La saison du club Les Canadiens de Montréal est lancée depuis plusieurs semaines déjà. Cette équipe de la Ligue Nationale de Hockey fêtera son centième anniversaire le 4 décembre prochain. Aujourd’hui, j’aimerais vous entretenir de l’histoire de la Sainte-Flanelle.

Longtemps considéré comme un club canadien-français, le terme « Habitant » est accolé aux Canadiens depuis 1914.



En effet, à Montréal en 1914, deux clubs de hockey professionnels, les Wanderers et les Canadiens, évoluent dans la même ligue (l’Association nationale de hockey) et ils jouent dans la même enceinte, le Montreal Arena Pour les spectateurs, il est particulièrement difficile d’afficher les couleurs de l’équipe favorite lorsque les deux clubs jouent l’un contre l’autre. Pour remédier à cela, plusieurs amateurs francophones se rendent à l’Arena revêtus en partie du costume des anciens Canadiens : tuques de laine, ceinturons multicolores et mocassins indiens aux broderies perlées. Portant fièrement le costume des habitants, les spectateurs francophones peuvent alors indiquer clairement leur préférence.

À partir de ce moment, le terme « Habitant » apparait dans les pages sportives des journaux. Voyons cela de plus près dans un article publié dans le journal Le Devoir du 9 février 1914 : “_Le Canadien a administré la défaite la plus complète aux équipiers du Toronto samedi soir, devant une assistance monstre comme seuls nos équipiers savent en amener à l’Arena, résultat final 9 à 3. Sans contredit les « Habitants » eurent l’avantage continuellement…_”.

Le 16 février, dans le même journal, l’expression est utilisée de nouveau dans le sous-titre de l’article :"PARTIE SENSATIONNELLE À MONTREAL SAMEDI. Les "Habitants" blanchissent l'équipe des Sénateurs après six minutes de jeu supplémentaire".

Pendant longtemps, les spectateurs scandent le légendaire « Go Habs Go » pour encourager les Canadiens. Dommage qu’ils ne portent plus le costume de l’habitant, tel que l’on surnommait les ancêtres à l’époque.

Illustration: Le Devoir 16 février 1914