Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Après 10 ans d’attente sans résultats,  Larry Walker a appliqué le proverbe mais pas jusqu’à la fin. Dans les dernières heures d’attente (sûrement interminables!) avant de savoir s’il faisait son entrée à Cooperstown, un Larry Walker résigné a publié ce message sur Twitter :  « Bien que je crois que j'arriverai à court aujourd'hui, je tiens quand même à remercier tous ceux qui m'ont donné leur appui. Je vous en suis très reconnaissant, pouvait-on lire dans son message. Ç'a été amusant de lire tout ce que vous en pensiez. Santé! »

Walker s’est envoyé un bon sort puisque les portes se sont enfin ouvertes quelques heures plus tard . L’ancien voltigeur des Expos était admis au Temple de la renommée parmi les plus grands. Pour faire son entrée, Walker devait obtenir la faveur de 75 % des électeurs membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique et il a obtenu 76,6 %. De justesse, mais la plupart des fans qui l’ont vu jouer savent qu’il n’a pas volé sa place. On l’aimait Larry et on l’aime encore! Voici pourquoi : 

33 raisons d’aimer Larry Walker

1-Il a porté l’uniforme des Expos pendant 6 saisons.

2-Son bras canon. Parlez-en à Tony Fernandez des Padres qui croyait avoir frappé un simple mais qui avait plutôt été retiré par Walker avec un puissant relais du champ droit au 1er but.

3-Cinq participations au Match des étoiles

4-Sept Gants d’or

5-Ses  2160 coups sûrs et 1311 points produits.

6-Son sens de l’humour. Il faisait rire ses coéquipiers et les fans sur le terrain.

7-Il est seulement le 2e Canadien à faire son entrée à Cooperstown.

8-Son premier amour était le hockey. Excellent gardien de but, il rêvait d’accéder à la LNH.

9-Il a été développé par l’organisation des Expos de Montréal

10-Son élan au bâton. Comment l’oublier !

11-Le légendaire Tony Gwynn a déjà dit que Walker était le joueur le plus complet de la Ligue nationale. Venant d’un redoutable frappeur comme Gwynn, c’est pas n’importe quoi !

12-Joueur complet, il faisait tout sur un terrain, même voler des buts ! (230 larcins)

13- Sa saison de fou en 1997, alors qu’il a été nommé joueur par excellence de la Ligue nationale.

14-Son divertissant compte Twitter

15-Larry a du swag. Il s’est déjà présenté au camp d’entraînement des Expos en moto.

16-Son frère Carey a été repêché par le Canadien de Montréal en 1977

17-Sa présence au bâton contre Randy Johnson au Match des étoiles en 1997. 

 18-Il est bon dans tout, même au bowling. En 2014, il a joué un match parfait avec 300 points.

19- Il portait un chandail SpongeBob SquarePants le jour de son annonce au Temple. Bien relaxe, peut-être que Walker avait passé l’éponge ? Clairement, il ne s’attendait pas à recevoir un appel de la MLB, pour une entrée.

20-Il aimait être un modèle pour les jeunes

21-Il donnait toujours un bon spectacle au champ droit. Comment oublier ses attrapés spectaculaires ?

22-Sa puissance au bâton. En 17 saisons, il a gardé une moyenne de puissance au bâton de ,565, avec  383 circuits.

23-Champion frappeur de la Ligue nationale en 1998, 1999

24-Son match de 3 circuits en 1997 (même si c’était à Montréal, contre les Expos)

25-Superstitieux avec le chiffre 3, il a marié sa femme le 3 novembre à 3h33!

26-Un gars d’équipe, il ne pensait pas aux honneurs individuels.

27-Résilient, il a été éprouvé par de nombreuses blessures au cours de sa carrière mais il a joué 17 saisons malgré tout.

28- 1998 : il est devenu le 1er joueur d'origine canadienne à remporter un titre de frappeur au 20e siècle.

29-Cinq saisons de 100 points produits ou plus

30-Humble malgré ses succès, il n’a jamais aimé parler de lui ou faire sa promotion.

31-Il prenait soin des fans. En 1994 au Dodger Stadium, il a vécu une situation embarrassante en oubliant le nombre de retraits, donnant la balle à un fan alors que la manche n’était pas terminée.  Après avoir repris la balle pour poursuivre le jeu, il a remis la balle en jeu. La manche suivante, il a remis une autre balle au fan.

32-Il est le seul joueur de l’histoire des Rockies à avoir obtenu le titre de joueur le plus utile.

33-Walker n’était pas qu’un bon joueur, il est également un bon entraîneur. À sa retraite en 2005, il a débuté une carrière d’instructeur avec l’équipe nationale senior du Canada.

Natif de la Colombie-Britannique, Walker sera en bonne compagnie lors de la cérémonie d’intronisation le 26 juillet prochain puisque le légendaire Yankee Derek Jeter sera également immortalisé.  

De nombreux fans des Expos y ont cru jusqu’à la fin pour Walker. Nourrir l’espoir développe une certaine résilience. Les fans de baseball montréalais ont de la résilience à revendre. La preuve ?  Les années passent mais le rêve du retour des Expos dans la métropole ne s’éteint pas. Et si les partisans montréalais y croient toujours, c’est grâce à des joueurs comme Larry Walker. Merci #33!