L’Halloween arrive, c’est le temps de préparer vos sacs à surprises! Parlant de surprises, il y en a quelques-unes dans la LNH en ce début de saison et l’une d’entre elles se passe à Montréal. Avouez, les performances du Canadien jusqu’ici, c’est du bonbon. Les hommes de Claude Julien sont rapides, l’esprit d’équipe est meilleur et surtout, gagne ou perd, le club offre un bon spectacle contrairement à la saison dernière. L’équipe ne gagne pas en raison de la chance, elle gagne parce qu’elle est la meilleure formation sur la glace.   

Les changements apportés par Marc Bergevin sont positifs. Alors que Max Pacioretty ne s’est pas encore ajusté à la chaleur de Vegas, Tomas Tatar s’amuse comme un petit fou. Il trône au sommet des pointeurs du CH avec 8 points en 6 duels. La saison dernière, l’attaquant a atteint cette marque après 20 matchs avec les Red Wings, soit le 17 novembre 2017.  La saison précédente? Il a atteint les 8 points seulement en décembre. En fait, c’est bien simple, on peut dire qu’il connaît son meilleur début de saison depuis ses débuts LNH il y a 8 ans puisque le joueur de 27 ans n’a jamais atteint le plateau des 8 points en octobre. Et le mois n’est pas terminé…  Celui qui s’est fait larguer comme une vieille chaussette trouée deux fois dans la même saison, par les Wings et ensuite les Golden Knights, est devenu l’une des bougies d’allumage du CH.  Non seulement il noircit la feuille de pointage mais en plus, les émotions qu’il démontre laissent croire qu’il s’y plait drôlement ici.

Bergevin désirait un changement d’attitude et même s’il est loin d’être parfait, on peut dire que le DG a réussi en peu de temps à changer le visage de cette équipe. Même Jonathan Drouin embarque dans la parade, lui qui n’est pas le plus expressif. Sa réaction au banc lors du but de Brendan Gallagher avec 9 secondes à écouler dans le match face aux Blues est révélatrice.

Oubliez le Canadien de la saison dernière, ça n’a rien à voir mais n’allez pas chercher vos chaises pour la parade en juin prochain, gardez-vous une p’tite gêne quand même!  Pour la première fois depuis des lunes, on peut dire que les performances du CH e donnent pas envie de changer de poste.

Plusieurs amateurs ont eu le cœur brisé lorsqu’Alex Galchenyuk a été échangé aux Coyotes. Par contre, les performances de Max Domi aident à l’oublier un peu, n’est-ce pas? Domi ne va peut-être pas marquer 30 buts, par contre, il est fougueux et il provoque toujours quelque chose sur la glace. Il semble plus constant que Galchenyuk mais on verra à long terme. Une chose est certaine, il se moule parfaitement au nouveau style de l’équipe. Il doit être un peu gossant à affronter. Il soutire souvent la rondelle à ses adversaires et il ne lâche jamais.

Le Canadien aussi, est gossant. Premier sur la rondelle plus souvent qu’autrement, il étourdit ses adversaires. Quand on regardait la formation sur papier, on se disait que le talent offensif était assez limité mais le CH fait mentir les experts avec ses 21 buts en 6 matchs. Pas si mal pour une équipe qui n’a pas de McDavid ou de Matthews...

À la ligne bleue, l’acquisition de Mike Reilly semble un véritable vol du CH.  Dur de croire qu’il n’a coûté qu’un simple choix de 5e tour au CH. Le Wild risque de le regretter!  Sa mobilité, sa vitesse et sa confiance en possession de la rondelle fait bien paraître le CH et on comprend pourquoi de nombreuses formations avaient démontré de l’intérêt dans le passé.

C’est seulement 6 matchs mais pour l’instant, le Bleu Blanc Rouge offre des bonbons à ses partisans.  Une seule équipe a réussi à battre Montréal en temps réglementaire et c'est les Kings.

LA question que tout le monde se pose maintenant : est-ce que les succès du CH vont durer?