La main de dieu : c'était le titre du quotidien sportif français L'Équipe au lendemain du tirage de la Coupe du monde. Ceci illustre bien l'état d'esprit des Français, soit l'obtention d'un groupe très abordable. Il faudra cependant faire preuve de prudence, car on avait dit la même chose en 2010 et on se rappelle de la déroute totale des Bleus à cette édition. Même si le groupe C semble être le moins compétitif de la compétition, il pourrait y avoir des surprises de taille.

Les forces en présence

ÉQUIPE NOMBRE DE QUALIFICATIONS DERNIÈRE QUALIFICATION MEILLEUR RÉSULTAT
France 15e 2014 Champions en 1998
Australie 5e 2014 Huitième de finale en 2006
Pérou 5e 1982 Quart de finale en 1970 et 1978
Danemark 5e 2010 Quart de finale en 1998

 Pour plusieurs analystes, la France fait partie des nations favorites pour remporter la Coupe du monde cette année. Elle devra toutefois briser la tendance des dernières années où elle a alterné entre de très bonnes performances (1998, 2006, 2014) et des tournois catastrophiques (2002, 2010). Les finalistes au dernier tour voudront aller aussi loin que possible en Russie. Dans les buts, Hugo Lloris sera fidèle au poste, lui qui a connu une très belle saison avec Tottenham. Le front défensif des Bleus sera formé de Raphael Varane, Djibril Sidibé, Samuel Umtiti et Adil Rami. On pourrait aussi voir le jeune Benjamin Pavard. Dans le milieu de terrain, on retrouvera Paul Pogba (meilleur joueur de la coupe U-20 en 2013), N'Golo Kanté et Blaise Matuidi. Malheureusement, Dimitri Payet étant blessé, il ne sera pas de la formation en Russie. Finalement, à l'attaque, les Français attendront beaucoup du duo Olivier Giroud-Antoine Griezmann (meilleur buteur à l'Euro 2016).  Kylian Mbappé est aussi un excellent jeune joueur qu'il faudra assurément surveiller et qui pourrait remporter les honneurs du meilleur jeune joueur du tournoi. C'est un 23 assez classique que Didier Deschamps nous propose, mais qui a fait ses preuves et qui sera à surveiller à coup sûr.

L'Australie a failli ne pas réussir à se qualifier pour le tournoi. ayant obtenu son billet lors du barrage intercontinental contre le Honduras. Depuis, les Australiens ont changé de sélectionneur et ont recruté Bart van Marwijk, l'ancien sélectionneur des Pays-Bas. Les champions asiatiques en titre tenteront de revenir en force et d'avoir de meilleurs résultats qu'en 2014. Dans les buts, le gardien Mathew Ryan sera à son poste, mais devra être plus performant qu'au Brésil. En défensive, le groupe sera constitué de Trent Salisbury, Aziz Behich et Milos Degenek, un groupe qui possède relativement peu d'apparitions en sélection. Au milieu de terrain, les Soccerroos miseront sur le capitaine Mile Jedinak, James Troisi, Tom Rogic et Massimo Luongo (ballon d'or de la coupe d'Asie en 2015). Mais la pièce maîtresse de cette équipe se trouve à l'attaque : Tim Cahill, l'homme aux 105 sélections, qui a déjà annoncé sa retraite après le tournoi. Une légende pour le soccer australien. Il sera prêt à passer le flambeau à des plus jeunes qui ont bien fait en qualification, soit Tomi Juric et Mathew Leckie. 

Après plus de 32 ans d'absence, le Pérou est finalement de retour dans la grande compétition. C'est toujours plaisant lorsque l'on voit des nouveaux ou de longues absences se terminer. Lorsque la qualification est survenue, c'était la fête du côté de Lima. Lors du tirage au sort, c'était l'équipe que tout le monde voulait rencontrer dans le chapeau, mais est-ce vraiment la plus faible ou la plus méconnue? Les hommes de Ricardo Gareca voudront montrer qu'ils n'ont pas volé leur place. Dans les buts, on retrouvera Pedro Gallese, gardien du Veracruz (club mexicain). En défensive, les Péruviens miseront sur un mélange de vétéran (Aldo Corzo et Luis Advincula) et de jeunesse (Miguel Trauco et Miguel Araujo). Le milieu de terrain est toutefois la position la plus solide pour le Pérou où l'on retrouve de très bons buteurs, c'est-à-dire Christian Cueva et Edison Flores. Yoshimar Yotun et Renato Tapia devrait aussi voir de l'action durant le mondial à cette position. À l'attaque, soupir de soulagement collectif au Pérou : Paolo Guerrero a vu sa suspension levée et va pouvoir participer au mondial. Le capitaine et le meilleur buteur de l'équipe voudra en mettre plein la vue. Jefferson Farfan devrait l'aider à faire trembler les filets adverses.

Finalement, le Danemark est la dernière équipe du groupe. Elle a l'habitude de se retrouver dans le même groupe que la France (1998 et 2002). Les Danish Dynamites ont déjà remporté un Euro et une Coupe des confédérations, mais n'ont toujours pas atteints le carré d'as à la Coupe du monde. C'est le premier tournoi international de l'équipe sans Marten Olson à sa tête au XXIe siècle. Dans la cage, on retrouvera Kasper Schmeichel, le gardien de Leicester City avec qui il a remporté la Premier League en 2016. Lorsque l'on parle du Danemark, c'est la défensive qui est la véritable force de la formation (9 buts accordés en qualifications). La défensive sera composée de Simon Kjaer (capitaine de la sélection), d'Andreas Bjelland, de Peter Ankersen et d'Andreas Christensen. Dans le milieu de terrain, nous verrons William Kvist, Christian Eriksen (meilleur buteur danois en qualification), Thomas Delaney et Lasse Schone. Puis en attaque, les Danish Dynamites compteront sur Nicklas Bendtner et Nicolai Jorgensen. Une équipe expérimentée qui a un grand potentiel.

Le match à surveiller

Pérou - Danemark : 16 juin à Saransk

La France semble avoir une longueur d'avance dans ce groupe alors que l'Australie semble être à la traîne. Ce duel entre les Péruviens et les Danois pourraient déterminer l'équipe qui terminera deuxième du groupe. Ça risque d'être un beau duel entre ces deux équipes qui font un retour dans le tournoi international. Le Pérou a une bonne offensive qui pourrait faire des dégâts, mais la défensive danoise alloue peu d'occasions et a fait un excellent travail en qualifications.

Prédiction

Selon moi, la France ne fera pas faux-bond et terminera aisément à la tête du groupe. Ils ont une sélection très forte qui pourraient aller très loin dans la compétition. Les Bleus doivent bâtir sur leurs succès qu'ils ont connu en 2014 et à l'Euro 2016. Au deuxième rang, ce sera une lutte entre le Pérou et le Danemark comme je l'ai dit plus tôt. Je vais me mouiller en disant que le Danemark va remporter ce match et prendre le deuxième rang dans le groupe. Pour les Péruviens, ce sera malheureusement la fin de leur retour en Coupe du monde après 3 matchs. Les Australiens termineront quant à eux au dernier rang.

1er : France

2e :  Danemark

3e : Pérou

4e : Australie