Même s'il est un joueur dominant présentement, tout n'a pas été facile pour l'attaquant Brad Marchand, des Bruins de Boston, car il avait connu des difficultés importantes lors de ses débuts dans la LNH.
 
En effet, la petite peste de la formation dirigée par Bruce Cassidy, qui affiche un dossier de 28-59-87 avec un différentiel de plus 25 en 70 matchs en cette saison 2019-2020, avait eu de la misère à réussir son premier but dans le circuit, car il avait dû attendre son 29e match pour réaliser cette première !
 
Lors de sa première saison en 2009-2010, le 4e choix des Bruins, le 71e au total du repêchage de 2006, n'avait pu faire mieux qu'un dossier de 0-1-1 avec un différentiel de moins trois en 20 rencontres, lui qui après avoir récolté une assistance lors de son premier match dans la LNH, le 21 octobre 2009 (gain de 3-2, face aux Predators de Nashville), avait connu une séquence de 20 matchs de suite sans aucun point et qui avait été renvoyé aux Bruins de Providence, dans la Ligue américaine de hockey, le 17 novembre 2010, avant d'être rappelé le 10 mars 2010.
 
Son premier but a été réussi en désavantage numérique !
 
Au début de la saison 2010-2011, Marchand, qui a eu 32 ans le 11 mai dernier, avait eu un dossier de 0-1-1 dans ses huit premiers matchs, avant de débloquer, marquant son premier but le 3 novembre 2010, en désavantage numérique, à 3:32 de la première période, face au gardien Jhonas Enroth, dans un gain de 5-2, face aux Sabres de Buffalo, au HSBC Arena et un fait à souligner, il avait récolté une mention d'assistance quelques minutes plus tard, sur un autre but en désavantage numérique, marqué par Patrice Bergeron, à 14:54 de ce premier vingt.
 
Suite à ce premier but, il avait présenté un dossier global de 21-20-41 avec un différentiel de plus 25 dans ses 77 matchs réguliers en 2010-2011 et encore plus important, il avait été superbe dans les séries éliminatoires, affichant un rendement de 11-8-19 avec un différentiel de plus 12 en 25 matchs éliminatoires, aidant les Bruins à remporter la Coupe Stanley pour la première fois depuis 1971-1972.
 
Dans ses 11 saisons dans la LNH, Marchand a un dossier global de 290-356-646 avec un différentiel de plus 221 en 751 matchs réguliers, lui qui après avoir atteint le plateau des 100 points pour la première fois de sa carrière en 2018-2019 (36-64-100 en 79 matchs), il se dirigeait vers une autre production du genre, avant l'actuelle pandémie.
 
Il est utilisé à toutes les sauces, à forces égales, en avantage numérique, en désavantage numérique, lui qui a eu un temps de glace de plus de 19 minutes dans chacune de ses quatre dernières saisons, dont un sommet personnel de 19:43 minutes, en 68 matchs, lors de la saison 2017-2018.
 
Il totalise 27 buts en désavantage numérique en saison régulière, un sommet de l'histoire des Bruins de Boston, deux de plus que Rick Middleton. 
 
En séries éliminatoires, il a un dossier de 30-53-83 avec un différentiel de plus 28 en 108 rencontres, ayant participé à la finale de la Coupe Stanley en trois occasions, l'emportant dans la limite de sept matchs (4-3), face aux Canucks de Vancouver, en 2010-2011 et s'inclinant en six matchs (2-4), face aux Blackhawks de Chicago, en 2012-2013 et en sept matchs (3-4), contre les Blues de St. Louis, en 2018-2019.
 
Soulignons que c'est Claude Julien qui était l'entraîneur-chef des Bruins de Boston lors des débuts de Brad Marchand dans la LNH.
 
Même s'il a été un rouage important pour les Bruins, il y a une grosse ombre au tableau, car Marchand, qui semble poser des gestes disgracieux très souvent, a été suspendu pas moins de six fois (19 rencontres), en plus d'avoir écopé de plusieurs amendes lors de sa carrière.
 
En cette période de pandémie de la COVID-19, il sera intéressant de voir son comportement lors de la reprise des activités de la LNH, car on se souvient de son geste posé au léchant le visage de Leo Komarov, des Maple Leafs de Toronto, dans le premier match de la demi-finale de l'Association de l'Est, le 12 avril 2018.
 
Même si on chuchote que tous ceux qui dénoncent le comportement de Brad Marchand avec les Bruins, seraient les premiers à l'aduler s'il se retrouvait dans leur équipe préférée, je crois que c'est une infime minorité qui pense ainsi, car un comportement déplorable est inacceptable, peu importe l'uniforme du joueur.
 
Avec une excellente formation qui peut aspirer à remporter la Coupe Stanley, les Bruins de Boston devrait se retrouver au petit écran durant une bonne partie des éliminatoires, si ces dernières étaient présentées en été.