Salut à toi, amateur de sac de sable

Nous y voici enfin, c’est ce vendredi soir que l’ancien champion du monde Jean Pascal et l’ancien combattant du UFC Steve Bossé s’affronteront pour le titre du premier Beach Fight. Ce n’est pas le vrai nom, c’est juste moi qui viens de nommer ce combat en l’honneur d’Olivier Primeau, l’homme derrière le Beach Club et nouveau promoteur associé à Yvon Michel pour ce gala. (Si ça devient effectivement une série, vous l’aurez vue ici en premier! Olivier, je veux mon pourcentage!)

Si vous n’étiez pas au courant, le combat devait initialement avoir lieu le 29 juin mais après réflexion (pour ne pas dire que les billets ne se vendaient pas très bien et que Bossé avait de la difficulté à renouveler sa licence de boxe pour de bien drôles de raisons…), GYM proposa à Primeau de les aider avec la promotion de la soirée reportée au 20 juillet. La demi-finale qui devait mettre en vedette Francis Lafrenière a dû être changée car le boxeur se marie le 21 et ne voulait pas que ses photos de mariage ressemblent à celles de Rocky. Marie-Ève Dicaire s’est portée volontaire pour le remplacer (face à un autre adversaire, il en va de soi! C’est la Mexicaine Alejandra Ayala qui est l’heureuse(?) élue).

Nous avons donc eu droit à un entrainement public à Pointe-Calumet, des stories Instagram et des promotions de billets à 2 pour 1. Je ne suis pas certain de la nécessité de ce partenariat, mais qui suis-je pour juger… Yvon Michel a peut-être trouvé une niche de nouveaux partisans de boxe-spectacle. Des DJs, du soleil dans le ciel et dans la tête, un combat au bord de l’eau. Pourquoi pas!? Nous sommes peut-être en pleine révolution du comment on présente un gala de boxe!

Est-ce que l’engouement pour le combat s’en est trouvé renouvelé? Sûrement pas, les critiques d’un combat sans grand intérêt sont toujours présentes. Les fans de boxe ne s’attendent pas à un grand combat, la plupart donnant peu de chances à Bossé de s’en sortir face à un Pascal plus léger, oui, mais beaucoup plus expérimenté dans un ring. On attirera donc une foule plus bigarrée qu’à l’habitude, des gens qui ont moins l’idée préconçue des galas de boxe plus traditionnels.

Je n’aime pas beaucoup parler de ventes de billets, c’est un couteau à double tranchant. D’un côté, ce n’est pas parce que les billets s’envolent que l’événement sportif gagne en crédibilité (on peut penser à Mayweather vs McGregor, par exemple, qui est souvent mentionné comme comparatif au combat Pascal vs Bossé), pas plus que le contraire, un grand combat présenté devant une maigre foule. Plein de raisons peuvent expliquer la vente au ralenti de sièges, le prix, la date, le contexte, la compétition, etc.

Dans le cas qui nous occupe, mon humble opinion est que presque tout est contre eux. La carte plutôt mince, le prix, le manque d’intérêt pour l’attraction principale, la compétition des dernières semaines. Tout plein de bonnes raisons pour lesquelles il vous reste l’embarras du choix pour vous trouver une paire de billets dans votre section préférée de la Place Bell.     

J’aime beaucoup Jean Pascal, un guerrier, un vrai. J’aime beaucoup Steve Bossé, j’étais enthousiasmé de pouvoir suivre sa progression en tant que boxeur. Je n’aime pas beaucoup ce combat, ni pour un, ni pour l’autre. Curieux, je vais l’être. Surpris et conquis, j’espère l’être.