Ainsi donc, la triste nouvelle a été annoncée ce matin-même : Zarley Zalapski, ancien défenseur du Canadien et des Whalers, est décédé à l'âge de 49 ans. Nous ne connaissons pas encore la cause de sa mort. Une chose demeure certaine : comme trop de gens, l'ancien numéro 3 du Hartford part beaucoup trop tôt.

Il était un fichu bon défenseur dans ses meilleures années. Il a fait partie de l'équipe nationale de 1985 à 1988, participant aux Olympiques de Calgary. Il a aussi eu l'occasion de représenter le Canada aux championnats du monde de 1987. Dans les deux cas, il ratera de peu le podium, l'équipe canadienne se classant quatrième à chaque occasion.

Il est repêché par Pittsburgh en 1986 en première ronde, quatrième au total. Dans une équipe bourrée d'offensive, il brille pendant trois ans mais, malheureusement pour lui, les Penguins l'échangent aux Whalers à la date limite des transactions en 1991, dans le fameux échange qui emmenait Ron Francis dans la bande à Mario et qui envoyait Zalapski et l'excellent centre John Cullen aux Whalers.

C'est dans l'uniforme au gros W que le défenseur connaîtra ses meilleurs moments dans la LNH. Il marquera vingt buts en 1991-92 et accumulera 65 points en 1992-1993, deux sommets en carrière. D'ailleurs, il participe aux match d'étoiles de la LNH au Forum de Montréal, en 1993, sa seule présence en carrière à cet événement.

Malgré ses prouesses offensives, Zalapski ne fait pas l'unanimité à Hartford. Ses entraîneurs lui reprochent un jeu défensif parfois erratique et un effort inconstant. Conséquemment, il est échangé aux Flames en 1994. Dans une équipe qui faiblit d'année en année et aux prises avec des blessures, l'ancien défenseur olympique décline et il ne produira plus jamais comme dans ses belles années à Pittsburgh et Hartford.

En 1997-1998, les Canadiens acquièrent ses services, dans l'échange qui envoie Valeri Bure à Calgary. Un autre mauvais échange de Houle, puisque Zalapski ne jouera que vingt-huit parties oubliables avec le tricolore, n'accumulant qu'un but et six points durant son séjour ici. L'autre joueur reçu de Calgary, Jonas Hoglund, ne jouera pas à la hauteur des (modestes!) attentes qui avaient été placées en lui.

L'ancien numéro 3 des Flames jouera en Europe et dans la défunte Ligue Internationale pendant deux ans, avant de revenir jouer douze matchs avec les Flyers au début de l'année 2000, ses derniers dans la LNH.

Fini, le Zarley? Pas exactement....il jouera une dizaine d'années en Europe (Suisse, Suède, Allemagne, Italie, Autriche) avant de se retirer en tant que joueur du HC Lausanne (LNB Suisse) à l'issue de la saison 2009-2010. Malgré son statut d'ancienne étoile de la LNH, Zalapski ne connaîtra pas des moments vraiment spectaculaires durant son séjour sur le Vieux Continent.

Les fans de hockey de ma branche d'âge se souviennent indéniablement du défenseur pour deux raisons. Bien sûr, ses qualités offensives et le fait qu'on l'a vu souvent contre le Canadien pendant quelques années et aussi, son nom unique et ses initiales qui l'étaient tout autant! Après tout, on ne connaît pas souvent des gens dont les initiales sont ZZ dans notre vie.

Le patineur natif d'Edmonton aura terminé sa carrière dans la LNH avec un (très!) respectable 384 points en 637 parties dans la meilleure ligue de hockey au monde. Il ne lui manquait qu'un petit but pour atteindre la marque de 100 pour sa carrière. Il aura quand même voyagé et disputé près de 900 matchs au hockey professionnel.

Salut, Zarley! Et merci pour les souvenirs...