Malgré toute la tristesse qui nous envahit lorsqu’on se remémore des moments pénibles de notre vie, il en existe qui essentiellement, ne doivent pas être oubliés. Alors, il faut obligatoirement prendre les moyens pour se rafraîchir la mémoire et rendre un hommage particulier. Que dire maintenant des victimes qui bien malgré eux, ont dû payer de leur vie ou survécu avec des blessures physiques ou morales, à la suite de gestes irréfléchis et surtout inhumains de la part de personnes qui finalement, n’auront jamais compris ce que représentait leur mission sur cette planète.

 Dans le monde de la course à pied, évidemment, l’événement qui aura marqué l’histoire s’avère les attentats survenus lors du déroulement du marathon de Boston,  ce fameux 15 avril 2013.

 À l’occasion du 6e anniversaire de cette tragédie, les responsables de cette organisation ont officiellement donné leur accord pour la construction d’un mémorial sur la fameuse rue Boylston, à quelques mètres du fil d’arrivée,  à l’endroit même où les bombes ont explosé, provoquant trois décès et plusieurs blessés.

 

Le mémorial est en construction présentement et devrait être terminé pour la prochaine édition du marathon en avril.

 

Grâce à une subvention de 1,15 million$, l’artiste de renommée internationale, Pablo Eduardo, gradué de The School of the Museum of Fine Arts and Tufts University, qui possède un bagage d’une vingtaine d’années d’expérience dans ce milieu, réalisera l’œuvre, qui aux dires du maire de la ville de Boston, Marty Walsh, devrait être terminée à temps pour la 123e édition du marathon de Boston, prévue curieusement pour le 15 avril.

 Martin Richard, Krystal Campbell et Lu Lingzi ont perdu la vie lors de cette journée où deux détonations à deux endroits distincts furent entendues.

 Ce mémorial devrait mettre en vedette des piliers de pierre pivotant, qui se croiseront l’un dans l’autre au centre d’une plate-forme. Ces piliers rendront particulièrement hommage aux trois décès.

 

Des images gravées dans notre mémoire à tout jamais.

 

Chacun d’eux sera d’une hauteur de 18 pieds sous la forme de poteaux  lumineux de verre dans un cadrage de bronze. Deux arbres seront plantés à chacune des extrémités.

 On se rend compte que la communauté des adeptes de la course à pied restera marquée à jamais par cette triste séquence. En fait, ce mémorial nous rappellera cette journée et particulièrement pour ceux et celles des futures générations qui obtiendront le privilège de participer au marathon de Boston.

 Sans la construction de ce mémorial, cet événement aurait traversé le temps en disparaissant graduellement de la mémoire des gens, une logique trop souvent injuste mais aussi involontaire de la part des êtres humains.

 

Une maquette du mémorial.

 

Bien entendu, il est toujours plus agréable de célébrer un exploit, une prouesse ou une réussite via un monument ou une plaque qui sauront nous les rappeler.

 Se souvenir appartient à une réalité essentielle que l’on ne peut passer sous silence et cela même si la tristesse nous envahira à chaque fois que nous déambulerons aux abords de l’emplacement de ce drame.