La saison 2017-2018 fut difficile pour Carey Price. Après quelques saisons difficiles, Carey Price prit son envol avec Stéphane Waite pour devenir pendant plusieurs années le meilleur gardien de la NHL.

Néanmoins, la dernière saison nous laisse perplexe et empreint d’inquiétude. Seriez vous prêt à mettre en garantie votre maison que Carey Price reviendra au niveau d’excellence auquel il nous a habitué ? Si votre réponse est non, je pense que vous devriez envisager toutes les options.

Un contrat de 10.5 millions par année sur le cap salarial est un non-sens, surtout pour un gardien qui a déjà 30 ans. Ce contrat deviendra un boulet pour l’organisation du CH pour les 8 prochaines années s’il ne retrouve pas son apogée.

En conséquence, sa valeur dégringolera à vue d’œil, sans aucune possibilité de l’échanger, si échange il y a, car voyez-vous, Marc Bergevin lui garantie son plein salaire, sans boni de performance, avec une clause de non-mouvement pour toute la durée de l'entente.

Son salaire se maintiendra à 10,5 millions par année sur le cap salarial, pendant que sa valeur et ses performances déclineront au fur et à mesure, en raison de la progression de son âge. Les plus optimistes verront toutefois une possibilité que sa valeur remonte au rythme de ses performances dès l'automne prochain.

Le problème, devient-il insoluble ? Je ne pense pas. Je crois que la solution idéale serait de dire : "Carey nous débutons une reconstruction ; est-ce que tu peux lever ta clause de non-échange ? Nous aimerions négocier avec ton agent un montant compensatoire pour racheter ta clause de non-échange et non-mouvement. Pourrait-on en venir à un arrangement ? Qu’en penses-tu ? "

Le cap salarial augmentera de 15 millions l’an prochain, une somme de 10 à 15 millions devrait réussir à soutirer les dernières objections de Carey Price. Une solution moins coûteuse serait de lui offrir d’aller jouer dans l’Ouest Canadien ; mais encore faut-il qu’il reste aux équipes de l’espace sous le cap salarial ? Absorber jusqu'à 30 % du salaire de Price pour 3 ans serait-il envisageable plutôt que de risquer de vivre 8 ans de misère ?

Évidemment, une telle proposition n'est pas sans contenir un objectif précis. Les sabres de Buffalo détiennent le 1er choix au repêchage pour réclamer Rasmus Dahlin. Cependant, leur gardien numéro un, Robin Lehner, ne fait plus partie de leur plan. Ils recherchent désespérément à la recherche d’un gardien pour le remplacer. Les performances récentes de Price m'incitent à risquer un échange au sein de la même division.

Est-il possible de conclure une transaction impliquant Carey Price contre leur premier choix, Rasmus Dahlin ? Le défenseur suédois est à la défense, un joueur générationnel, qui équivaut à Conor McDavid, Sidney Crosby, etc. Évidemment, sans un accord écrit de Carey Price la solution deviendra impossible. Néanmoins, la pression a Montréal réussira rapidement à vaincre tous ses objectifs et ceux de son épouse ; tout autant dont l'idée de faire partie d'une reconstruction a Montréal.

Sacrifier de Carey Price constitue certainement la meilleure méthode pour reconstruire rapidement en allant soutirer les meilleurs espoirs des autres organisations, et particulièrement ceux des Canucks, avant que leurs valeurs augmentent. Les Oilers d'Edmonton ont un excellent mélange de jeunes joueurs de la NHL, de prospect et de choix ; cependant, en raison du plafond salarial et il sera difficile pour plusieurs d'inclure Carey Price sous le cap salarial, et c'est le cas pour Edmonton..

Il existe néanmoins des équipes comme les Hurricanes de la Caroline et les Coyotes de l'Arizona qui ont beaucoup d'espace sous le cap salarial. Quoi qu'il en soit, sa disponibilité générera beaucoup d'intérêt si le Canadien accepte de payer une partie de son salaire pour deux à trois ans et de transiger avec Carey Price au prochain repêchage.

Sa valeur repose principalement sur l'espoir qu'il retrouve ses standards d'excellence dès l'an prochain. Une autre saison difficile réduirait à néant sa valeur et je ne suis pas prêt à prendre un tel risque financier pour les 8 prochaines années.

Plusieurs équipes sont en mesure de gagner avec un gardien qui se situe au milieu du classement des gardiens de la ligne nationale de Hockey, Anti Niemi a maintenu le 5e meilleur pourcentage d’efficacité au cours de la saison 2017-2018 ; Jonathan Bernier sera agent libre cette année. Il est possible aussi, par transaction, d'obtenir des Oilers, le gardien Cam Talbot, qui après une saisons d'excellence suivis d'une saison difficile, pourrais retrouver rapidement ses moyens sous Stéphane Waite, tout comme Anti Niemi l'a fait. Des solutions de remplacement existent. Pensons, à Charlie Lindgren qui peut occuper ce poste.

La relève est présente devant les buts chez le Canadien. Qu’on pense entre autres à Cayden Primeau entre autres. Il sera possible de repêcher avec leur 38e choix au 2e tour le gardien Olivier Rodrigue. Dans le cas de Zachary Fucale, je crois qu’il mérite encore une chance d'obtenir un contrat du Canadien et de travailler sous la férule d'un entraîneur des gardiens de but à temps plein, le talent est encore présent chez lui. Le développement démontre plusieurs lacunes au sein de l'organisation du CH.

La question à se poser est qu’elle serait l’intérêt des équipes envers Carey Price s’il devenait disponible et quelle serait les offres en retour ? Difficile d’y répondre. Marc Bergevin sera tenté d’obtenir des vétérans en retour notamment pour protéger son emploi ; mais aussi parce que les équipes veulent balancer leur plafond salarial. Rebâtir avec des vétérans n'est pas un plan de reconstruction structuré. Ses erreurs ont atteint la limite de notre patience collective, je crois. Marc Bergevin pense qu'il est impossible de gagner sans un gardien comme Carey Price. Pourtant, plusieurs équipes concentrent davantage de ressource financière en attaque, tout en ayant un gardien qui se situe dans la moyenne de la NHL.

Seriez-vous prêt à tendre un boni de 10 à 15 millions à Carey Price pour lui dire Adieu et dire bonjour Rasmus Dahlin (18 ans) ? Un joueur d’une génération et spectaculaire, capable de nous donner 12 saisons de plus que Carey Price, qui a déjà 30 ans. La réponse nous semble logique.

On se reconnecte bientôt.