Detroit, dans le Michigan. La ville de l'automobile. Une ville qui tente de peine et de misère à se remettre de la pire crise économique de son histoire. C'est un mauvais moment pour les équipes de sports professionnelles de tomber en reconstruction. C'est le cas des Pistons dans la NBA et des Tigers dans la MLB. Les Lions, dans la NFL, ont raté les séries éliminatoires avec une saison de 9 victoires et 7 défaites.

Du côté des Red Wings, ils ont raté les séries pour une 2e saison de suite et ils sont bien loin d'être la puissance de par le passé. Ils ont terminé au 5e rang de la division Atlantique avec 73 points, très loin derrière la 3e place, occupée par les Bruins. C'est 6 points de moins que leur récolte de 2016-2017.

 À regarder leur attaque présentement, on ne voit plus la grande puissance des belles années. C'est comme si un groupe de musique très populaire retourne sur scène, mais ce groupe n'a plus la dextérité et le talent qui a fait le succès du groupe, en plus du fait que les membres qui composent ce groupe a très mal vieilli. C'est à quoi ressemble les Red Wings d'aujourd'hui.

Allons visiter notre premier sujet du jour en la personne d'Henrik Zetterberg. Il était un excellent joueur dans les belles années des Red Wings avec des saisons de plus de 80 points et plus de 30 buts. Il demeure un des attaquants les plus complets de la LNH à l'âge de 37 ans, mais il n'est plus aussi productif que par le passé. Il demeure par contre le coeur et l'âme des Wings, et il fait figure de grand sage dans le vestiaire.

Johan Franzen... pauvre Franzen. Avant de subir une multitude de commotions cérébrales, il était un des ailiers de puissances les plus craints dans la LNH. Il n'a joué que deux matchs en 2015-2016 et on ne l'a pas revu depuis. Maintenant âgé de 38 ans, qui sait s'il jouera à nouveau un jour.

Pour ce qui est des joueurs qui composent l'avenir des Red Wings ? On a quand même quelques noms intéressants. Anthony Mantha est le meilleur buteur de l'équipe avec 24 buts et il s'est mérité un contrat de 2 ans, lui donnant un salaire de 3,300 M $. Dylan Larkin est présentement le meilleur attaquant de l'équipe avec 63 points la saison dernière, mais il est actuellement agent libre avec restriction... et les Wings n'ont que 2 827 956 $ de disponible sur leur masse salariale. S'ils doivent absolument le signer à long terme et pour beaucoup d'argent, Ken Holland devra faire des choix difficiles.

Doivent-ils se débarrasser du contrat de Gustav Nyquist, qui sera un joueur autonome sans restrictions à la fin de la saison 2018-2019 ? Il a atteint le plateau des 50 points une seule fois au cours de sa carrière et il aura 29 ans le 1er septembre. Ou peut-être doivent-ils laisser aller Niklas Kronwall ? Ce qui était impensable dans un avenir lointain pourrait très bien devenir une réalité. Maintenant âgé de 37 ans, il écoule également la dernière année de son contrat au cours de la saison qui s'en vient. Nyquist et lui commandent un salaire de 4,750 M $ par saison.

 Mais honnêtement, Dylan Larkin aurait déjà eu sa prolongation de contrat si Holland n'avait pas octroyé une multitude de mauvais contrats à ses joueurs...

- On a au moins trouvé un remplaçant à Pavel Datsyuk : Frans Nielsen ! Il a signé en 2016-2017 un contrat de 6 ans lui apportant un salaire de 5,250 M $ et une clause de non-échange. Récolte de 41 et 33 points à ses deux premières saisons avec les Wings.

- Justin Abdelkader a été tout un joueur de profondeur pour nous. Toujours en 2016-2017, allons le signer pour 7 ans, 4,250 M $ et une clause de non-échange... Hein ? À Abdelkader ?

- 2016-2017 une fois de plus ! Nous allons faire en sorte que Darren Helm paie son salaire de 3,850 M $ sur la liste des blessés pour les 5 prochaines années ! Ah oui, et voici une clause de non-échange.

- Voici ce qu'on a dit en 2016-2017 à Danny Dekeyser : Voici une offre de contrat avec des espaces blancs. Tu n'auras qu'à mettre le nombre d'années que tu veux (6 ans), le salaire que tu veux recevoir (5 M $) et on s'occupe du reste. Tu peux te prendre une clause de non-échange aussi, si tu veux !

- Il reste deux ans au contrat de 6 ans de Jonathan Ericsson, qui commande un salaire de 4,250 M $ Est-ce que je vous ai mentionné qu'il a également une clause de non-échange ?

- Mike Green a été tellement bon pour nous que nous avons prolongé son contrat pour 2 autres saisons avec un salaire annuel de 5,375 M $ ! Et évidemment qu'il a reçu sa clause de non-échange ! Il n'y a rien de mal, là !

- Attendez, que fait Thomas Vanek avec notre équipe ? On ne l'avait pas échangé, il y a de cela quelques années ? On l'a signé pour un an et 3 M $ ? Et il a une clause de non-échange aussi ? C'est devenu hors de contrôle, notre affaire, là !

- Jimmy Howard est notre gardien numéro un. Son contrat se termine à la fin de la saison, mais attendez-vous à ce que l'on resigne pour beaucoup d'argent et une clause de non-échange ! Euh... Qu'est-ce qu'on vient de dire, là ?

- S'il ne revient pas, on a au moins son remplaçant : Jonathan Bernier ! Allez-y monsieur, signez votre contrat de 3 ans et vous allez avoir un salaire annuel de 3 M $. Est-ce qu'il a une clause de non-échange, lui aussi ? Non ? Fiou ! Ça commence à être gênante, notre affaire.

- Parce que dans tout ça, nous avons tellement mal géré notre masse salariale à l'époque qu'Andreas Athanasiou a failli être forcé de se tourner vers la KHL. Mais ne vous inquiétez pas, il est entre de bonnes mains... Avec un contrat de 2 ans, qui vient avec un salaire de 3 M $ ! Et on s'est retenu pour ne pas lui donner une clause de non-échange à lui aussi.

- Et vous croyez que ça, c'était mal ? Attendez de voir le cas de Stephen Weiss ! Son contrat était tellement mauvais que nous l'avons racheté et nous sommes encore en train de le payer pour les 3 prochaines saisons ! Et pour votre information, oui, son contrat contenait une clause de non-échange.

Et moi qui pensais que c'est Marc Bergevin qui donnait les pires contrats dans la LNH... 

-----

Au moins, il n'y a pas que du mauvais à Detroit. Filip Zadina et Joseph Veleno s'amènent à Detroit via le repêchage et les Red Wings vont faire confiance eux, Larkin et Mantha pour relancer la franchise. Évidemment, quand on regarde la composition de l'équipe, on voit bien mal les Wings faire les séries éliminatoires, comme ils l'avaient fait pendant plus de 25 ans.

Et je m'attends à ce que c'est période sans séries se poursuive pour les Wings. L'équipe va même descendre d'un rang pour terminer 6e dans la division Atlantique... derrière le Canadien de Montréal. Ben, quoi ? Vous voulez que le Canadien perd des matchs de manière intentionnelle et vous voulez absolument qu'ils repêchent Jack Hughes ? Désolé de faire pêter votre balloune, mais à moins d'avoir une saison encore plus catastrophique que celle de 2017-2018, ils devraient être très chanceux pour avoir le premier choix au total. Je vais tout vous expliquer en détail une fois que je me rends au Canadien.

Mais pour le moment, chez les Red Wings, on plonge de plus en plus vers les bas fonds du classement général, une clause de non-échange à la fois... Quelle triste histoire...

-----

Au moins, nous avons encore notre joueur de franchise, Henrik Zetterberg pour encore 3 saisons, donc profitons-en pour le glorifier pendant qu'il... Non, non ! Henrik ! Attends ! Ne prend pas ta retraite la saison prochaine ! On ne fera plus jamais les séries si tu nous quittes prématurément ! On va te donner une clause de non-échange en prime ! Ne part pas, s'il te plait !!!