« Je concrétise les rêves des gens. J’ignore où cela me mènera ».

 À 45 ans, la vie d’Éric Messier bascule. Non pas qu’il regrette le passé mais disons qu’une grande métamorphose s’active. « Je ne dépose plus d’argent comme avant mais ce que je fais aujourd’hui s’avère tellement plus gratifiant. »

 Un commentaire significatif dans les circonstances.

 Je l’ai croisé récemment à Carleton-sur-Mer, la veille d’un marathon. Sur le bord de la mer, le soleil brillait de tous ses feux. L’un des trois fondateurs du nouveau groupe de course à pied Bouédlo souhaite tellement que cette masse s’amplifie, car il croit fermement à ses bienfaits.

 Né à Saint-Hyacinthe le 28 septembre 1973, il a rapidement plongé dans la réalité du monde adulte. Père de deux enfants dès ses études secondaires, force est d’admettre que son attitude a pris une tangente autre que ses confrères de l’époque.

 

Cécile accompagnée de sa fille Karine et ses deux petites filles, Jade et Maude.

 

Toujours avec la mère de ses trois enfants depuis trente ans et fier de m’annoncer qu’il deviendra un papi d’ici peu, ses yeux scintillent de fierté quand il parle de cette période de sa vie que le couple a traversée avec haute distinction.

 À bas âge, il n’a pas d’autre alternative que de s’immerger dans le feu de l’action. Président de Friandise 2000 durant plusieurs années, il quitte l’entreprise en 2000 pour construire sa maison à Québec. Le 11 septembre 2001, le jour des tours jumelles à New York, il fonde les Promotions Kaboum suite à l’appel d’un ex-client, une aventure qui durera seize ans. Au fil des années, Éric achète une vingtaine d’immeubles dans la vieille capitale de sorte qu’aujourd’hui, le voilà qu’il profite avantageusement d’une préretraite !

 Avec un chiffre d’affaires de cinq millions de dollars et propriétaire d’une usine, il tasse le tout et retourne aux études tout en s’occupant de ses propriétés. Sauf que sa vie sociale disparaît drastiquement. Il considère alors ce changement beaucoup trop radical.

 

 

L'une des fondatrices, Kathy Pitre

 

Il a 39 ans lorsque sa femme lui lance cette phrase: « Tu ressembles à une femme enceinte ! » Piqué au vif, il réagit favorablement en diminuant son poids de 182lb à 140lb ! « J’ai fait du tapis roulant à la maison pendant trois ans car j’étais trop gêné de sortir dehors. Je ne voulais pas que les voisins me voient. Un jour, l’un d’eux est venu me voir pour me demander si j’étais malade, tellement j’avais fondu en apparence. »

 Sa première course officielle se réalise en 2016 avec son épouse lors du Défi Entreprise. Le 14 juillet 2016, il signe son premier demi en famille à Chambly et c’est à ce moment que l’idée de Bouédlo jaillit en compagnie des deux autres fondatrices, Kathy Pitre et Karine Léonard.

 Toutefois, le trio réalise que ce mot appartient au vocabulaire de l’humoriste Geneviève Gagnon de Cours Toutoune. « Nous l’avons informée de notre intention et elle a accepté à condition que nous gardions cette mission d’activer les gens. » Au moment d’écrire ces lignes, on compte 234 membres et le jour où l’on atteindra le chiffre magique de 500, Geneviève viendra leur donner un spectacle ! 

 

Karine Léonard complète ce fameux  trio.

 

« Nous avons su développer une attitude qui incite les gens de différents milieux à se joindre à nous. Même des coureurs qui appartiennent à d’autres regroupements n’hésitent pas à venir nous voir. »  Celui qui a déjà fait 2h53 au marathon insiste pour dire qu’il ne veut pas trop parler de lui lors de cette entrevue mais mettre plutôt l’accent sur l’existence de Bouédlo.

« À chacune de nos participations à des courses, nous attendons jusqu’au dernier membre. Ce qu’il y a de merveilleux dans ce projet c’est qu’actuellement, je reçois davantage que durant toutes mes années en affaires ! On n’apporte aucun jugement et notre slogan : À chacun son rythme,  a pour effet d’anéantir toutes les attentes. Nous disposons de coureurs ordinaires qui accomplissent des projets extraordinaires. On se rend compte que nous changeons des vies. »

 Il parle de celle que l’on surnomme « Ma Tante », Cécile Pitre, élue l’an dernier l’athlète par excellence. « Je croyais fermement en mes chances de remporter ce titre avec mes deux Boston et plusieurs km à mon actif ! Cécile a marché 2078 km durant son année, une madame du peuple qui a invité beaucoup de personnes de son entourage à la suivre. N’est-ce pas magnifique comme attitude ? »

 

La vie d'Éric Messier a radicalement basculé avec la création de Bouédlo.

 

Éric croit dur comme fer que Bouédlo atteindra les 500 membres en 2020. « Je constate qu’il existe un autre univers à part les affaires. Je découvre que j’aime le monde et que je l’influence. N’est-ce pas agréable de sentir que, guidé par le respect et la reconnaissance, tu peux atteindre cet objectif tout en étant toi-même ? Je suis convaincu que toutes ces réalisations me fourniront d’immenses satisfactions. »

 Et il me parle alors de ce jeune, ex-toxicomane qui a déjà fait de la prison et qu’il a pris sous son aile grâce aux effets positifs du groupe. « Nous ne voulons pas l’échapper ce groupe, ne perdre aucun poisson. J’ai besoin de ressentir cette gratitude de la part des membres que je tiens à mettre de l’avant. »

 

 

Un excellent coureur qui s'ignorait.

 

Éric Messier dit présentement rentrer au bureau en s’occupant de Bouédlo. La fraternité, la tolérance et l’ouverture d’esprit composent dorénavant sa nouvelle marque de commerce.

 Et dire que pour la réalisation de son premier marathon à vie, il avait décidé de faire seize fois le tour de son chalet, une semaine avant son 43e anniversaire de naissance ! Oui, Bouédlo permet de satisfaire leurs membres mais a forcément changé l’existence d’Éric Messier qui sans cette collectivité, tournerait en rond dans sa cage, tel un hamster !