Le groupe E comporte la seule équipe qui a réussi à se qualifier pour toutes les éditions de la Coupe du monde sans exception : le Brésil est ainsi un incontournable. Le tirage n'a cependant pas gâté les Brésiliens en leur assignant des adversaires coriaces comme la Suisse, le Costa Rica et la Serbie. Toutes les équipes ont leur chance et on devrait voir des matchs chaudement disputés. 

Les forces en présence

ÉQUIPE NOMBRE DE QUALIFICATIONS DERNIÈRE QUALIFICATION MEILLEUR RÉSULTAT
Brésil 21e 2014 Champions en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002
Suisse 11e 2014 Quart de finale en 1934, 1938 et 1954
Costa Rica 5e 2014 Quart de finale en 2014
Serbie* 12e 2010 4e place en 1930 et 1962

*L'historique de la Serbie compte également la Yougoslavie et la Serbie-et-Monténégro

Le Brésil

Prétendant au titre à chaque édition du tournoi, le Brésil est le grand favori de ce groupe. Depuis l'arrivée de Tite, la sélection brésilienne a connu d'excellents résultats après deux années tumultueuses sous les ordres de Dunga. Elle a été la première équipe à se qualifier pour la Coupe du monde (si on exclut la Russie qualifiée d'office), un certain exploit considérant qu'ils évoluent dans la zone sud-américaine. Généralement, ce sont les Asiatiques qui sont les premiers à valider leur place étant donné que le tournoi termine avant les autres.

Pour obtenir une sixième étoile, les Brésiliens miseront sur le gardien de but de l'AS Roma, Alisson, pour protéger la forteresse. Le jeune gardien devrait impressionner par ses performances durant le tournoi. En défensive, on devrait miser davantage sur l'expérience avec la présence de Thiago Silva, Marcelo, Miranda et Danilo, mais on devra aussi surveiller le jeune Marquinhos du PSG qui pourrait faire quelques apparitions. La défensive a effectué une très belle performance en allouant seulement 11 buts en 18 rencontres de qualification. Une excellente performance considérant les bonnes machines offensives du continent comme l'Argentine, le Chili, la Colombie et l'Uruguay.

En milieu de terrain, Willian, Paulinho, Fernandinho et Philippe Coutinho devront être en mesure d'offrir de bons ballons afin d'être aussi efficace que lors des matchs de qualification et les récents matchs amicaux. Paulinho a notamment marqué six buts durant la qualification. Finalement, à l'attaque, on retrouve la sensation du pays, Neymar, qui devrait être en mesure de jouer après une blessure importante. Les larmes de Neymar avaient été le symbole de la performance brésilienne en 2014. Le peuple espère maintenant que les larmes de joie seront le symbole. Le jeune Gabriel Jesus devrait aussi être à surveiller, lui qui est un aspirant au titre de meilleur jeune joueur du tournoi.

La Suisse

Tête de série à la dernière Coupe du monde, la Suisse espère égaler son meilleur résultat dans la compétition, soit une présence en quarts de finale. Elle n'a perdu qu'un seul match de qualification contre le Portugal, mais a tout de même dû passer par les barrages pour officialiser sa présence.

Dans les buts, les Helvètes miseront à nouveau sur Yann Sommer qui avait gardé les filets à l'Euro 2016. Le gardien du Borussia Mönchengladbach a souvent tendance à réaliser de beaux arrêts durant les tournois internationaux. Il reste à voir si ce sera le cas encore une fois en 2018.  La défensive, pièce maîtresse de cette équipe, sera menée par le capitaine Stephan Lichtsteiner qui devrait atteindre sa 100e sélection. Il a marqué trois buts en qualifications, un excellent rendement considérant son rôle de défenseur.  Il sera assisté de Johan Djourou, Ricardo Rodriguez et Fabien Schar. Manuel Akanji pourrait aussi avoir du temps de jeu dans ce mondial.

En milieu de terrain, notons la présence de cinq joueurs talentueux : Valon Behrami, Xherdan Shaqiri, Steven Zuber, Blerim Dzemaili, qui a évolué pour l'Impact de Montréal l'an dernier, et Granit Xhaka. On retrouve de véritables leaders de l'équipe dans ce groupe. Dans une équipe qui a de la difficulté à marquer, le milieu de terrain devra être créatif et trouver des moyens de générer les actions offensives, surtout dans un groupe aussi relevé. En attaque, on devrait retrouver une unité plus jeune en Haris Seferovi, meilleur buteur suisse en qualifications avec quatre buts, et Breel Embolo. Ils devront faire beaucoup mieux que lors de la dernière année afin que les Suisses puissent battre leurs adversaires. Une équipe fidèle à ce que l'on a pu observer lors des dernières années.

Le Costa Rica

Sensation de la dernière Coupe du monde, le Costa Rica espère faire un parcours aussi bon. Les Ticos ont connu de bons résultats lors des quatre dernières années. Par contre, les embûches seront encore une fois assez nombreuses en ayant hérité d'adversaires très forts, d'autant plus que la sélection costaricaine est la deuxième plus âgée de la compétition.

Afin de rééditer cet exploit, la sélection misera d'abord et avant tout sur le travail de leur excellent gardien de but Keylor Navas, l'un des trois gardiens finalistes au Gant d'or à l'édition de 2014.  Ses bonnes performances lui ont d'ailleurs permis de devenir le titulaire devant la cage du Real Madrid, rien de moins. Il est extrêmement solide. En défensive, on retrouve de l'expérience en Giancarlo Gonzalez, Cristian Gamboa et Bryan Oviedo. Kandall Watson, des Whitecaps de Vancouver, devrait aussi faire quelques apparitions pour cette équipe.

Le milieu de terrain, quant à lui, devrait être mené par Celso Borges, David Guzman (qui évolue pour les Timbers de Portland), Christian Bolanos et Rodney Wallace. Pour faire trembler les filets adverses, on devrait retrouver le joueurs habituels, soit Marco Urena, meilleur buteur en qualifications, et Joel Campbell. Il ne faut pas non plus sous-estimer la possibilité de voir le capitaine Bryan Ruiz à l'oeuvre. Même si la défensive avait fait d'excellentes performances en 2014, le déclic de cette équipe était venu de l'attaque et il faudra que le même déclic s'effectue cette année.

La Serbie

De retour après une absence en 2010, la Serbie espère atteindre les huitièmes de finale pour la première fois au XXIe siècle. Elle sera inspirée par sa jeunesse qui a remporté la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2015. Cinq joueurs de cette équipe sont dans la pré-sélection serbe. Pour montrer l'évolution de la Serbie depuis quatre ans, elle n'a pas réussi à se qualifier pour l'Euro 2016, mais elle a réussi à se qualifier directement pour la Coupe du monde en devançant le Pays de Galles, l'Autriche et l'Irlande, trois pays étaient à l'Euro.

Dans les buts, on devrait retrouver Vladimir Stojkovic, le gardien vétéran qui en sera à sa troisième Coupe du monde après les éditions de 2006 et de 2010. Si les choses devaient mal tourner, le sélectionneur pourrait être tenté d'envoyer le jeune Predrag Rajkovic, gant d'or à la Coupe du monde U-20 en 2015. En défensive, la Serbie misera sur des vétérans pour freiner les offensives adverses dont Antonio Rukavina, Dusko Tosic, Branislav Ivanovic et le capitaine Aleksandar Kolarov. Il y a eu de l'amélioration dans cette unité depuis les dernières années en réduisant le nombre de buts alloués par match. En qualifications, ils ont concédé 10 buts en 10 matchs. Un jeune espoir serbe pourrait aussi être à surveiller dans la défensive centrale : Nikola Milenkovic, qui évolue pour Fiorentina.

En milieu de terrain, la Serbie sera constituée de jeunes joueurs afin d'ouvrir les espaces de jeu. On y retrouvera Andrija Zivkovic, qui évolue pour le Benfica; Marko Grujic, le jeune prodige de Liverpool; Adem Ljajic, l'un des meilleurs passeurs en Serie A italienne; Luka Milvojevic et Nemanja Radonjic. Le sélectionneur a ainsi une orientation définitive vers la jeunesse et on devrait s'attendre à du jeu rapide de cette unité.  À l'attaque, ce sera le duo Aleksandar Prijovic et Aleksandar Mitrovic, meilleur buteur pour les Serbes en qualifications, qui mènera la charge.

Le match à surveiller

Serbie - Suisse : 22 juin à Kaliningrad

Ce duel européen pourrait, dans une course à trois pour la deuxième place dans le groupe, être décisif. Si les contraintes géographiques sont respectées, le Costa Rica part désavantagé, ce qui laisse la bataille de la deuxième place à la Serbie et la Suisse, deux équipes qui ont très bien fait en qualifications. Si la Suisse perd son premier match contre le Brésil, ils auront beaucoup de pression et devront obtenir un bon résultat dans ce match afin d'espérer une qualification pour la suite. L'attaque serbe devrait affronter une défensive redoutable face à la Suisse, mais elle a déjà montré qu'elle pouvait bien jouer face à de telles défensives.

Prédiction

Dans ce groupe, il est très difficile de ne pas voir le Brésil terminer en tête. L'effectif est le plus talentueux du groupe. Pour le deuxième rang, c'est plutôt serré. Comme la Coupe du monde se déroule en sol européen, j'ai tendance à croire que le Costa Rica sera désavantagé face aux deux autres nations européennes, en plus de l'âge avancé de la sélection. Ils ne parviendront pas à rééditer leur excellente performance de 2014.

Il ne reste que la Serbie et la Suisse. La défensive suisse devrait être forte, mais le manque d'offensive pourrait leur jouer des tours. La Serbie pourrait ainsi passer devant, possiblement en raison de la différence de buts. L'équipe sera inspirée par les récents succès de leur jeunesse.

1er: Brésil

2e : Serbie

3e : Suisse

4e : Costa Rica