En ce jeudi, 23 février 2017, l’entraîneur-chef Claude Julien, du
Canadien de Montréal, va atteindre un plateau important de sa carrière
dans la Ligue nationale de hockey.

En effet, Julien, qui aura 57 ans le 23 avril prochain, sera en poste
pour le 1000e match de sa carrière dans le circuit, en affrontant les
Islanders de New York, au Centre Bell.

En 999 matchs réguliers, il présente un dossier de 539-333-10 (117)
pour 1205 points, une moyenne de réussite de ,603, ayant été derrière
le banc de trois équipes, le Canadien de Montréal (en deux occasions),
les Devils du New Jersey et les Bruins de Boston, équipe avec laquelle
il a gagné la Coupe Stanley en 2010-2011.

Il a débuté avec le Canadien de Montréal, remplaçant Michel Therrien,
le 17 janvier 2003 et après avoir été remplacé par Bob Gainey, le 15
janvier 2006, il s’est retrouvé à la barre des Devils du New Jersey,
en 2006-2007 et après avoir été remplacé par Lou Lamoriello, le 2
avril 2007, il s’est retrouvé avec les Bruins de Boston, de 2006-2007
à 2016-2017, ayant été remplacé par Bruce Cassidy, le 7 février
dernier.

LA FICHE DE CLAUDE JULIEN DANS LA LIGUE NATIONALE DE HOCKEY
ÉQUIPES-PJ-V-D-N-(P/F)-PTS-MOY.
Montréal-161-73-63-10-15-171-(,531)
New Jersey-79-47-24-0-8-102-(,646)
Boston-759-419-246-0-94-932-(,614)
TOTAUX-999-539-333-10-117-1205-(,603)

Le Canadien a eu une forte domination sur les Islanders de New York

Depuis quelques saisons, le Canadien de Montréal semble vraiment
confiant lorsqu’il affronte les Islanders de New York, car il les
domine outrageusement.

En effet, la formation dirigée par Claude Julien présente un dossier
de 7-1-0 dans ses huit matchs réguliers disputés contre celle de Doug
Weight, la surclassant 29-17 (plus 12), au chapitre des buts
marqués-concédés, la balayant 3-0-0 dans les trois matchs joués dans
chacune des deux dernières saisons et divisant les honneurs des deux
premières parties disputées cette saison, triomphant lors du premier
duel (3-2), le 26 octobre dernier et s’inclinant 3-1, le 26 janvier,
au Barclays Center.

Les Islanders ont été excellents lors des deux dernières saisons,
récoltant 101 points en 2014-2015 et 100 points en 2015-2016 et cette
saison, ils ont un dossier de 28-21-10 pour 66 points en 59 parties.

Soulignons qu’ils ont un superbe dossier de 11-4-2 dans les 17 matchs
disputés depuis que Doug Weight a remplacé Jack Capuano comme
entraîneur-chef, le 17 janvier dernier.

Ils disputent ce soir le 2e match d’une série de neuf de suite à
l’étranger, ayant remporté mardi soir, un gain de 3-1, face aux Red
Wings de Detroit, au Joe Louis Arena.

LES HUIT DERNIERS MATCHS DU CANADIEN CONTRE LES ISLANDERS DE NY
10 avril 2014-Islanders de NY 2 à Montréal 0 (dernier revers au Centre Bell)
(2014-2015)
23 décembre 2014-Montréal 3 à Islanders de NY 1
17 janvier 2015-Islanders de NY 4 à Montréal 6
14 mars 2015-Montréal 3 à Islanders de NY 1
(2015-2016)
5 novembre 2015-Islanders de NY 1 à Montréal 4
20 novembre 2015-Montréal 5 à Islanders de NY 3
22 novembre 2015-Islanders de NY 2 à Montréal 4
(2016-2017)
26 octobre 2016-Montréal 3 à Islanders de NY 2
26 janvier 2017-Montréal 1 à Islanders de NY 3
23 mars 2017-Islanders de NY à Montréal (19h30)

LE VOYAGE DE NEUF MATCHS DE SUITE DES ISLANDERS DE NEW YORK
19 février 2017-New Jersey 4 à Islanders de NY 6 (dernier match local)
21 février 2017-Islanders de NY 3 à Detroit 1
23 février 2017-Islanders de NY à Montréal (19h30)
25 février 2017-Islanders de NY à Columbus (17h)
2 mars 2017-Islanders de NY à Dallas (20h30)
3 mars 2017-Islanders de NY à Chicago (20h30)
5 mars 2017-Islanders de NY à Calgary (16h)
7 mars 2017-Islanders de NY à Edmonton (21h)
9 mars 2017-Islanders de NY à Vancouver (22h)
11 mars 2017-Islanders de NY à St. Louis (20h)
13 mars 2017-Caroline à Islanders de NY (19h30) (prochain match local)

Mike Ribeiro ne produit pas plus dans la Ligue américaine

Après avoir été soumis au ballottage, l’attaquant Mike Ribeiro, des
Predators de Nashville, qui n’a pas été réclamé, poursuit péniblement
sa carrière dans la Ligue américaine de hockey.

En effet, l’ex-joueur du Canadien de Montréal, qui affichait un piètre
dossier de 4-21-25 avec un différentiel de moins cinq en 46 matchs
avec la formation dirigée par Peter Laviolette, avait été ignoré par
les 29 autres formations et rétrogradé chez les Admirals de Milwaukee,
club-école de la Ligue américaine.

En sept rencontres depuis ce changement, il a un rendement très
ordinaire de 1-2-3 avec un différentiel de moins deux (les Admirals
sont 4-2-1 dans les sept matchs) et ce retour dans ce circuit était
une première depuis la saison 2002-2003, alors qu’il avait été cédé
aux Bulldogs de Hamilton, formation-école du Canadien de Montréal.

Ribeiro, qui a eu 37 ans le 10 février dernier est au bout du rouleau
et il est le genre de joueur qui doit produire en attaque pour
justifier sa présence dans la Ligue nationale de hockey, car il n’est
d’aucune utilité sur les autres facettes du jeu, n’étant pas rapide,
ni robuste en plus d’être médiocre sur les mises en jeu.

Avant d’être placé au ballottage, il en arrachait plus que jamais, car
il affichait un dossier de 0-6-6 avec un différentiel de moins sept
dans ses 18 dernières parties disputées du 15 décembre 2016 au 24
janvier 2017 et il avait marqué son dernier but le 13 décembre, dans
un gain de 6-3, face aux Blues de St. Louis, au Bridgestone Arena et
pis, il n’avait été atroce sur les mises en jeu, affichant un
rendement médiocre de 33,73%, ne gagnant que 56 de ses 166
confrontations, n’ayant pas eu un rendement positif dans aucune des 18
rencontres, terminant à égalité deux fois et en territoire négatif
lors des 16 autres parties.

En effectuant une rétrospective plus prononcée, nous constatons qu’il
avait terminé la saison 2015-2016 avec un rendement plus qu’ordinaire,
car après avoir réussi un but lors du match du 3 mars 2016, lors d’un
revers de 5-4, en prolongation, face aux Devils du New Jersey, il
avait été incapable de marquer jusqu’à la fin de la saison, affichant
un dossier de 0-5-5 avec un différentiel de plus deux dans ses 16
dernières rencontres régulières et pis, il avait eu un dossier de
0-2-2 avec un différentiel de moins trois dans ses 12 matchs
éliminatoires, ayant été rayé de la formation en deux occasions.

Cela lui faisait un dossier combiné de 0-7-7 avec un différentiel de
moins un dans ses 28 dernières parties de la saison 2015-2016 et en
ajoutant son rendement de 4-21-25 avec un différentiel de moins cinq
en 46 matchs en 2016-2017, cela donne une fiche globale de 4-28-32
avec un différentiel de moins six dans ses 74 dernières rencontres
disputées.

Sa carrière dans la Ligue nationale de hockey est possiblement
terminée, car il est difficile de voir une équipe qui le réclamerait,
sans oublier que l’équipe de l’expansion, les Golden Knights de Las
Vegas va s’orienter vers des joueurs jeunes et surtout productifs.

Son dernier match disputé dans la LNH a été celui du 24 janvier
dernier, un revers de 5-4, en prolongation, face aux Sabres de
Buffalo, au Bridgestone Arena, alors qu’il avait eu un rendement de
0-1-1 avec un différentiel de moins deux et les Predators ont une
fiche de 5-5-1 dans les 11 matchs disputés depuis son départ.

Lors de son passage dans la LNH, il a eu une fiche de 228-565-793 avec
un différentiel de plus cinq en 1074 matchs réguliers et de 7-27-34 en
67 matchs éliminatoires, n’ayant jamais atteint la finale de la Coupe
Stanley, s’arrêtant dans la troisième ronde lors de la saison
2007-2008, dans l’uniforme des Stars de Dallas.

Les Maple Leafs de Toronto pourraient égaler leur fiche de l’an dernier

Les Maple Leafs de Toronto vont bien cette saison, eux qui pourraient
égaler leur total de points de l’an dernier.

En effet, la formation dirigée par Mike Babcock, qui affiche un
rendement de 28-20-11 pour 67 points après 59 matchs, n’a besoin que
de deux points pour égaler son total de toute la saison dernière,
alors qu’elle avait eu un dossier global de 29-42-11 pour 69 points en
82 matchs, au dernier rang du circuit.

Après 59 matchs en 2015-2016, les Maple Leafs avaient un dossier de
21-28-10 pour 52 points et avaient été surclassés 176-145 (plus 31),
au chapitre des buts marqués-concédés, alors que dans la présente
saison, ils ont un différentiel de plus neuf à ce chapitre, ayant
marqué 186 buts et concédé 177 filets à leurs adversaires.

C’est vraiment sur le plan de l’attaque qu’il y a une amélioration
importante, ayant marqué 41 buts de plus, car la défense est toujours
aussi poreuse, ayant concédé un but de plus que l’an dernier.

Ils reçoivent ce soir, la visite des Rangers de New York et samedi, ce
sera celle du Canadien de Montréal et par la suite, ils vont quitter
pour un voyage de trois matchs en seulement quatre jours, dans le
sud-ouest américain, visitant les Sharks de San Jose, les Kings de Los
Angeles et les Ducks d’Anaheim, les 28 février, 2 et 3 mars,
respectivement.

LA FICHE DES MAPLE LEAFS DE TORONTO
SAISON-PJ-V-D-P/F-BP-BC-PTS
2016-2017-59-28-20-11-186-177-67
2015-2016-59-21-28-10-145-176-52
2015-2016-80-29-42-11-198-246-69

Le monde à l’envers pour les Blackhawks de Chicago

Depuis plusieurs semaines, les Blackhawks de Chicago ont un rendement
contraire à la normale, perdant à domicile et gagnant à l’étranger.

En effet, depuis le 15 janvier dernier, la formation dirigée par Joel
Quenneville a un rendement global de 10-5-0 en 15 parties, mais c’est
particulier, car elle a un dossier de 9-1-0 dans ses 10 matchs
disputés à l’étranger (dont deux gains contre le Wild du Minnesota, au
Xcel Energy Center) et de 1-4-0 dans ses cinq rencontres jouées à
domicile.

Pis, elle a perdu ses trois derniers matchs devant ses partisans,
ayant été surclassée 13-6 (plus sept), au chapitre des buts lors de
cette séquence et son dernier gain local remonte au 22 janvier, alors
qu’elle avait triomphé 4-2, face aux Canucks de Vancouver.

Les Blackhawks amorcent ce soir, une série de quatre matchs de suite
au United Center et ils vont recevoir, la visite des Coyotes de
l’Arizona, une équipe qui cause plusieurs surprises depuis un mois,
ayant un dossier de 8-4-1 dans ses 13 derniers matchs disputés depuis
le 21 janvier dernier.

Par la suite, ils seront les hôtes des Blues de St. Louis dimanche,
des Penguins de Pittsburgh, le 1er mars et des Islanders de New York,
le 3 mars prochain.