Quelle belle soirée de boxe malgré les défaites de Pascal et Diaconu. Une parenthèse avant de parler du gala, que pensez-vous du ring rouge? Personnellement, ça m‘a agaçé toute la soirée! Mais bon c‘est personnel, fin de la parenthèse ;-)

Tout d'abords, j'ai été impressionné par le talent de Mikeal Zewski. Il a la vitesse, précision et la force pour se rendre loin.

Ensuite, Alvarez a démontré une bonne technique contre Whittom, il a connecté avec de beaux uppercuts très vifs. Rappelez-vous que Whittom avait fait la limite contre Diaconu, mais ce 4 rounds contre Alvarez a été plus difficile pour lui à mon avis.

J'ai manqué le KO de Rivas (je ne suis même pas certain s‘il a été présenté à la télé?), un de nos seuls poids lourd actif au Québec.

Le combat de Poulard m‘a un peu déçu, malgré sa victoire unanime, on dirait qu‘il lui manque quelque chose pour être dominant…

mais je n‘arrive pas à mettre le doigt dessus.

Bizier, quant à lui, semblait avoir un gros contrat devant lui.

Ce n‘était pas un Mexicain de service, mais bien un vétéran qui l‘a fait travailler pendant 5 rounds.

Avant le combat principal, le fameux combat entre Diaconu et Dawson, ce combat même qui aurait dû avoir lieu il y a quelques années. La portée trop courte de Diaconu est un désavantage majeur pour ce dernier. Un boxeur avec un avantage de 10cm sur la portée

“ET” ayant un bon jab peut gagner la majorité des rounds en gardant son adversaire à distance avec son jab. C‘est un peu ce qui s‘est passé. Diaconu manque un peu de puissance pour faire la différence, bien qu‘à la fin il a semblé ébranler Dawson, c‘était trop peu trop tard. Par contre, on ne peut pas blâmer Diaconu, il a donné tout ce qu‘il avait. Dawson a aussi bien fait, il a attaqué en combinaisons, mais pas de quoi épater la galerie.

Finalement, le combat de Pascal-Hopkins. C‘était un beau combat, j‘ai adoré. Le pointage était serré, avec un round ou deux de différence, si Pascal avait envoyé Hopkins au planché une fois, on aurait eu une réplique du premier combat. Pascal n‘a pas manqué de jus cette fois, mais il a eu de la difficulté à solutionner son adversaire. Est-ce un manque de stratégie ou une incapacité d‘appliquer la stratégie, seul Jean Pascal le sait. Dans son coin, on a demandé à Pascal d‘être l‘agresseur, mais celui-ci semblait incapable d‘attaquer sans se faire tapocher en retour. C‘est bien beau y aller en explosion, mais ça prend un plan B quand le plan A ne fonctionne pas. Pour ma part, je crois qu‘un des plus beaux coups de Pascal est son uppercut. Quand Hopkins s‘approche en corps à corps et que Pascal tente ses coups sur le côté de la tête (ou derrière), il n‘obtient pas beaucoup de succès, il aurait avantage à placer son uppercut à la place.

Je lis beaucoup de commentaires sur les hommes de coin. Selon certains, ils ne faisaient pas leurs boulot comme il se doit.

J‘ai moi-même écrit ce genre de commentaire après le premier combat de Pascal-Hopkins. Par contre, lors du premier combat, il n‘y a eu presque aucune directives des hommes de coin dans les 6 premiers rounds et cela m‘avait frappé sur le coup. Dans le deuxième combat, c‘est une autre histoire, car il y a eu plus de directives. Maintenant, à savoir si les directives étaient bonnes, c‘est bien personnel.

Qu‘auriez vous dit à Pascal entre les rounds, sachant que vous avez quelques secondes pour faire passer le message?