Plusieurs transactions ont marqué cette date limite, et les jours menant à cette date, au fil des ans dans la Ligue Nationale de Hockey. Mais celles qui ont eu l’impact de l’arrivée de Butch Goring avec les Islanders de New York sont rares. L’empreinte du joueur de centre sur la dynastie de l’équipe newyorkaise est partout. On peut avancer que la troupe d’Al Arbour aurait eu beaucoup plus de difficultés à remporter quatre Coupes Stanley de suite sans la présence du numéro 91.

 

 

La date limite des transactions a toujours été un moment important de la saison de la Ligue Nationale de Hockey. Dans le passé, certaines équipes ont profité de l’occasion pour expédier des problèmes ailleurs, se grossir, améliorer la ligne bleue, mettre la main sur un joueur de centre et même un gardien. De bonnes transactions ont été bâclées au cours des décennies. Mais celle qui avait envoyé Butch Goring aux Islanders de New York, le 10 mars 1980, demeure probablement la meilleure de l’histoire. Il n’était pas le meilleur fabriquant de jeu, le plus robuste ou le plus rapide, mais il était devenu un élément clef des quatre conquêts de la Coupe Stanley à Long Island. Gagnant du trophée Conn Smythe en 1981, Goring était le complément parfait de John Tonelli et Bob Nystrom sur le 2e trio. Il pouvait aussi patrouiller le 3e trio sans aucun problème au milieu de Duane Sutter et Anders Kallur.

 

 

D’autres marchés ont eu d’énormes répercussions. En voici deux qui ont mené à des conquêtes du trophée de Lord Stanley.

4 mars 1991…

Une semaine avant la date limite des échanges, les Whalers d’Hartford avaient expédié Ron Francis, Ulf Samuelson et Grant Jennings aux Penguins de Pittsburgh, en retour de John Cullen, Zarley Zalapski et Jeff Parker. Cette transaction à sens unique allait servir grandement les intérêts des Penguins, qui remporteront deux Coupes Stanley consécutives.

8 mars 1988…

Les Oilers faisaient l’acquisition de Bill Ranford. Geoff Courtnall arrivait également à Edmonton. Glen Sather avait envoyé Andy Moog à Boston. Si personne n’avait été impressionné au moment de l’échange, les amateurs allaient changer d’avis deux ans plus tard lors de la 5e conquête de la Coupe Stanley des Oilers. Ranford avait reçu le Conn Smythe.

Une multitude de joueurs, certains aujourd’hui au Temple de la Renommée, ont changé d’adresse à l’approche de la date limite des transactions, ou dans les jours précédents. Ils sont la preuve que tout est possible dans le monde du sport. En voici quelques-uns.

Brett Hull (1988), Peter Stastny (1990), Michel Goulet (1990), Pierre Turgeon (1995), Markus Naslund (1996), Raymond Bourque (2000), Keith Tkachuk (2001), Mark Recchi (2006), Marian Hossa (2008) et Martin Saint-Louis (2015).

Est-ce que les équipes réussiront à transiger pour le joueur convoité d’ici lundi? Est-ce qu’elles mettront la main sur un Butch Goring? On verra bien.