Les Chargers de Los Angeles avaient besoin d’une victoire, et ils ont quitté le Arrowhead Stadium avec cette même victoire en levée de rideau du 15e weekend d’activités dans la NFL. Un match parsemé d’erreurs, des jeux spectaculaires, un arbitrage douteux par moment, mais tout un spectacle! Les plus vieux diront un match digne de la AFL! En bout de ligne, Philip Rivers a su rallier les troupes. Pour les Chiefs, le revers resserre le tableau des éliminatoires. Et cette fois, la magie de Mahomes qui avait permis de vaincre les Ravens le weekend dernier, n’a pas fonctionné jeudi.

https://www.youtube.com/watch?v=QG7tvYNZ-qY&feature=youtu.be

Les Chargers se sont présentés dans l’un des endroits les plus hostiles de la NFL avec le mandat de remporter ce face-à-face. Rappelons que les Chargers avaient baissé pavillon dans les neuf derniers affrontements face aux Chiefs. Et pour ajouter à ce scénario peu encourageant, l’équipe d’Anthony Lynn était privée du porteur de ballon étoile Melvin Gordon.

Les Chiefs étaient en avancent 14-7 lorsque Rivers a lancé sa seconde interception du match, cette fois dans la zone des buts juste avant la mi-temps. Les Chargers laissaient filer ainsi une opportunité de resserrer le pointage. Le 3e quart a vu les deux équipes s’échanger des majeurs. Mais c’est au 4e quart que le match a pris une toute autre tournure.

Avec moins de 4 minutes à faire, Rivers a remis le ballon à Justin Jackson qui a traversé la ligne des buts. Puis, une pénalité pour obstruction dans la zone des buts a pavé la voie au touché de Mike Williams, avec seulement 4 secondes au cadran. La reprise vidéo a confirmé catch de Williams dans la zone payante. Et alors que tout le monde s’attendait à une transformation d’un point, Anthony Lynn a décidé de jouer le tout pour le tout. Rivers a repéré à nouveau Mike Williams pour porter la marque à 29-28. Le botté de reprise n’a rien donné, alors que les dernières secondes disparaissaient de l’horloge.

La remontée des Chargers, menée de main de maître par Philip Rivers, est loin d’être banale. Los Angeles est devenue la première équipe cette saison à combler un déficit de 14 points dans les 5 dernières minutes d’un match (1-89). Réalisé un tel tour de force à Kansas City, sans Melvin Gordon, et Keenan Allen, à l’écart du jeu depuis le 2e quart en raison d’une blessure à la hanche, est digne de l’exploit. Le travail de la défensive est également à noter. Suite au touché de Justin Jackson, qui portait le score à 28-21, l’unité défensive de Gus Bradley a forcé un dégagement des Chiefs après avoir stoppé Patrick Mahomes à sa ligne de 6.

Et parlons-en de Patrick Mahomes. Il est certes un joueur très en vue cette saison, et s’attire les éloges en raison de ses performances offensives. Mais à quelques occasions il aurait pu mettre son équipe dans le pétrin avec manœuvres douteuses, extravagantes. Des passes de côté, certaines sans regarder ses receveurs et une en particulier utilisant un joueur défensif comme écran fonctionnent pour le moment. Troy Aikman, analyste du réseau FOX, a déclaré durant la description du match que «regarder Mahomes c’est comme regarder les Harlem Globettroters»! Compliment ou critique, difficile à dire. Mais il y a fort à parier qu’Andy Reid discutera prochainement avec son quart-arrière en regard de ces mêmes manœuvres, qui se retrouvent souvent dans les montages des meilleurs moments de la semaine. Est-ce cependant une façon de faire qui tiendra la route encore longtemps? Habituellement, ce style de jeu ne résiste pas l’épreuve du temps.

Avec cette victoire, Los Angeles (11-3) s’assure une place pour les éliminatoires, et ce pour la première fois depuis 2013. Pour ce qui est des Chiefs, ils n’ont plus droit à l’erreur s’ils veulent garder le premier rang dans la division Ouest de l’Américaine, et le première place dans la conférence.