Malgré ce qui s’apparentait à un acte de foi envers Jarrett Stidham au mois d’avril, Bill Belichick a tout de même décidé d’introduire Cam Newton dans le giron des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. De plus, de nombreuses rumeurs ont circulé au cours des derniers mois à savoir que les Patriots n’étaient pas du tout intéressés au service de l’ancien lauréat du MVP de la NFL en 2015. Comment expliquer un tel changement d’idée? L’état de santé de Newton est-il plus encourageant que l’on croyait? Est-ce le fait que Cam Newton ait accepté un contrat d’une saison qui ne peut lui rapporté  que 7.5 M$ dans le meilleur des cas?

D’emblée, le poste de quart-arrière partant des Patriots vient de se transformer en lutte impitoyable au plus fort. Avant l’arrivée de Cam Newton avec l’équipe, tout portait à croire que Belichick avait tacitement confié les clés du véhicule à Stidham, après avoir choisi de ramener Brian Hoyer (celui que Stidham a déclassé au camp d’entraînement en 2019) dans les rangs de l’équipe à titre de quart-arrière réserviste. Désormais, rien n’est moins sûr. En vérité, si les problèmes de santé de Cam Newton (blessure à l’épaule, blessure à la cheville) ont eu le temps de guérir complètement depuis l’an dernier, il ne fait pas de doute que Newton sera le quart-arrière partant des Patriots en 2020.

Or, que signifie ce renversement pour Jarrett Stidham? Est-il possible que les contraintes du Covid-19 et l’annulation de la première phase du camp d’entraînement aient convaincu Belichick que la situation n’était pas favorable à ce que Stidham soit jeté dans la mêlée avec si peu de préparation? Pourquoi alors ne pas se tourner vers l’expérience de Brian Hoyer? Probablement parce que Belichick ne croit pas en ses chances de connaître du succès avec le vétéran réserviste en 2020.

Avec la perte de Tom Brady, il est évident qu’un Cam Newton en santé représente une amélioration importante à la position de quart-arrière pour les Patriots. Toutefois, dans quelle mesure ce scénario peut-il durer? Si jamais Newton connaît une saison à la hauteur des attentes, Belichick accordera-t-il un contrat à long terme à un quart-arrière qui possède un historique de blessures significatif? Sans oublier la personnalité extravagante et plaintive de Newton qui ne correspond pas du tout aux principes de la Patriot Way : humilité, honneur, sacrifice, résilience, dévouement.

Il faut aussi interpréter l’arrivée de Cam Newton dans un contexte plus large que la saison à venir, c’est-à-dire celui de la reconstruction dans laquelle se sont engagés les Patriots depuis le départ de Tom Brady et l’ouverture des joueurs autonomes . Le début officiel de la saison 2020 s’est accompagné de la perte de piliers de la défensive de l’équipe : Jamie Collins et Kyle Van Noy. La saison dernière, les Patriots représentaient l’équipe la plus âgée de la NFL (moyenne de 29.5 ans) . Avec une transition importante au poste de quart-arrière (de Tom Brady à Jarrett Stidham), il semblait convenu que les Patriots se dirigeaient vers une refonte nécessaire et, surtout, une cure de rajeunissement. La venue de Cam Newton vient sérieusement compromettre le processus de reconstruction amorcé au mois d’avril, à condition que son état de santé lui permette de conserver son poste de quart-arrière partant.

Adam Schefter  rapportait que Newton avait réussi un examen médical réalisé à Atlanta au mois de mars. La réhabilitation physique de Newton s’est alors poursuivie durant la saison morte. Par un curieux concours de circonstances, l’ancien quart-arrière des Panthers de la Caroline avait subi une fracture du ligament de Lisfranc dans un match préliminaire face aux Patriots en août 2019. Cette blessure l’empêcha de disputer plus de 2 matchs la saison dernière et conduisit éventuellement à son retranchement des Panthers de la Caroline. Selon plusieurs informations rapportées, les Panthers auraient pris cette décision en raison de la certitude que Cam Newton ne se remettrait jamais complètement de ses blessures subies dans le passé. L’organisation ne le considérait plus comme une option viable à long terme.

De plus, la plupart des observateurs ont interprété la fin de l’ère Tom Brady par le fait que poursuivre encore 2-3 ans avec lui aurait retardé de manière significative la reconstruction des Patriots. Or, si Cam Newton (en santé) représente une option à plus ou moins moyen terme pour Belichick, la même réflexion peut être faite concernant le type de transition que connaîtront les Patriots. Choisir Cam Newton signifie retarder la possibilité de repêcher le quart-arrière de l’avenir à un haut rang au repêchage. Si les chances de mettre la main sur Trevor Lawrence étaient réalistes avec Jarrett Stidham comme quart-arrière partant en 2020, elles seraient pratiquement nulles avec un Cam Newton qui performe à la pleine mesure –ou presque –de ses capacités. Car, on s’entend, Cam Newton n’acceptera jamais un rôle de réserviste et Belichick ne lui a pas accordé 7.5 M$ pour lui confier ce rôle.

Un autre aspect important compromet également la durabilité du projet Cam Newton avec les Patriots : son incapacité bien connue à assimiler un système offensif complexe. À son arrivée dans la NFL, Newton fut tellement dépassé par les subtilités du niveau professionnel que les Panthers décidèrent de réduire leur cahier de jeux à sa plus simple expression, invitant Newton par le fait même à improviser et à miser sur ses qualités athlétiques hors du commun pour dynamiser l’attaque des Panthers. Ce pari s’est avéré convaincant jusqu’à ce que les blessures restreignent sévèrement Newton dans sa capacité à déborder de la pochette.

Privé de sa pleine mobilité, Cam Newton devra apprendre à devenir un véritable dropback passer habile dans la pochette pour demeurer dans la NFL. Cela signifie qu’il devra se consacrer à l’étude rigoureuse du football, une activité qu’il a toujours exécrée, depuis son passage dans les rangs collégiaux. Cam Newton préfère improviser et, même s’il retrouve sa force explosive de jadis, Bill Belichick ne confiera pas son attaque à un quart-arrière qui refuse de se soumettre complètement à la Patriot Way et à l’étude rigoureuse de son système. Il n’a pas hésité à se départir de Drew Bledsoe pour les mêmes raisons en 2001. L’expérience Cam Newton sera concluante ou elle se terminera par le retranchement expéditif du quart-arrière vedette.