Le groupe F sera un groupe intéressant à surveiller lors de cette Coupe du monde. Si les champions du monde en titre, les Allemands, semblent être favoris, les trois autres nations devraient être compétitives pour le deuxième rang. On y retrouve les Mexicains, qui espèrent dépasser les huitièmes de finale pour la première fois depuis 1986, la Suède, qui a éliminé l’Italie, et la Corée du Sud qui est l’équipe asiatique la plus expérimentée dans l’histoire de la compétition.

LES FORCES EN PRÉSENCE

ÉQUIPE NOMBRE DE QUALIFICATIONS DERNIÈRE QUALIFICATION MEILLEUR RÉSULTAT
Allemagne 19e 2014 Champions en 1954, 1974, 1990 et 2014
Mexique 16e 2014 Quart de finale en 1970 et 1986
Suède 12e 2006 Finaliste en 1958
Corée du Sud 10e 2014 4e place en 2002

L’ALLEMAGNE

Championne du monde en titre, l’Allemagne tentera de faire comme l’Italie en 1934-1938 et le Brésil en 1958-1962 et remporter un deuxième titre d’affilée. L’équipe de Joachim Low est l’une des favorites, encore une fois, pour remporter les grands honneurs. La route est encore longue avant de soulever le trophée et ça commence par la phase de groupes où elle affrontera de bonnes nations. Il faudra faire attention à l’excès de confiance. Ils viennent de perdre contre l’Autriche en amical et on difficilement battu l’Arabie Saoudite.

Dans les buts, il y a de l’incertitude autour de Manuel Neuer depuis sa blessure. Il devrait être à son poste si on se fie aux derniers matchs amicaux. C’est l’un des piliers de cette équipe depuis de nombreuses années et l’une des raisons pour laquelle ils ont remporté le trophée il y a quatre ans. Sinon, le poste pourrait être occupé par Marc-André ter Segen, le gardien du FC Barcelone. En défensive, la Mannschaft devrait compter sur des valeurs sûres comme Jérôme Boateng, Antonio Rudiger et Mats Hummels pour la défensive centrale. Sur les latéraux, les Allemands devraient miser sur le jeune Joshua Kimmich et Jonas Hector.

Au milieu de terrain, on devrait voir à l’action Mesut Ozil, Toni Kroos, Sami Khedira et Julian Draxler, ballon d’or lors de la dernière Coupe des confédérations. Leon Goretzka, qui en avait mis plein la vue lors de la Coupe des confédérations, a aussi mérité sa place dans l’alignement. Onde de choc; le jeune prodige de Manchester City Leroy Sané n’a pas été retenu par le sélectionneur. Pour plusieurs, il s’agirait d’une erreur de la part de Low et il pourrait manquer un élément de vitesse dans le milieu de terrain. Finalement, à l’attaque, Thomas Muller sera toujours dangereux pour les adversaires. Cependant, on entend de plus en plus parler de Timo Werner comme de l’attaquant de choix pour les Allemands et il devrait être sur la pelouse durant le prochain mois. L’attaque doit cependant faire de meilleures résultats que lors des dernières sorties et retrouver la forme des qualifications lors desquelles elle a marqué 43 buts en 10 matchs (!). C’est une condition essentielle si l’Allemagne désire terminer sur le podium pour une cinquième Coupe du monde consécutive.

LE MEXIQUE

Équipe nord-américaine avec le plus d’expérience à la Coupe du monde, le  Mexique  espère cette fois-ci atteindre le carré d’as pour la première fois de son histoire ou, du moins, ne pas se limiter aux huitièmes de finale comme c’est le cas à tous les tournois depuis 1994. Toutefois, le défi s’annonce corsé encore une fois cette année. Lors de la dernière Coupe des confédérations, les Mexicains ont connu un tournoi adéquat, mais sans de véritables étincelles. La défaite de 4 à 1 contre l’Allemagne en demi-finale avait fait mal.

Dans les buts, le Mexique misera sur Guillermo Ochoa qui avait connu de superbes performances en 2014, notamment un sublime 0-0 contre le Brésil où il a effectué des arrêts spectaculaires. À 32 ans, c’est le plus jeune gardien retenu par Juan Carlos Osorio. Vous avez bien lu. Les deux autres sont âgés de 35 et 37 ans. En défensive, le Mexique devrait miser sur Hector Moreno, Hugo Ayala ainsi que les jeunes Jesus Gallardo et Carlos Salcedo. Ce mélange entre la jeunesse et l’expérience semble montrer que le Mexique entre dans une phase de transition. Fait à noter : on pourrait voir le vétéran Rafael Marquez en action pour une cinquième Coupe du monde consécutive.

Au milieu de terrain, on devrait retrouver le capitaine Andrés Guardado, les frères Giovani et Jonathan dos Santos, qui évoluent pour le Galaxy, et Hector Herrera. Guardado en sera à sa 144e apparition pour El Tri, ce qui fait de lui un pilier de cette équipe. À l’attaque, qui de mieux que Javier Hernandez, Carlos Vela et Oribe Peralta pour mener la charge? Or, si les résultats attendus ne se présentent pas, il ne serait pas étonnant de voir des plus jeunes à l’action et notamment Jesus Corona. On espère cependant que le Mexique, malgré l’âge avancé de plusieurs joueurs, nous donnera un bon spectacle.

LA SUÈDE

Après avoir éliminé les Pays-Bas et l’Italie, la  Suède  a encore soif de victoires. Malgré la retraite internationale de sa star Zlatan Ibrahimovi après un Euro 2016 atroce, plusieurs croyaient que la Suède n’y parviendrait pas. Pourtant, ils sont bel et bien là pour la première fois depuis 2006 et ils ne comptent jouer le rôle de simple figurants dans cette Coupe du monde.

Dans les buts, c’est Robin Olsen qui devrait protéger la cage. La grande force de cette équipe est la défensive et elle sera constituée de Mikael Lustig, du capitaine Andreas Granqvist, de Martin Olsson et du jeune prodige de Manchester United Victor Lindelof. Pontus Jansson et Ludwid Augustinsson constituent également des alternatives intéressantes pour la défensive suédoise. Elle est la raison principale des succès des Suédois durant les qualifications et elle devra être à la hauteur si elle veut retourner en huitièmes de finale comme à sa dernière apparition.

Au milieu de terrain, on devrait voir Sebastian Larsson, qui célèbrera sa 100e sélection durant le tournoi, Albin Ekdal, Emil Forsberg et Viktor Claesson. Ils devront ouvrir le jeu offensif pour permettre aux Suédois de s’imposer face aux autres adversaires de ce groupe. Le groupe pourrait aussi faire appel aux services Jimmy Durmaz et Oscar Hiljemark. Fait à noter : le tombeur de l’Italie, Jakob Johansson, ne fera pas partie de l’équipe en raison d’une blessure. À l’avant, les Suédois miseront sur les prodiges Marcus Berg, meilleur buteur en qualifications, et Ola Toivonen.

LA CORÉE DU SUD

Finalement, le groupe sera composée de l’équipe la plus prolifique à la Coupe du monde en Asie, soit la  Corée du Sud . Malgré ses nombreuses années d’expérience, elle a seulement atteint la phase éliminatoire à deux reprises, une seule fois à l’extérieur de chez elle. Les guerriers Taeguk espèrent cette fois-ci qu’ils connaîtront plus de succès qu’en 2014. Cinq des 23 joueurs sélectionnés évoluent à l’extérieur des ligues asiatiques.

Dans les buts, on devrait voir à l’oeuvre Kim Seung-Gyu, un gardien qui a la réputation d’avoir d’excellents réflexes. En défensive, les Coréens devraient miser sur des éléments qui ont fait leurs preuves en qualifications comme Kim Young-Gwon, Jang Hyun-Soo, Park Joo-Ho et Lee Yong. Les Sud-Coréens ont seulement accordé 10 buts en 18 matchs de qualifications. La Corée du Sud pourrait ainsi tenter d’étouffer les adversaires et opter pour des matchs nuls ou de courtes victoires comme en 2014, une tactique qui n’avait pas fonctionné à cette époque.

Au milieu de terrain, on retrouvera le capitaine Ki Sung-Yueng, l’un des joueurs de milieu de terrain parmi les plus talentueux de l’Asie, Moon Seon-Min, l’un des meilleurs buteurs actuellement en première ligue coréenne, Lee Jae-Sung et Jung Woo-Young. D’autres joueurs qui pourraient être appelés à participer pourraient être Koo Ja-Cheol ou le jeune espoir de Vérone Lee Seung-Woo. À l’attaque, on devrait retrouver Son Heug-Min, le joueur de Tottenham et meilleur buteur de la sélection en qualifications, et Kim Shin-Wook. Si la défensive a montré de belles choses dernièrement, l’offensive devra augmenter son intensité d’un cran si la Corée du Sud veut espérer obtenir des résultats décents dans cette phase de groupe.

LE MATCH À SURVEILLER

MEXIQUE – SUÈDE : 27 JUIN À IEKATERINBOURG

Si l’Allemagne devrait remporter le groupe, la course pour le deuxième rang sera vive. Le choc à la troisième journée entre le Mexique et la Suède pourrait être décisif pour la suite du tournoi. Le match pourrait même être un win or go home pour les deux formations. La Suède possède une excellente équipe qui a fait ses preuves en qualifications et le Mexique a une longue tradition de succès en Coupe du monde.

PRÉDICTION

Le groupe F sera dominé par les Allemands qui font partie des favoris pour remporter les grands honneurs de la compétition, ce qui serait une deuxième fois d’affilée. Je ne vois d’autres équipes les dépasser au classement malgré les récentes incertitudes des performances allemandes.

Par la suite, le terrain est grand ouvert pour la suite des choses. La Suède, le Mexique et la Corée du Sud ont connu des résultats mitigés lors des derniers matchs amicaux. J’aurais tendance à favoriser la Suède grâce à l’excellente défensive de l’équipe et à une offensive décente. N’oublions pas qu’elle a connu de bons résultats contre les Pays-Bas et la France. Le Mexique ne m’a également pas convaincu durant la Coupe des Confédérations et le groupe est de plus en plus vieillissant. Finalement, la Corée du Sud terminera dernière au classement malgré une meilleure performance qu’à la Coupe du monde de 2014.

1er: Allemagne

2e : Suède

3e : Mexique

4e : Corée du Sud