On se remet à peine d’un nouveau record du monde sur marathon que voilà à nouveau des experts qui parlent de fracasser la barre des 2 heures !

 Eliud Kipchoge  du Kenya a étonné avec son 2h01 :39 à Berlin il y a quelques jours. Quand on pense que son record personnel était de 2h03 :05, on se demande comment il a bien pu abaisser cette marque aussi radicalement. Je n’affirme pas, je suppose logiquement. Et j’ai le droit de me poser des questions sans rien enlever à ces athlètes exceptionnels.

 Kipchoge court des marathons  depuis 2013 seulement. Ce qui signifie qu’en l’espace de cinq ans, il se retrouve au sommet du monde !

 

Kipchoge, un coureur exceptionnel.

 

Voilà ce qui fait dire à Michael Loyner, un imminent professeur d’anesthésiologie américain que des talents se cachent présentement quelque part dans les montagnes en Amérique du Sud ou dans l’Himalaya. Il reste convaincu que d’ici quelques années, l’un deux pourra franchir les deux heures sur marathon.

 À 33 ans, Kipchoge vieillit. Oui, il lui reste encore d’autres bonnes performances à livrer mais on croit qu’il pourra difficilement battre la marque qu’il vient d’établir, tant physiquement que mentalement.

 C’est lui qui en mai, par l’entremise de la compagnie Nike sur le circuit de Monza en Italie, avait réalisé un chrono de 2 :00 :25. D’ailleurs, avant cet exploit, il avait pris part à 11 marathons, décroché dix victoires, sauf en 2013 à Berlin avec une 2e position.

 

Imaginez la chance que ces athlètes du Kenya bénéficient !

 

Loyner signale que dans cette zone, on doit nécessairement réunir plusieurs facteurs afin de faire en sorte d’améliorer le record. Il parle ainsi d’une température fraîche, d’un minimum de virage, peut-être organiser la course durant la nuit et rapatrier des coureurs aussi rapides qui pourraient former un écran devant le candidat afin de diminuer l’impact du vent. Toutefois, pour créer ce moment, il faudrait disposer d’un gros budget.

 On commence déjà à songer à l’avenir et les experts croient que deux candidats pourraient peut-être éventuellement améliorer le record de Kipchoge. Il s’agit d’un éthiopien de 18 ans, Selemon Barega et du norvégien Jakob Ingebrigtsen.

 Loyner espère que vers la fin des années 2020 ou début des années 2030, un humain pourra franchir la distance marathon en moins de deux heures.

 

 

La performance de Kipchoge à Berlin a fait écarquiller bien des yeux.

 

La consommation maximale en oxygène reste l’élément qui pourrait faire toute la différence dans une telle course et il faudra surveiller de près les conditions des participants. Reconnaissons que pour l’obtention d’une telle prouesse, les bénéfices deviennent extrêmement intéressants et nombreux candidats pourraient être tentés d’utiliser des moyens détournés pour parvenir à leur fin.

 C’est bien beau de battre des records mais on doit les établir convenablement et surtout ne pas s’interroger à savoir si l’athlète se retrouvait dans des conditions saines.

 Habituellement stoïque quand il court ou qu’il franchit la ligne d’arrivée, Eliud Kipchoge a manifesté sa joie à la grande surprise de tous lorsqu’il a traversé la ligne d’arrivée à Berlin.

 La preuve que quand la réussite s’installe, elle peut changer un comportement lorsqu’on entre dans la classe des Grands. Pour battre des records et faire de l'argent, on brise parfois des règles de fondement.