Toute bonne chose à une fin et le Canadien de Montréal l'a constaté en 1969-1970, alors qu'il avait vu une séquence prendre fin, suite à la perte du gardien Tony Esposito, qui avait été réclamé au ballotage par les Blackhawks de Chicago.
 
La formation dirigée par Claude Ruel ne pouvait protéger que deux gardiens et elle avait décidé de faire confiance à Rogatien Vachon et Lorne Worsley, eux qui avaient réussi à remporter la Coupe Stanley dans les deux saisons précédentes, en 1967-1968 et 1968-1969.
 
Les Blackhawks de Chicago, qui avaient raté les éliminatoires en 1968-1969, après 11 participations de suite, avaient besoin d'un gardien régulier, réclamant  Tony Esposito, au ballotage, pour la modique somme de 25,000 dollars, le 15 juin 1969 et ce dernier a été tout simplement extraordinaire avec la formation de la ville des vents et plus spécialement lors de sa première campagne en 1969-1970, affichant un dossier de 38-17-8 avec une moyenne de 2,17, 15 blanchissages et une efficacité de ,932 en 63 matchs, terminant au premier rang pour les victoires, les blanchissages et l'efficacité.
 
Il avait remporté les Trophées Calder (recrue par excellence) et Vézina (meilleure moyenne), en plus d'être nommé sur la première équipe d'étoiles.
 
Le plus ironique est qu'il avait connu un départ très difficile avec sa nouvelle équipe, car lors de son premier match, il avait concédé pas moins de sept buts, dans un revers de 7-2, face aux Blues de St. Louis, le 11 octobre 1969 et été victime de quatre buts, dans un revers de 4-1, contre les Red Wings de Detroit, le 15 octobre 1969, avant de rebondir d'une manière vraiment spectaculaire, ne concédant que 12 buts dans ses 12 matchs suivants, affichant un dossier de 9-1-2 avec pas moins de quatre blanchissages, du 25 octobre au 26 novembre 1969.
 
En carrière, il a présenté un dossier de 423-306-152 avec une moyenne de 2,93, 76 blanchissages et une efficacité de ,906 en 886 matchs en 16 saisons.
 
LA SÉQUENCE DE 21 ANNÉES DE SUITE EN SÉRIES PREND FIN
 
Encore plus difficile à accepter, Esposito avait mené les Blackhawks au championnat du calendrier régulier, alors que le Canadien avait raté les séries éliminatoires pour la première fois en 22 saisons, ayant participé au rendez-vous du printemps de 1948-1949 à 1968-1969.
 
Soulignons qu'Esposito avait présenté une fiche de 4-4-0 en huit matchs contre le Canadien lors de cette saison 1969-1970 et comble de malheur, il avait signé deux victoires face à son ancienne équipe lors des deux derniers matchs du calendrier régulier, alors que le CH luttait pour sa survie.
 
Par contre, le Canadien avait présenté une fiche de 38-22-16 pour 92 points en 76 matchs et même s'il avait terminé au cinquième rang de la section Est, il avait récolté plus de points que les Blues de St. Louis, dont la fiche avait été de 37-27-12 pour 86 points et qui avaient terminé au premier rang de la faible division Ouest (les cinq autres équipes affichaient des dossiers perdants), qui regroupait les six équipes de l'expansion de 1967-1968.
 
Le plus injuste est que les quatre premières équipes de l'Ouest avaient participé aux éliminatoires, incluant les Seals d'Oakland, dont la fiche avait été de 22-40-14 pour seulement 58 points, ce qui était 34 de moins que le Tricolore.
 
La LNH avait remédié à cette situation lors de la saison 1970-1971, en transférant les Blackhawks de Chicago dans la section Ouest, tout en accueillant deux nouvelles équipes dans la division Est, les Sabres de Buffalo et les Canucks de Vancouver.
 
Après avoir perdu 4-1, face aux Blackhawks, au Forum de Montréal, le 4 avril 1970, le Canadien rendait visite à la même équipe, au Chicago Stadium, le dimanche, 5 avril et il devait marquer cinq buts pour se qualifier pour les éliminatoires, car les Rangers de New York avaient signé un gain de 9-5, face aux Red Wings de Detroit, dans un match controversé, au Madison Square Garden, plus tôt dans la journée.
 
Nous avions assisté à une situation particulière, car le Canadien qui accusait un retard de 5-2, au milieu de la troisième période avait tenté le tout pour le tout, alors que Claude Ruel avait décidé de retirer le gardien Rogatien Vachon pour un sixième joueur et il avait vu ses protégés être incapables de réussir d'autres buts, alors que les Blackhawks avaient marqué pas moins de cinq buts dans une cage déserte pour finalement triompher 10-2, dans le dernier match du calendrier.
 
 
Tony Esposito avait joué les huit rencontres face au Canadien, présentant un dossier de 4-4-0 avec une moyenne de 1,90, deux blanchissages et une efficacité de ,942, concédant 15 buts sur 259 tirs, en 474:26 minutes de jeu.
 
Il avait réussi deux blanchissages lors des deux premiers duels et c'est Jacques Lemaire, qui avait marqué le premier but du CH contre lui, à 16:02 de la deuxième période, dans un gain de 1-0, le 4 décembre 1969, mettant fin à une disette de 156:02 minutes sans marquer contre l'ex-gardien de l'équipe.
 
UN TIR DE JACQUES LEMAIRE QUE TONY ESPOSITO AIMERAIT REVOIR !
 
Dans le cas de Jacques Lemaire, on peut dire que Tony Esposito voudrait certainement revoir le tir qu'il avait eu le 18 mai 1971, dans le septième et dernier match de la finale de 1970-1971, car accusant un retard de 0-2 au milieu de la deuxième période de cette rencontre, le numéro 25 du CH avait laissé partir un boulet du centre de la patinoire, qui avait trompé le gardien des Blackhawks, à 14:18 de ce deuxième vingt et par la suite, Henri Richard avait marqué le but égalisateur à 18:20 et le filet victorieux, à 2:34 de la troisième période.
 
Le Canadien, qui avait été exclu des séries éliminatoires en 1969-1970, en raison des performances de Tony Esposito, avait remporté la Coupe Stanley l'année suivante, profitant d'un rare moment de faiblesse de ce dernier et soulignons que c'est Ken Dryden, qui était le gardien du Canadien et il avait été éblouissant, remportant le Trophée Conn Smythe, remis au joueur par excellence des éliminatoires.
 
Le Canadien amorçait une autre longue séquence, participant aux séries éliminatoires durant 24 saisons de suite, ratant le rendez-vous du printemps en 1994-1995.
 
Dans le cas d'Esposito, il avait atteint la finale pour la dernière fois en 1972-1973, s'inclinant en six matchs face au Canadien de Montréal, lui qui avait été plus qu'ordinaire lors de cette série où pas moins de 56 buts avaient été marqués, 23 par les Blackhawks et 33 par le Canadien.
 
LES 15 BLANCHISSAGES DE TONY ESPOSITO EN 1969-1970
25 octobre 1969-Chicago 5 à Montréal 0 (30 tirs)
9 novembre 1969-Toronto 0 à Chicago 9 (23 tirs)
16 novembre 1969-Montréal 0 à Chicago 1 (29 tirs)
26 novembre 1969-Los Angeles 0 à Chicago 6 (33 tirs)
19 décembre 1969-Chicago 4 à Oakland 0 (23 tirs)
21 décembre 1969-St. Louis 0 à Chicago 4 (22 tirs)
27 décembre 1969-Chicago 3 à Pittsburgh 0 (30 tirs)
7 janvier 1970-Detroit 0 à Chicago 7 (25 tirs)
14 janvier 1970-Pittsburgh 0 à Chicago 5 (28 tirs)
17 janvier 1970-Chicago 1 à Boston 0 (36 tirs)
31 janvier 1970-Chicago 5 à Philadelphie 0 (34 tirs)
11 mars 1970-Boston 0 à Chicago 0 (24 tirs)
22 mars 1970-St. Louis 0 à Chicago 1 (21 tirs)
26 mars 1970-Chicago 1 à Detroit 0 (35 tirs)
29 mars 1970-Toronto 0 à Chicago 4 (23 tirs)
 
LA FICHE DE TONY ESPOSITO CONTRE MONTRÉAL EN 1969-1970
25 octobre 1969-Chicago 5 à Montréal 0 (60:00, 30 tirs, aucun but, victoire)
16 novembre 1969-Montréal 0 à Chicago 1 (60:00, 29 tirs, aucun but, victoire)
4 décembre 1969-Montréal 1 à Chicago 0 (59:00, 28 tirs, un but, défaite)
13 décembre 1969-Chicago 1 à Montréal 4 (56:14, 31 tirs, 4 buts, défaite)
24 janvier 1970-Chicago 1 à Montréal 4 (60:00, 35 tirs, 4 buts, défaite)
8 février 1970-Montréal 3 à Chicago 2 (59:12, 36 tirs, 3 buts, défaite)
4 avril 1970-Chicago 4 à Montréal 1 (60:00, 33 tirs, un but, victoire)
5 avril 1970-Montréal 2 à Chicago 10 (60:00, 37 tirs, 2 buts, victoire)
(8 parties, fiche de 4-4-0, moyenne de 1,90, efficacité de ,942)
(474:26 minutes, 259 tirs, 15 buts concédés, deux blanchissages)