« Je suis très honoré d’avoir signé Daniyar » a déclaré Eddie Hearn « il possède un talent extraordinaire et deviendra une grande vedette autour du globe »

Eddie Hearn est très fier d’annoncer qu’il a signé le médaillé or olympique Daniyar Yeleussinov. Comme amateur, le kazakh a complètement dominé la catégorie des -69 kilos depuis 4 ans. C’est lui qui a éliminé Josh Kelly et Josh Taylor lors de compétitions, les deux Josh sont tout près d’une chance à un titre.

Meilleur moment

 

Son style se compare à une combinaison de Floyd Mayweather et Vasyl Lomachenko, ses mains sont ultra rapide, la vitesse de ses pieds est hallucinante, il lance de toutes les angles et ses deux mains sont puissantes.

-Gérant : Boxing stars management groupe

-Promoteur : Eddie Hearn MatchRoom Boxing

-Capitaine de l’équipe du Kazakhstan aux jeux de 2016 -Champion du monde amateur en 2013

-Médaillé d’or olympique sans perdre le moindre round

-Son frère Deuran évolue ( 5-0-1 )chez les poids moyens, malheureusement pour lui Al Haymon est son conseiller.

 

C’est rare de voir un médaillé kazakh passer chez les pros pour vous donner une idée, il est le 4e natif du Kazakhstan à remporter l’or de suite chez les -69 kilos. Dans certains pays d’Europe de l’Est, une victoire olympique est plus significative que de gagner une ceinture. Même que le Kazakhstan récompense comme ceci une médaille en boxe.

Or : Une maison avec 3 chambres, un camion Toyota et 250000$

Argent : Une maison avec 2 chambres, un camion Toyota et 150000$

Bronze : Une maison avec 1 chambre, un camion Toyota et 75000$. Les commandites peuvent dépasser le million de dollars chaque année.

De quoi enlever un peu de motivation à passer chez les pros.

Les débuts de Daniyar se feront à New York, le 28 avril prochain. Là où tout devient intéressant, c’est qu’il évoluera chez les 147 livres, la division le plus forte et payante en boxe. Certains rêvent déjà de le voir face à Terence Crawford et j’ai même déjà lu que Thurman et Spence pensent monter chez les 154 livres au lieu de l’affronter.

Apprenez à épeler son nom de famille, on n’a pas fini d’en entendre parler.