Depuis quelques jours, je lis à travers les Unes sportives, plusieurs annonces d'athlètes prenant leur retraite ou une pause, pour cause de blessures récurrentes. Ces athlètes olympiques sont poussés au maximum et s'entraînent avec de nombreuses blessures, toujours en gardant le cap pour atteindre les plus hauts sommets de la gloire, et ce, pour leur nation.

Ce matin, sur le rds.ca, j'apprends que l'athlète de 35 ans, Dominique Maltais, qui a récolté cinq globes de cristal en snowboardcross, prend une année de pause afin de soigner, enfin, un dos devenu extrêmement fragile des suites de son sport. 

Qu’est-ce qui vous vient en tête lorsqu'un athlète annonce une année sabbatique? Il ne pourra plus progresser autant que les autres? C'est terminé pour lui? Retraite?

Pour ma part, je n'ai que de l'admiration pour ces athlètes, encore plus pour Maltais ce matin. Chapeau d’aller au-delà de sa petite voix intérieure qui lui dit : tu ne peux pas te reposer si tu veux gagner…. tu ne peux pas prendre une pause pendant que tes compétitrices progressent…. tu ne peux pas te permettre de ne pas t’entraîner, tu vas régresser….  tout cela avec la crainte constante que ta fédération sportive ne t'appuie pas... et tout cela, en milieu de cycle olympique.

Étant une athlète amateur, j’ai bien dit amateur, ces phrases me viennent souvent en tête malgré mon niveau de compétition. On se sent coupable d’arrêter UNE semaine pour réparer une blessure, car nous pensons que nous retardons nos victoires. Nous croyons qu’une semaine va nous enlever l’année entière de préparation.

Bonne nouvelle, on apprend ce matin qu'elle gardera tout de même contact avec sa planche cet hiver, en étant présente dans le développement de son projet, l'Académie DM, qui offre des activités sportives pour les jeunes. Je ne peux que la remercier d'être une modèle pour les jeunes.

Encore plus, je suis heureuse lorsque je lis que Snowboard Canada fera tout pour la remettre sur sa planche en santé et que les dirigeants vont l'appuyer jusqu'au bout. Je vais suivre son année de pause avec grand intérêt. 

Soutenons ces athlètes qui nous représentent tellement bien sur la scène internationale. Nous sommes toujours là pendant leurs moments de gloire, soyons là lorsqu'ils ont le plus besoin de nous.

Bonne décision, Dominique!