Après deux matchs, il faut que vous avoue quelque chose à propos du Canadien de Montréal.

Non, ils ne sont pas pourris.

En fait, ils sont en train de faire quelque chose d'intéressant. Oui, il n'y a que deux matchs de joués, mais le Tricolore a joué deux bons matchs. Bien honnêtement, les Maple Leafs de Toronto auraient dû perdre le match d'ouverture, si ce n'était que de la nonchalance de Jonathan Drouin. Contre les Penguins de Pittsburgh, l'équipe a offert le même type d'effort et ils ont gagné 5 à 1. Clairement, l'équipe joue avec plus de détermination et plus important encore, l'équipe joue... en équipe. C'est une des différences que j'ai remarqué jusqu'à maintenant.

J'ai une pensé pour Carey Price, qui après deux matchs, a rassuré beaucoup de partisans avec ses performances. Dans le match contre Toronto, en particulier, Price a réalisé de très beaux arrêts malgré la défaite, des arrêts qui a gardé son équipe dans le coup. 

Je me demande une chose : Et si les départs d'Alex Galchenyuk et de Max Pacioretty étaient la meilleure affaire qui peut arriver au Tricolore ?

Je m'explique. Le talent ne fait aucun doute dans le cas des deux joueurs. Galchenyuk est encore parmi les meilleurs joueurs de sa cuvée et Pacioretty demeure un très bon marqueur de buts. Par contre, de ce que je peux voir, ils avaient une mauvaise influence sur leurs coéquipiers. On parle souvent d'attitude durant la saison morte et à voir la performance du Canadien jusqu'à maintenant, le changement d'attitude a commencé par le départ de Galchenyuk et Pacioretty.

Quand je parle de mauvaise influence, je vais commencer par Galchenyuk. Un des aspects de son talent est qu'il aime bien contrôler la rondelle. Parfois, un peu trop. Il joue souvent hors de sa position. Et il ne donne pas un maximum d'efforts à tous les matchs. Ajoutez à tout ça son comportement en dehors de la patinoire et il devient un élément toxique pour l'équipe. Tant mieux s'il devient un John Leclair avec les Coyotes de l'Arizona (Quoi que ça devra attendre. Il souffre actuellement d'une blessure à l'aine.), mais son départ constituait le premier pas vers le changement d'attitude.

Dans le cas de Max Pacioretty, je vous dirais qu'il était devenu une mauvaise influence au moment où il a demandé à Marc Bergevin de l'échanger. Parce qu'après ça, il a connu une baisse de régime et il n'a pas donné suffisamment d'efforts non plus. Il demeure un bon buteur dans la LNH, mais au final, c'était une bonne chose qu'il soit transigé à Vegas.

Donc, comment le Canadien va-t-il passer à travers la saison 2018-2019 avec si peu de joueurs étoiles ? En donnant le maximum d'efforts sur la glace à chaque présence. Avoir du coeur à l'ouvrage. Jouer avec plus de passion. C'est exactement ce qu'ils ont fait après deux matchs et pour survivre, ils devront en faire autant durant toute la saison.

Le changement d'attitude, ça passe aussi par les joueurs que Claude Julien a sous la main. On n'a qu'à penser à Brendan Gallagher, Paul Byron, Charles Hudon, Max Domi, Tomas Tatar, Phillip Danault et Jesperi Kotkaniemi pour ne nommer que ceux-là. Vous pouvez aussi ajouter le nom de Shea Weber lorsqu'il sera rétabli de son opération au genou. Et si Carey Price continue d'être le gardien qui fait la différence, qui sait ce qui va arriver ?

Claude Julien contribue également à ce que le message de Marc Bergevin passe comme une lettre à la poste. Désormais, on récompense l'effort. Parmi les joueurs visés, on retrouve Karl Alzner, dont la séquence de matchs joués a pris fin à Toronto. Et de la manière dont le club joue, Alzner risque d'attendre longtemps avant de retourner dans l'alignement partant.

On pourra dire la même chose dans le cas de Nikita Scherbak. Malheureusement, il n'a pas démontré qu'il est suffisamment constant pour s'établir dans la LNH. On est à la veille d'ajouter un autre nom dans la liste des échecs du repêchage en première ronde chez le Canadien.

Le Tricolore pourra-t-il poursuivre son bon travail contre les Kings de Los Angeles ? À suivre...