Salut à toi, amateur de chute au tapis

Le Hard Rock Cafe d’Atlantic City a été le théâtre du couronnement d’un nouveau champion du monde des mi-lourds du WBO. En effet, Eleider « Storm » Alvarez est reparti de l’amphithéâtre du New Jersey avec une ceinture dorée autour de la taille suite à une magnifique prestation pugilistique qui s’est soldé par le terrassement du Russe Sergey Kovalev avant la fin du 7e engagement.

Kovalev s’est retrouvé au tapis pour la 3e fois dans cet ultime round suite aux combinaisons d’Alvarez qui, écoutant les judicieux conseils de son entraineur Marc Ramsay, avait ouvert la machine après les 6 premiers rounds où il avait prévu d’être plus défensif. Le plan de match élaboré par Ramsay a été suivi à la lettre par Alvarez (sauf peut-être un bref passage au 4e round où on a vu Alvarez échanger coup pour coup avec Kovalev. Ramsay l’a d’ailleurs rappelé à l’ordre, le sermonnant entre le 4e et le 5e round de revenir rapidement sur le plan de match.)

La stratégie mise au point par Ramsay et exécutée de main de maitre par Alvarez était simple, tenir le russe à distance avec le jab, le faire travailler pour chaque coup, être le plus mobile possible. Alvarez avait l’air d’un fantôme, Kovalev étant incapable de s’installer à l’intérieur de la garde d’Alvarez même s’il garda le contrôle du centre du ring tout au long des 6 premiers rounds. Un fantôme qui touchait régulièrement la cible avec son jab, qui plus est!

Incapable de s’adapter, Kovalev subissait donc un troisième revers à ses 5 derniers combats. Le champion déchu a une clause dans son contrat pour un combat revanche. Âgé de 35 ans, reste à voir s’il saura rebondir et être à la hauteur des meilleurs de sa catégorie. Une grande réflexion s’impose dans son cas.

Eleider Alvarez a attendu longtemps avant d’avoir une chance de se battre pour un titre. Il a mangé son pain noir, loin de sa famille. On lui a manqué de respect à plusieurs niveaux. Cette victoire, inattendue et surprenante, ne pouvait arriver à un meilleur homme. Bravo, Champ!

En demi-finale, Dmitry Bivol a survolé les 12 rounds de son combat de championnat du monde et a emporté une décision unanime des juges face à Isaac Chilemba. Trop rapide et précis, Bivol doit maintenant revoir ses plans. C’était un secret mal gardé qu’une unification des titres était prévue avec Sergey Kovalev. Après la défaite de ce dernier, un remaniement des classements et des combats en attente devrait être fait.

Chronique parue sur Lapremiereronde.com

Suivez-nous sur Facebook!

Suivez-moi sur Twitter!