La question est revenue sur les lèvres des amateurs à chaque époque de l’histoire de la Ligue Nationale de Hockey en regard des équipes dominantes. Et en ce 21e siècle, rien ne change. Est-ce que les Blackhawks de Chicago sont toujours à surveiller?

La troupe de Joel Quenneville a manqué les séries éliminatoires en 2017-18. Les analystes et les amateurs avaient osé remettre en question la place de l’équipe dans la hiérarchie de la ligue. Alors que les Capitals de Washington remportaient la Coupe Stanley en juin dernier, l’équipe de l’Illinois était en vacance depuis déjà plusieurs semaines. Les amateurs en avaient que pour Ovechkin et les Caps. Washington remportait le précieux trophée pour la première fois de son histoire. Pour leurs parts, les Blackhawks savouraient un troisième titre en six saisons en 2015. Mais depuis cette conquête, les succès ont été rares en séries d’après-saison pour les Hawks. En fait, des éliminations en première rondes en 2016 et 2017, respectivement face aux Blues de St-Louis et aux Prédateurs de Nashville, sont loin d’être des signes encourageants. Est-ce que les Blackhawks remporteront la Coupe Stanley dans un avenir rapproché? Il n’y a rien d’impossible. Mais l’équipe devra dorénavant conjuguer avec des éléments qui ont contribué dans le passé à la disparition des équipes championnes, d'équipes mythiques dans certains cas.

Lien Youtube vers mon topo audio. https://youtu.be/65h8-tZY0Kc 

Dans un premier temps, l’âge des joueurs clefs. Le Canadien des années 50 et 70, les Islanders du début des années 80, les Oilers de Wayne Gretzky, les Red Wings et les Devils de la fin des années 90 et du début des années 2000 ont vu leur domination s’estomper en raison du vieillissement de joueurs irremplaçables.

Dans un deuxième temps, l’élément salarial. Et il est permis d’extrapoler ici que les livres d’histoire de la LNH percevront Chicago comme étant la première de l’ère du plafond salarial à avoir été victime du système. Rappelons-nous les signatures de Jonathan Toews et Patrick Kane suite à la conquête de la Coupe Stanley en 2015. Le choix de la direction de l’équipe de payer à gros prix ses deux joueurs vedettes allait avoir des répercussions néfastes. Les signatures ont eu pour effet de priver l’équipe de cette profondeur qui faisait de Chicago une équipe d'exception, une équipe qui pouvait aligner quatre trios bien balancés. On peut également parler de l’émergence de nouvelles équipes talentueuses.

Alors encore une fois, est-ce que les Blackhawks de Chicago remporteront à Coupe Stanley au cours des deux ou trois prochaines saisons? La parole est à vous!