L’attaque dévastatrice des Pats de Regina viendra-t-elle encore à bout de la solidité du portier des Bulldogs de Hamilton, Kaden Fulcher? Car la victoire des Bulldogs semble reposer sur les épaules de son cerbère.

À moins, évidemment, que les Bulldogs retrouvent leur touche magique. Or rien ne l’indique. À lui seul, Sam Steel, l’étoile des Pats, a plus de points que Robert Thomas, Brandon Saigeon, Matthew Strome, Ryan Moore et William Bitten mis ensemble au Tournoi de la Coupe Memorial.

Lors du duel préliminaire entre les deux demi-finalistes, les Pats l’avaient emporté à l’arraché. Nick Henry avait complété un jeu bien synchronisé du Tchécoslovaque Libor Hajek et de Sam Steel, à 33 secondes de la fin du 3e engagement. Steel et Henry, limités à 1 but 1 passe chacun dans ce match, se sont éclatés dans les autres parties. Il sera aussi difficile de les réduire au silence que de museler une foule partisane nombreuse.

Paddock a signé sa seule bonne performance lors de cet affrontement, réalisant 31 arrêts, alors que Fulcher a stoppé 27 rondelles et alloué trois buts. Mais il n’en a concédé que trois dans ses deux autres parties.

Ce soir donc, en demi-finale, le 7e joueur appuiera ses Pats. Les Bulldogs ont intérêt à marquer tôt pour calmer plus de 6000 partisans frénétiques. Or les Bulldogs manquent de buts à ce tournoi.

Rappelons que les champions de la WHL, les Broncos de Swift Current, ayant subi trois revers coup sur coup, il reste trois clubs à la même fiche : 2 gains 1 revers.

Le Titan d’Acadie-Bathurst, champion de la ligue québécoise, attend le vainqueur pour la partie cruciale de dimanche. Il le doit à son différentiel de +2 (14 buts contre 12). Les représentants de l’Ontario, les Bulldogs de Hamilton, ont inscrit 7 buts et en ont concédé seulement 6, tandis que l’équipe hôtesse de Regina a amassé 15 buts et en a alloué autant.

Si Evan Fitzpatrick (3,94 et ,879) s’est écroulé en 3e période dans un gain de 8-6 du Titan, Max Paddock a été horrible deux fois sur trois : moyenne astronomique de 4,88 et triste rendement de ,865. Mais l’attaque des Pats, sur papier la pire des quatre équipes à cet événement (moyenne de 3,41 buts en 82 matches depuis le début de la saison), est la mieux organisée depuis la mise en branle de cet événement : 5 buts par rencontre!

Le neveu de l’entraîneur et gérant John Paddock devra encore tenir tête aux Bulldogs. Le chétif portier de 17 ans (6’2’’ et 152 livres) a tout de même signé deux victoires sans subir la défaite, mais si le jeune joue nerveusement, les Bulldogs pourraient bien sortir de leur coquille. Ils ont marqué 3,80 buts par match en 92 rencontres cet hiver.

Leur portier fiable, Fulcher, a dit un gros mot dans les victoires à bas pointage des Bulldogs, limitant l’opposition à 2,01 buts par partie et maintenant un taux d’arrêts de ,931. Le cerbère de 19 ans, un pan de mur de 6’3 et 187 livres, évoluera avec les Griffins de Grand Rapids de l’AHL, filiale des Red Wings de Detroit, en 2018-2019.

Fulcher porte donc les Bulldogs sur ses épaules. Il surpasse de loin les quatre autres gardiens ayant officié à la compétition. Stuart Skinner, des Broncos éliminés, est le seul autre à afficher un taux au-delà de ,900 (,902), mais sa moyenne ronflante de 4,02 laisse à désirer. Le choix de 3e ronde des Oilers d’Edmonton a été abandonné par ses coéquipiers.

 

La chimie Steel-Henry

Nick Henry, joueur marginal, constitue la surprise de cet événement. Il avait 33 points en 60 parties à son arrivée, il se révèle le meilleur buteur (5) et ses 7 points le situent au 3e rang des pointeurs, égal au défenseur Noah Dobson. Il est même 2e pour les tirs au but : 19!

Hamilton devra le menotter. Mais saura-t-on contenir le centre surdoué Sam Steel, qui l’alimente? Celui-ci a préparé 5 buts des Pats dans leur gain de 6-5 sur les Broncos, la 5e victoire des siens en 14 parties contre l’équipe qui les a éliminés en première ronde des séries de la WHL. Sam est en feu parce qu’il s’illustre dans les matches importants. Ses 4 buts 5 passes en 7 parties au Junior mondial sous 20 ans l’ont classé 5e marqueur devant l’Américain Brady Tkachuk (3-6).

Il domine maintenant le classement des pointeurs du tournoi avec 11 points devant Jeffrey Truchon-Viel. Steel (20 ans), sélection de première ronde (30e en tout) des Ducks d’Anaheim, totalise 118 points en 73 parties cet hiver.

Il a mis dans sa poche arrière les centres menaçants des Broncos : Gawdin, le Finlandais Heponiemi, et Estephan. Gawdin (160 points dont 72 filets cet hiver), malgré ses 20 tirs cadrés au but (sommet à ce tournoi), s’est contenté de 3 points dont 2 en avantage numérique.

Cameron Hebig, 8e marqueur de ce tournoi avec 5 points, a maintenant 50 buts 53 aides en 76 parties, et 349 lancers. Lui aussi semble en mission, au plaisir de son public.

 

Les canons se sont tus

Robert Thomas des Bulldogs, un centre de l’organisation des Blues de Saint Louis (leur 1er choix en 2017), a 38 buts 72 aides en 73 matches et +30 cet hiver, dont 40 points en avantage numérique. Dans ce tournoi, il a récolté 15 lancers (3e rang), mais n’a que 2 buts 1 passe. Il a 18 ans et manque d’expérience à ce niveau d’intensité. L’ailier gauche Nicholas Caamano, pour sa part, a un petit but en 3 parties. Les autres bons attaquants des Bullldogs n’ont pas encore atteint la cible.

Du côté des arrières, la situation est à peine plus reluisante. Benjamin Gleason (69 points cet hiver +27 et 34 points sur l’attaque massive) et son compagnon Riley Stillman (49 points +45), fils de Cory (778 points en 1107 parties dans la LNH) et choix de 4e ronde des Panthers de la Floride en 2016, ne semblent pas faire le poids avec Josh Mahura et Cale Fleury des Pats de Regina.

Le quart-arrière Mahura (81 pt en 71 parties +39 dont 33 points en supériorité numérique) est 6e marqueur et 4e pour les lancers (14) à ce tournoi.

Fleury (19 ans), 5e marqueur des Pats cette saison, choix de 3e ronde de 2017 du CH, s’est contenté d’une mention d’assistance à cette compétition, mais à +3 il fait preuve de constance, et a neuf tirs au but.

Les Bulldogs ne sont pas mauvais, mais leurs gros canons manquant de munitions. Même le très rapide Bitten, fils de deux olympiens, n’a pas encore amassé de point, malgré huit tirs au but.

Le match de ce soir s’annonce tout un test pour Hamilton; à moins d’un revirement de situation, on assistera à une finale Pats-Titans devant une foule survoltée, dimanche. Sauf si Fulcher poursuit ses miracles.