Tout d'abord, après une autre saison difficile en Alberta, la première chose pour ramener les Oilers sur le droit chemin était de changer l'État-major du club. Avec l'arrivé d'un Dave Tippett à la barre de l'équipe, ce dernier devrait grandement apporter de l'aide à une équipe qui a trop semblée désorienter par le passé. C'est aussi un entraîneur qui apportera du sens à la défense, qui est par ailleurs l'une des pires de la ligue. L'arrivé de Ken Holland au poste de directeur général apportera aussi du bon au groupe. Holland à remporter trois coupe Stanley dans l'organisation des Red Wings de Détroit et est considéré par plusieurs comme l'un des meilleurs directeurs généraux dans la LNH. 

Ken Holland a déjà paraphé quelques belles ententes : il a signé le gardien Mike Smith des Flames de Calgary pour un an et 2M qui retrouvera son ancien coach en Arizona, Dave Tippett.  Il a ensuite fait l'acquisition de l'attaquant des Canucks Markus Granlund qui viendra ajouter un peu de profondeur dans une attaque qui en manque cruellement. Il a aussi procédé à la resignature d'Alex Chiasson qui sort d'une saison de 22 buts, mais qui a peut-être semblé inconstant par moment cette saison. Même sort pour Jujhar Khaira qui devra être plus en santé cette saison s'il veut garder son poste à Edmonton. 

Ce qui peut être le grand tournant à Edmonton, ce sont les jeunes qui doivent arriver à maturité. Josh Currie, Joseph Gambardella, Kailer Yamamoto, etc. Ces jeunes qui ont fait leurs preuves à Bakersfield dans la ligue américaine devront arriver au camp des Oilers dans le but d'aider les cadres de l'équipe et en apportant de la profondeur. Sans oublier Evan Bouchard, choix de premier tour des Oilers en 2018, défenseur de l'année dans la OHL cette saison qui devrait faire le saut dans la LNH pour donner un coup de main à la brigade défensive. Le choix de premier tour de 2019, Philip Broberg devrait pour sa part retourner jouer en Suède. Même chose pour Raphaël Lavoie, choix de deuxième tour des Oilers qui devrait se rapporter aux Moosheads. 

Reste maintenant deux cas : Milan Lucic et Jesse Puljujarvi. Le premier fait l'éloge de rumeurs de transactions avec d'autres joueurs à gros contracts comme lui qui pourraient tenter de relancer leur carrière ailleurs. James Neal et Loui Eriksson ont déjà été évoqués notamment. Le deuxième lui veut partir. Puljujarvi n'a jamais su s'établir avec Edmonton et un changement d'adresse pourrait lui être bénéfique. Je vois bien les Oilers aller chercher un ailier plus expérimenté si Holland réussit à se débarrasser du Finlandais. Ce sera deux sujets chauds cette été dans les bureaux du Rogers Place.

Mais pour moi et avant tout, le succès de cette équipe passe par les gros noms déjà établis. McDavid sort d'une saison de 116 points qui le classe deuxième dans la ligue derrière Nikita Kucherov. Draisaitl vient de produire une saison de 50 buts et 105 points, un sommet personnel. Darnell Nurse a joué une saison pleine de 82 matchs, a récolté 41 points et a su prendre de plus grandes responsabilités en l'absence d'Oscar Klefbom à gauche de la première unitée défensive. Ryan Nugent-Hopkins a récolté 69 points, un record pour lui. Ces joueurs devront réitérer leurs exploits de la saison dernière pour apporter les Oilers en série. Et ils vont le faire, s'ils restent en santé.

Avec le nouveau groupe de décideur, les nouvelles arrivées, les jeunes qui finissent par se développer, le départ des "boulets" ainsi que les joueurs de confiance, les Oilers ont tout en main pour avoir une saison réussite. Évidemment que l'aboutissement final serait un accès à la danse printanière. Quoi qu'il en soit, je crois fermement que les Oilers d'Edmonton sont sur le chemin de la réussite !