallette est le tout premier blogueur que j’ai lu à annoncer que Joe Burrow serait son quart numéro 1 en vue du repêchage. C’était en tout début de saison et à l’époque c’était une déclaration risquée, mais qui s’avère très juste aujourd’hui.

Je précise aussi que si ce n’était qu’une question de talent, Wallette aurait classé Tua Tagovailoa dans son top 2, tout comme moi et Alexandre, mais que c’est en raison de sa fragilité et de sa vulnérabilité aux blessures qu’il l’a descendu au numéro 3, un argument qui se défends très bien.

Voici une brève description des différents quarts qui forment nos top 5.

1.Joe Burrow (6 pieds 4, 216 livres), LSU :

Hugues : 1er   Wallette : 1er   Alexandre : 1er    pro football focus: 1er

Le gagnant du trophé Heisman (remit au joueur par excellence du football universitaire) et du championnat national n’a plus besoin de présentation. À ma connaissance, il a connu la meilleure saison de l’histoire pour un quart universitaire. Ça ne garantit pas le succès au prochain niveau, mais c’est un début intéressant.

La carrière de Burrow a réellement pris son envol lors du Fiesta Bowl de 2018 (contre l’université UCF). Après avoir été frappé durement au 1er quart (nous étions beaucoup à penser que sa saison était terminée), il a disputé son meilleur match en carrière (à ce moment du moins), forçant l’admiration et le respect de tous ses coéquipiers et des fans. On pourrait dire que l’exceptionnelle saison 2019 de Burrow est la conséquence directe de son « Fiesta Bowl » de 2018.

Burrow a toutes les qualités pour réussir en NFL (intelligence du jeu, précision du bras, leadership, etc). Il a évolué dans un système qui est un copié/collé de l’attaque des Saints de la Nouvelle Orléans et on a donc la preuve qu’il peut s’épanouir dans un système de type professionnel.

Sauf incident majeur, Burrow sera le tout premier joueur sélectionné lors du repêchage 2020 et il le mérite. Son potentiel est très élevé et il est aussi prêt pour le football professionnel qu’on puisse l’être.

2. Tua Tagovailoa (6 pieds 1, 220 livres), Alabama :

Hugues : 2e    Wallette : 3e   Alexandre : 2e   pro football focus: 2e

Peut-on imaginer une entrée plus remarquée en NCAA que celle de Tagovailoa? Lors du championnat national de 2017, alors qu’il n’était encore qu’une recrue, il est venu en relève au quart partant de l’époque (Jalen Hurts) au 3e quart pour effectuer une remontée historique et, éventuellement, gagner le match et le titre de MVP offensif.

À la fin de la saison 2019, Nick Saban, l’entraîneur chef a qualifié Tagovailoa de « joueur le plus marquant de l’histoire de l’équipe ». Une grande déclaration, mais qui n’est pas sans fondement. En effet Tagovailoa s’est couvert de gloire durant sa carrière de 3 ans en Alabama.

Tagovailoa ne possède pas le bras le plus puissant (outre les blessures, c’est d’ailleurs son principal point d’interrogation). Son point fort est son intelligence du jeu et son sens de l’anticipation. Très solide techniquement, sa motion de passe ressemble à celle d’un Steve Young tant elle est fluide. Sa présence dans la pochette protectrice est exceptionnelle et de loin la meilleure de ce repêchage.

S’il n’avait pas été blessé en fin de saison, Tagovailoa aurait été dans les discussions pour devenir le choix no 1 du repêchage. Objectivement, on parle ici d’un prospect de très haut niveau.

J’irais jusqu’à dire, et il s’agit d’une opinion personnelle à laquelle vous n’êtes évidemment pas obligés d’agréer, que Tagovailoa et Burrow possèdent tous les deux un potentiel suffisant pour devenir éventuellement des top 5 dans la NFL. C’est rare qu’on voie une telle chose lors d’un même repêchage. Le potentiel est là, le reste dépends de la qualité de l’environnement et de l’encadrement qu’ils recevront.

3-Justin Herbert (6 pieds 6, 227 livres), Oregon :

Hugues : 3e   Wallette : 2e   Alexandre : 3     pro football focus: 3e

À 6 pieds 6 et avec un bras canon, il est le prototype physique parfait que la majorité des équipes recherchent.  En plus, il a l’attitude parfaite pour être un quart de franchise car il est très intelligent et très sérieux dans sa démarche (notamment, mais non limitativement, il été nommé « Academic All-American 

Il y a pleins de belles choses à écrire sur Hebert, mais malgré ça, la majorité des observateurs pensent qu’au niveau du talent, il existe une marge significative entre les 2 premiers quarts (Burrow et Tagovailoa) et lui. C’est aussi mon opinion.

Un point un peu plus technique sur Hebert : l’année dernière, j’avais remarqué une faiblesse majeure soit le fait que son jeu de pieds a tendance à se dégrader dangereusement lorsqu’il est soumis à une pression qui vient de l’intérieur (c’est le même reproche qu’on faisait à Blaine Gabbert et Josh Rosen au même âge et c’est un problème à prendre très au sérieux). Pour cette raison, contrairement à beaucoup, je ne considérais pas qu’Hebert était prêt à faire le saut en NFL l’année dernière et je l’avais écrit à plusieurs reprises. Hebert a eu l’intelligence et la patience de revenir jouer sa saison senior nommément pour travailler sa technique. Aujourd’hui, il est un bien meilleur quart et j’aime beaucoup mieux ses chances de réussir qu’à pareille date l’année dernière. Peu importe le futur, ça aura été une excellente décision de sa part.

Hebert partira probablement dans le top 10 du repêchage. Et à juste titre. Je ne crois pas, à l’heure actuelle, que son plafond soit aussi élevé que Burrow ou Tagovailoa (c’est une opinion personnelle et je ne lis pas l’avenir évidemment), mais il semble une valeur sûre qui pourrait connaître une longue carrière en NFL.

4-Jake Fromm (6 pieds 2, 220) Georgia:

Hugues: 3b   Wallette: n/a   Alexandre: n/a   pro football focus: 4e

Je suis probablement la seule personne que vous lirez durant tout le processus menant au repêchage qui a une aussi haute opinion de Fromm. Je vous suggère de lire jusqu’au bout avant de vous faire une idée.

Fromm ne possède pas un bras élite (quoique son bras soit suffisamment puissant et précis pour la NFL) et c’est probablement la raison pour laquelle il est un peu oublié actuellement par la majorité des observateurs du repêchage. En revanche il est très intelligent. Il lit déjà les défensives adverses au niveau d’un quart de la NFL et il est un excellent leader. Il est un gagnant qui performe bien sous la pression et il l’a prouvé en NCAA.

Fromm est l’inverse d’un quart spectaculaire. Il est discipliné et joue à l’intérieur du système qui lui est proposé. Le genre de quart que certains entraîneurs aiment avoir à leur service parce qu’il suivra le plan de match à la lettre tout en apportant les ajustements désirés au bon moment.

Non, Fromm ne possède pas un bras élite, mais il possède plusieurs des qualités qui font les bons quart-arrière. Pour la forme, je vous rappelle qu’il ne faut pas évaluer un quart comme on évalue un lanceur au baseball (une erreur que font plusieurs observateurs du repêchage). La qualité du bras est loin d’être le seul élément qui mène au succès en NFL. Dans mon cas, et vous avez le droit d’être en désaccord évidemment, je préfèrerai toujours un gars intelligent qui lit bien les défensives adverses et prends de bonnes décision (en autant qu’il ait un bras suffisamment adéquat, comme Fromm) a un gars qui possède un canon, mais qui a de la difficulté avec sa prise de décision.

Un élément important : Fromm pourrait se trouver dans une position avantageuse car il pourrait être repêché par une bonne équipe (Nouvelle-Angleterre? Nouvelle-Orléans?) ou il aurait le temps de se développer dans un bon programme. Surtout s’il glisse au-delà de la 1ère ronde, ce qui devrait être le cas. Il serait alors en meilleur posture que certains quarts repêchés avant lui qui pourraient se trouver dans de mauvais programmes. C’est un fait à ne pas négliger.

5. Jordan Love (6 pieds 4, 225 livres), Utah State:

Hugues: 5e   Wallette : n/a   Alexandre: 5e   pro football focus: 5e  

Je vous ai parlé de Jordan Love à quelques réseaux sociaux. C’était en 2018, alors qu’il connaissait une saison d’anthologie avec Utah State. À l’époque, il m’apparaissait comme un prospect de fin de repêchage, totalement sous le radar dont personne ne parlait. Il faut croire que je n’étais pas le seul à l’avoir remarqué et malgré une saison 2019 difficile, sa réputation n’a cessé de grandir depuis.

Jordan Love possède un bras de la NFL et une très belle motion de passe techniquement parlant. Par séquences, surtout en 2018, il a démontré pouvoir jouer au niveau d’un quart de la NFL.

L’équipe qui le repêchera fera l’acquisition d’un « projet » à développer. Love, qui aurait bénéficié d’une année supplémentaire en NCAA dans un meilleur programme que Utah State, ne m’apparaît pas prêt à assumer un rôle de partant en NFL et nécessitera probablement une année supplémentaire de développement.

Il est possible que certaines des difficultés éprouvées par Love soient imputable à un coaching déficient. Par contre l’équipe qui le sélectionnera devra être consciente qu’elle prend un risque important avec un haut choix.

Personnellement, je peux déjà vous dire que mon top 4, quoiqu’il advienne, restera le même (dans l’ordre ou dans le désordre) d’ici au repêchage. Dans le cas de Love par contre, je me garde une réserve. Il est possible qu’un gars comme Jalen Hurts, par exemple, prenne éventuellement sa place.

6. Jacob Eason (6 pieds 6, 225 livres), Washington

Hugues: n/a   Wallette: 4e   Alexandre: 4   pro football focus: n/a

Plusieurs observateurs du repêchage considèrent qu’on peut apprendre à lire une défense, mais qu’un bras élite, ça ne s’enseigne pas. Personnellement, je ne partage pas ce point de vu, mais il y a une logique que je respecte et qui fait du sens derrière ce raisonnement. Bref, si vous êtes un adepte de cette façon de penser, votre évaluation de Jacob Eason sera probablement supérieure à la mienne.

Oui, Jacob Eason sera probablement repêché en 1ère ronde. Mais c’est la probabilité de succès en NFL, pas le rang de sélection anticipé qu’on tente d’évaluer ici. Et même si on aime le potentiel, ou une partie du potentiel, on est justifié de garder certaines réserves à ce stade.

Eason est arrivé en NCAA avec de fortes attentes (il était considéré comme un prospect 5 étoiles) avec l’université de Georgia, mais il a éventuellement perdu son poste à Jake Fromm ce qui a mené à son transfert à Washington (l’état ou il a grandi). Eason n’a été partant qu’une saison avec les Huskies et il a été, disons, très moyen. Ses statistiques ne sont pas si mal, mais le programme, habitué de lutter pour le championnat de la conférence « pac-12 », a subit un important recul. Eason n’est pas le seul responsable de cette situation loin de là, mais disons qu’il n’a pas été « transcendant » pour dire les choses poliment.

Eason possède un bras élite. Sa principale force demeure la précision de ses passes dans les zones profondes. Par contre, sa présence dans la pochette est loin d’être exemplaire. Il en arrache quand la pression se fait forte et son jeu à tendance à se dégrader gravement quand c’est le cas.

J’ai remarqué, et c’est une observation personnelle que vous n’êtes pas obligés de partager, qu’il jouait beaucoup mieux lorsqu’il était placé en situation de « RPO’s » (« Run pass options ») parce qu’il n’a alors qu’une seule lecture à faire ce qui lui simplifie la tâche. Justement, à mon sens, pour connaître du succès au prochain niveau, il sera impératif qu’il évolue dans ce type de système ou il aura le luxe d’aller à sa 1ère lecture le plus souvent possible.

7. Jalen Hurts (6 pieds 1, 218 livres) Oklahoma

Hugues: n/a    Wallette: 5   Alexandre: n/a   pro football focus: n/a

Il est parfois comparé à Dak Prescott et c’est un comparable qui se tient. Il n’est pas le meilleur passeur de ce repêchage lorsqu’il doit évoluer à l’intérieur de la pochette protectrice, mais il est suffisamment adéquat pour jouer en NFL s’il est bien encadré et qu’il continu à progresser à ce niveau.

En revanche, au niveau du leadership et de l’esprit d’équipe, il est tout ce qu’une équipe désire d’un quart arrière. Il s’est toujours comporté en très grand gentleman peu importe la situation. Il a sauvé la saison d’Alabama en 2018 en venant en relève à Tua Tagovailoa (celui-là même qui lui avait volé son poste) en finale de la conférence « SEC ». Il a mené deux programmes différents aux séries du football collégiales (Alabama et Oklahoma) et à chaque fois son leadership a été souligné.

Dans une NFL qui fait de plus en plus de place aux quarts mobiles (on s’entends qu’Hurts n’est pas Lamar Jackson, mais il apporte un aspect de mobilité quand même), je pense qu’il est très avisé de l’inclure dans un top 5 et j’y songe de plus en plus moi aussi.

LES RECEVEURS DE PASSES

Hugues                                                       Wallette                                                   Alexandre

1.Jerry Jeudy Alabama                  1.Ceedee Lamb Oklahoma          1. Ceedee Lamb Oklahoma

2. Tee Higgins Clemson                 2. Jerry Jeudy Alabama                 2. Jerry Jeudy Alabama

3.  Henry Ruggs Alabama           3. Tee Higgins Clemson                 3. Henry Ruggs Alabama

4. Ceedee Lamb Oklahoma      4. Laviska Shenault Colorado  4. Laviska Shenault Colorado

5. Michael Pittman USC                5. Justin Jefferson LSU                  5. Jalen Reagor TCU

Également à surveiller: Brandon Aiyuk (Arizona State) : un superbe joueur de football qui se trouve aux portes de mon top 5 Denzel Mims (Baylor) : Ultra productif, j’ai des réserves à son endroit pour les mêmes motifs que Ceedee Lamb.

Pour plus de détails, voici une brève description des receveurs de passe qui forment nos top 5

Jerry Jeudy (6 pieds 1, 192 livres), Alabama :

Hugues : 1er     Wallette : 2e    Alexandre: 2e     pro football focus: 2e

 Jeudy est un joueur qui coche littéralement toutes les cases. Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, il s’est couvert de gloire avec le Crimson Tide étant notamment le récipiendaire du trophé Biletnikoff, remit au meilleur receveur de passe de la NCAA en 2018. Il a connu deux saisons de plus de 1000 verges (2018 et 2019) étant chaque fois sélectionné sur la première équipe d’étoile de la conférence « SEC » , la plus forte de la NCAA.

Au niveau de son potentiel, Jeudy est un joueur athlétique qui devrait bien tester au « NFL combine ». Mais surtout, il se démarque par la grande qualité de ses routes de passes (il est le meilleur du repêchage à ce niveau). Il semble continuellement disponible, même lorsque le ballon ne lui est pas destiné.

L’université d’Alabama est reconnue pour développer de bons receveurs de passes pour la NFL. Ce n’est pas une garantie de succès, mais les prédécesseurs de Jeudy (Calvin Ridley, Amari Cooper et Julio Jones) connaissent de belles carrières en NFL. Le risque est faible dans le cas de Jeudy qui devrait constituer un choix solide en milieu de 1ère ronde.

Tee Higgins (6 pieds 4, 215 livres), Clemson:

Hugues: 2e   Wallette : 3e   Alexandre : n/a   pro football focus: 5e

Un autre ancien prospect 5 étoiles (tout comme Jeudy) qui a connu une carrière décorée en NCAA. À mes yeux, il semble un choix incontournable, mais pourtant il passe plutôt inaperçu présentement et j’ai beaucoup de difficulté à comprendre ce phénomène.

Higgins possède le physique pour évoluer à la position « x » (ce qu’on appelle un « split end » en langage de football), mais il n’est pas limité à cette position. Il peut aussi évoluer comme « flanqueur » ou même à l’intérieur des traits hachurés car il possède les qualités nécessaires pour créer de la séparation. C’est rare pour un receveur de passe avec ce type de physique. Il est un joueur versatile et complet.

Non seulement la taille d’Higgins en fait un cauchemar à couvrir pour les défensives adverses, mais il possède des mains très fortes qui l’aident à gagner les attrapés contestés.

Si Higgins dépasse la 1ère ronde, ce qui semble très possible, il pourrait devenir un des principaux vols de ce repêchage. À titre de comparaison, il est significativement meilleur et surtout beaucoup plus complet au même âge que N’Keal Harry, un joueur qui possède le même type d’attributs physiques, repêché en 1ère ronde par les Patriots.

Tout comme c’est le cas avec Jeudy, le risque est faible avec Higgins qui possède tous les attributs d’un bon receveur de passe en NFL.

Henry Ruggs (6 pieds 190 livres), Alabama :

Hugues : 3e    Wallette : n/a   Alexandre : 3e   pro football focus: 4e

Il est le joueur offensif le plus explosif de ce repêchage.  L’image la plus simple qu’on pourrait utilisée est qu’il est le Mecole Hardman de cette année. Son accélération et sa vitesse sont incroyables. Ses mains sont adéquates. Tout comme les 2 premiers joueurs sur cette liste, il était aussi un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire.

Il n’a pas les statistiques des autres joueurs faisant parti de ce top 5 (il n’a jamais gagné plus de 750 verges en une saison), mais c’est en fonction du potentiel et non pas des réalisations (même si ça constitue un facteur) qu’on doit repêcher un joueur. Ceci étant dit Je peux facilement comprendre que certains observateurs l’aient exclu de leurs classements. Son manque de production offensive, qui peut possiblement s’expliquer en partie du moins par le nombre de joueurs vedettes avec qui il devait partager le travail à Alabama, constitue certainement un drapeau rouge important qu’on aurait tort de négliger.

En raison de ses qualités athlétiques, Ruggs devrait être repêché en 1ère ronde. L’équipe qui le sélectionnera devra cependant être consciente qu’elle prend un risque important.

Ceedee Lamb (6 pieds 2, 189 livres), Oklahoma

Hugues : 4e     Wallette : 1er    Alexandre: 1er      pro football focus: 1er

Il a eu une carrière extrêmement productive à Oklahoma (gagnant notamment plus de 1000 verges au cours des 2 dernières années). Ses enregistrements son possiblement les meilleurs de ce repêchage (avec Jerry Jeudy, ça se débat). Il est explosif, athlétique et semble avoir toutes les qualités pour réussir en NFL. Mais faites-vous encore confiance à un receveur de passe de la conférence « Big 12 »?

Si je regarde les receveurs de passes vedettes du « big 12 » des dernières années (en oubliant ceux repêchés en 2019-on va leur laisser une chance) je retrouve les noms suivants : James Washington, Dede Westbrook, Corey Coleman, Josh Doctson, Sterling Sheppard, Kevin White, Tavon Austin, Terrance Williams etc la liste est longue. Tous ces joueurs ont obtenu des statistiques impressionnantes en NCAA, mais sont devenu des échecs en NFL.

La raison de cet état de fait est simple : les demis défensifs de la conférence « Big 12 » sont tellement faibles que ça rend difficile l’évaluation des receveurs de passe. Vu le manque de compétition.

Ceci étant dit, autant au niveau athlétique que de la production sur le terrain, Lamb coche toutes les cases. À ce niveau, je comprends parfaitement ceux qui le classe plus haut que moi. La question qui se pose dans son cas : serez-vous celui qui prendra le risque de repêcher un receveur de passe du « big 12 » dans la 1ère moitié de la 1ère ronde? Ma réponse, avec respect pour le talent de Lamb serait non, mais celle de la vaste majorité des observateurs du repêchage serait oui. Question d’opinion.

Michael Pittman Jr (6 pieds 4, 220 livres), USC

Hugues : 5e    Wallette : n/a    Alexandre: n/a    pro football focus: 9e

Pour les nostalgiques, il est le fils de l’ancien porteur de ballon du même nom qui a joué plusieurs années en NFL. Il est également, tout comme Jeudy, Higgins et Ruggs, un ancien prospect 5 étoiles.

Je suis toujours à la recherche de joueurs talentueux avec un fort potentiel qui sont passés relativement inaperçus à cause de facteurs extérieurs et Pittman entre dans cette catégorie. Ayant évolué à USC, il n’a pas toujours bénéficié du meilleur entourage qui soit notamment à la position de quart-arrière. Malgré ça, il a connu une saison 2019 décorée (101 réceptions pour 1275 verges et 11 touchés, étant nommé au seing de la 1ère équipe d’étoile de la conférence « PAC-12 »). En soi, c’est impressionnant.

Pittman est un gros receveur de possession de ballon doté d’excellentes mains et qui excelle sur les unités spéciales. Il ne sera pas sélectionné avant la 2e journée du repêchage. Une excellente aubaine pour un club à l’affût.

Laviska Shenault (6 pieds 2, 220 livres), Colorado

Hugues: n/a    Wallette: 4e    Alexandre: 4      pro football focus: 3e

Il s’est fait connaître en 2018 en devenant un des meilleurs receveurs de passes de la NCAA (il a été nommé sur la 1ère équipe de la conférence « PAC-12). Il a continué à exceller en 2019 malgré une certaine baisse de production.

Shenault est un prospect difficile à évaluer parce que l’offensive de Colorado ne ressemble pas beaucoup à une offensive de la NFL. Ceci étant dit, Shenault est probablement le meilleur joueur de ce repêchage lorsqu’il a le ballon dans les mains. Il est rapide, explosif, très fort physiquement et il a d’excellentes mains.

Shenault est très efficace dans les situations de jeux au sol (« end around ») et lors des passes pièges. Je le verrais tout particulièrement dans un système qui utilise majoritairement les « RPO’S » ou son talent serait utilisé à sa pleine mesure.

Shenault, à mon sens, est le prototype du joueur qui pourrait connaître une grande carrière en NFL s’il évolue dans le bon système pour lui, mais qui pourrait devenir un échec s’il tombe dans la mauvaise équipe.

Justin Jefferson (6 pieds 2, 192 livres), LSU

Hugues: n/a     Wallette: 5e    Alexandre: n/a    pro football focus: 12e

Il était relativement sous le radar avant cette saison. Mais il a explosé en 2019 (111 attrapés pour 1540 verges et 18 touchés). Il est le receveur de passe de ce repêchage qui a connu la saison 2019 la plus productive.

Le problème avec Jefferson, c’est que, sans lui enlever de mérite, il est difficile de départager la part du succès qui provient de l’extraordinaire système de jeu de LSU. De plus, la majorité du temps, il s’aligne à l’intérieur des traites hachurés, ce qui lui fait perdre une certaine valeur.

Malgré son excellente saison 2019, la majorité des observateurs du repêchage ne sont pas convaincu que Jefferson puisse répéter ses exploits en NFL. Nous non plus et c’est pourquoi personne ne la classé avant le 5e rang.

Jalen Reagor (5 pieds 11, 195 livres) TCU

Hugues: n/a    Wallette: n/a    Alexandre: 5e    pro football focus: 6e

Un cas très intéressant. Un joueur très explosif qui est devenu un favori de plusieurs observateurs du repêchage. Il est d’ailleurs surprenant qu’un seul de nous ne l’ait inclus dans son classement. Il est versatile en ce sens qu’il est également un excellent retourneur et une menace sur le jeu au sol.

Je ne doute pas du talent de Reagor, mais dans mon cas, je lui applique la même réserve qu’à Mims et Lamb : il provient du « BIG-12 ». Ceci étant dit, je comprends qu’on puisse le considérer comme un top 5 car il a certainement les attributs physiques pour évoluer en NFL.

Les ailiers rapporchés.

Hugues                                                                   Wallette                                                 Alexandre

1.Hunter Bryant, Washington              1. Hunter Bryant Wash.             1. Brycen Hopkins, Purdue

2. Cole Kmet, Notre-Dame                    2. Thadeus Moss LSU                  2. Hunter Bryant Wash

3. Thadeus Moss, LSU                             3. Brycen Hopkins Purdue         3. Cole Kmet Notre-Dame

4. Harrison Bryant FA                               4. Cole Kmet Notre-Dame         4. Jared Pinkney Vandy

5. Albert Okwuegbunam, Mizzou   5. Jarred Pinkney Vandy            5. Harrison Bryant FAU

Voici une brève description des ailiers rapprochés qui forment nos top 5

Hunter Bryant (6 pieds 2 240 livres) Washinton

Hugues: 1er    Wallette: 1er   Alexandre: 2e

Hunter Bryant n’a pas le physique idéal pour la position. Rarement utilisé comme bloqueur, dans les faits il est plus un gros receveur de passe qu’un véritable ailier rapproché. Mais dans une classe faible à la position, je préfère, tout comme Wallette, choisir le meilleur receveur de passe du groupe qu’un ailier rapproché plus complet, mais au talent disons plus limité.

Dans les faits, Bryant me rappel un peu Eric Ebron à son année de repêchage (il faut se rappeler qu’Ebron avait été repêché dans le top 15). Il possède le même type de qualités physiques. Espérons que le résultat en NFL sera meilleur.

Cole Kmet (6 pieds 4, 250 livres) Notre-Dame

Hugues : 2e     Wallette : 4e    Alexandre : 3e

Tout comme Bryant, il était considéré comme un prospect 4 étoiles à sa sortie de l’école secondaire et ses succès en NCAA ne sont donc pas une surprise.

Il est le plus complet du groupe. Il a le physique pour la position, il peut bloquer, il est adéquat comme receveur de passe. Par contre, ses qualités athlétiques sont limitées. Il est un joueur fiable, mais, à ce stade, il ne semble pas posséder les attributs d’un futur joueur vedette. Il serait un choix pertinent à partir du début de la 3e ronde.

Thadeus Moss (6 pieds 3, 250 livres) LSU

Hugues : 3e    Walette : 2e     Alexandre : n/a

Moss c’est fait connaître principalement pour 2 raisons : il est le fils de Randy Moss et il a été remarquable durant les éliminatoires de la NCAA. Dans l’ensemble, Moss a connu une saison 2019 décorée, autant comme receveur de passe que comme bloqueur.

On voit le potentiel sur le terrain. Il lui suffirait d’un excellent « combine » pour monter rapidemment sur les chartes d’une majorité d’équipes au repêchage.

Harrison Bryant (6 pieds 5, 240 livres) FAU

Hugues : 4e    Walette : n/a   Alexandre : 5e

Il est le récipiendaire du trophé John Mackey remit à l’ailier rapproché par excellence de la NCAA en 2019. Dans l’ensemble, il a connu une carrière très productive. Il possède un excellent physique pour la position. Alors pourquoi le classer si loin? Parce qu’il a affronté une faible compétition dans la « conférence USA ». On ne doute pas de son potentiel, mais ce genre de prospect est difficile à évaluer. Adoptons une approche prudente dans son cas et on s’ajustera à mesure que le processus avancera.

Brycen Hopkins (6 pieds 4, 245 livres) Purdue

Hugues : n/a   Wallette : 3e   Alexandre: 1er

Il a connu une carrière très productive à Purdue. Il a terminé sur une forte note en étant élu au sein de la 1ère équipe d’étoile de la conférence « BIG 10 » en 2019 ce qui est un exploit pour un joueur de Purdue. Pour l’instant, j’ai des questions sur ses qualités de bloqueur (remarquez que je pourrais dire la même chose d’Hunter ou Harrison Bryant). Il possède le physique et les qualités athlétiques pour connaître du succès en NFL. Surtout, il a d’excellentes mains. À ce stade, on se doit d’aimer son potentiel.

Jared Pinkney (6 pieds 4 255 livres) Vandy

Hugues: n/a   Wallette: 5e    Alexandre: 4e 

Il possède le talent, les qualités physiques et athlétiques pour jouer en NFL mais il a été, à mon humble avis, inconstant en NCAA. Il a connu une saison décorée en 2018, étant nommé au sein de la 2e équipe d’étoile de la conférence « SEC » avant de voir sa production se dégrader en 2019 en raison, notamment mais non exclusivement, des problèmes offensifs de Vandy. On le rappel, les joueurs sont repêchés en fonction de leur potentiel NFL et non de leurs accomplissements passés et, en ce sens, Pinkney pourrait partir lors de la 3e ou 4e ronde du repêchage.

Albert Okwuegbunam (6 pieds 5, 255 livres) Mizzou

Hugues: 5e    Wallette: n/a   Alexandre: n/a

Physiquement, il rappel beaucoup Austin Sefarian-Jenkins au même âge. Sefarian-Jenkins, qui a raté sa carrière en NFL pour des raisons de discipline, était très doué lorsqu’il évoluait en NCAA, tout comme l’est Okwuegbunam. 

Albert « O », comme on le surnomme, a connu une carrière productive étant élu à deux reprises sur la 2e équipe d’étoiles de la conférence « SEC » (en 2017 et 2019). La principale force d’Albert « O » (et c’est la raison pour laquelle je l’ai inscrit dans ce top 5), c’est sa production en zone payante. Durant sa carrière de 3 ans, il a en effet inscrit 23 touchés, ce qui est exceptionnel. Actuellement, il est sous le radar, mais un gars avec ses qualités athlétiques et qui est aussi menaçant en zone payante devrait éventuellement obtenir sa chance en NFL.