L'an dernier, lors de la présentation du match des étoiles de la LNH  édition 2019, nous avions eu droit à toute une surprise lors du concours d'habileté  dans l'épreuve du patineur le plus rapide. Clin d'oeil génial, coup de maître, une jolie jeune femme déterminée à en mettre plein la vue nous a offert une performance sensationnelle avec un résultat plus qu'impressionant. Plus rapide que l'un des participants masculin! En tant que ''homme'' j'ai ressenti un mélange d'admiration et de gène en constatant que l'écart, même avec notre flamboyant McDavid, était si minime...

Bien que très impressionnante, cette performance ne doit pas nous faire oublier qu'il y a une mer de différence entre le niveau de hockey masculin et féminin. La vitesse pure, sans obstacles, c'est une chose, mais la vitesse du jeu et d'exécution, la robustesse, les lancers à 100 mph et même le côté parfois violent du hockey fais en sorte que jamais une femme ne pourra jouer dans la LNH. Je sais que ce n'est pas politiquement correct de le dire aussi clairement, mais c'est ça qui est ça quand même. Prenez la meilleure joueuse féminine au monde et faites en sorte qu'elle joue un match de saison régulière de la LNH et assurément elle ne finirait pas le match sur ses 2 jambes. On dit souvent qu'avec la force des lancers et la violence des mises en échecs qu'un jour il y aura un incident grave, voir mortel, et bien si vous voulez voir ce jour...

Le ''pace'' du jeu est tellement plus lent du côté féminin que la joueuse en question serait une cible aussi dur à manquer que de tirer sur un éléphant dans un couloir. Vous pensez que les joueurs lui rendraient la vie plus facile qu'à un homme? Non, les contrats les plus bas dans la LNH sont de 1 million de dollars par saison et vous pensez que ça serait logique qu'ils laissent passer l'occasion de signer pour 1 million en sachant que tu peux mettre fin aux chances d'une compétitrice avec 1 seul, je dis bien 1 seul bon coup d'épaule légal? La LNH est une jungle et si une personne ne peut faire face à la musique par elle-même, aucune chance d'y survivre. Je ne voulais pas m'étendre aussi longtemps sur la possibilité de voir un jour une joueuse dans la LNH, mais ça m'agace tellement quand j'entends cela que je ne peux pas m'empêcher d'en parler. L'idée est grotesque je vous le dis.

Quand on essai de vendre le produit, je crois qu'on fait une très grosse erreur de stratégie en faisant planer que le niveau se compare ou que justement un jour on verrait une femme dans la LNH. Pendant le match 3 contre 3 des femmes canadiennes et américaines, lors du concours d'habileté de la LNH édition 2020, j'ai entendu des choses du commentateur et des analystes qui m'ont laissé bouche bée. C'est un bon niveau, ok, même surprenant à la limite. Mais comme le dit l'expression populaire, pousse mais pousse égal. Avec les 20 meilleures femmes au monde en 3 contre 3, au contraire j'ai trouvé que ça démontrait tout l'écart qu'il y a.

Est-ce que ça veut dire que je pense qu'une WNHL est impossible? Non, je pense juste qu'il faut en parler et le promouvoir différemment de ce qui est fait jusqu'à maintenant.

Le choix de ma photo pour cet article est discutable, je voulais clairement piquer votre attention mais aussi peut-être choquer certains. Mais ça ouvre la discussion à tout le moins. Loin de moi l'idée de me diriger vers un discours néandertalien et penser qu'il faut rendre le hockey féminin sexy, mais...

Ça fait longtemps que j'y pense, mais ce qui m'a finalement décider à écrire un article sur le sujet est ce que j'ai vu lors du week end des étoiles 2020. Ou ce qu'on aurait dû voir. 

J'ai toujours penser que ce qui manquait au hockey féminin était des choses simples, à mes yeux évidentes. Depuis les premiers matchs aux olympiques, je regarde toujours le hockey féminin. Je veux aimer ça, j'aimerais aimer ça, mais j'ai de la misère à le faire. Je ne suis sûrement pas le seul à réagir ainsi, même si c'est bon, ça ne se vend pas. Si ça se venderait, la ligue féminine n'aurait pas mis fin à ses  activités après la dernière saison. J'ai alors réfléchi sur le pourquoi, pourquoi on a de la misère à aimer ça, surtout pourquoi ça devient encore plus difficile quand il faut payer, sortir de l'argent dûrement gagné de nos poches, pour un produit indiscutablement moins bon que le hockey masculin, si on veut être honnête et faire une vrai réflexion. Nier l'évidence n'est sûrement pas une méthodologie efficace en période d'évaluation et de questionnement, au moment de faire un plan, d'établir une nouvelle ligue.

Comment je me suis questionné? J'ai identifié certains points, pourquoi je reste froid par rapport au produit féminin. Des solutions?

1- Le hockey, c'est de l'émotion à l'état pur. C'est le sport le plus rapide au monde, le plus intense. Donc ça prends de l'émotion. Au hockey féminin de l'émotion y'en a, mais on ne peut pas la voir, ni la sentir, ni la vivre avec elles. Comment voir et ressentir cette émotion sans voir leur visage, leur yeux avec le regard du Rocket, leur passion et leur grimace d'effort et de douleur?

2- Le hockey, c'est des légendes, c'est des super stars, des joueurs concessions, des idoles, des cols bleus qui travaillent intensément auxquels les gens s'identifient et qui deviennent à leur façon des joueurs vedettes. Donc ça prends ça aussi. Des  super vedettes féminines, des futures légendes, des idoles, il pourrait y en avoir, mais on ne les connait pas ou très peu car on ne pourrait les identifier dans une foule, donc anonyme, parce qu'on ne peut pas les voir,  encore.

3- Le hockey c'est spectaculaire,  c'est aussi de beaux jeunes hommes en forme que la gente féminine aime regarder (et des hommes aussi faut être réaliste) les cheveux au vent pendant l'échauffement. Donc ça prends ça aussi, du ''glamour''.  Du glamour il pourrait y en avoir autant sinon plus du côté féminin, on se contera pas d'histoires, certaines joueuses sont très jolies mais elle sont assurément toutes sympathiques. Mais on ne peut pas les voir...

Oui le simple fait de porter une grille complète viens, pour moi en tous cas et peut-être inconsciemment pour la grande majorité des gens,  donc viens changer beaucoup de choses. Certains vont penser que ce n'est pas sérieux, que ça n'a pas de sens tout ça... Un article farfelue pour d'autres... Mais y avez vous sérieusement pensé plus que 4 minutes pourquoi le hockey féminin peine à devenir plus populaire, de faire en sorte que les meilleures joueuses au monde puissent retirer un salaire qui leur permet d'en vivre? Moi j'ai pris la peine de le faire et c'est devenu clair pour moi pourquoi, malgré ma bonne volonté, je ne suis pas capable de développer un attachement, un sentiment qui fait que j'ai le désir de regarder le prochain match. D'avoir hâte que ce soit enfin le soir du match.

Quand je regarde le hockey féminin, je vois des grilles complètes en chandail rouge affronter des grilles complètes en chandail blanc. À part les compétitions internationales comme Canada contre les États Unis ou l'importance du match vient combler un gros vide, bien le gros vide en question dans la ligue féminine qui a dû cesser ses opérations c'est que c'était pour le grand public une équipe inconnue qui affrontait une autre équipe inconnue, sans histoire passée, sans rivalité historique... Ajoutez à cela le fait que ce sont des inconnues qui affrontent des inconnues et vous avez la raison majeure du manque d'intérêt.

Sans aller dans le sens de la ''lingerie football league'', peut-on pour contrer l'anonymat qui est la source du problème, voir l'intensité sur le parfois jolie visage des joueuses qu'on veut bien encourager?

Suis-je le seul à ne pas comprendre pourquoi la grille complète est de mise au hockey féminin, une ligue sans contact? Les femmes à la boxe? Marie-Eve Dicaire serait aussi populaire avec son casque olympique sur la tête lors d'un championnat mondial? Dans toutes les autres ligues oui ok, portez la grille, mais dans une ligue professionnelle où il faut payer pour assister au spectacle?

Quand on regarde les Canadiens contre les Bruins, on voit 2 équipes ancestrales s'affronter dans une guerre mais on voit aussi un Patrice Bergeron affronter un Philippe Daneault pour la 12ième fois de sa carrière, leur visage crispé lors de la mise au jeu, on voit un Gallagher batailler contre le méchant Brad Marchand etc. Au hockey féminin c'est une grille contre une grille qui oh mon dieu on a fini par reconnaître Hilary Knight contre Marie-Philip Poulain parce que le descripteur a, lui, réussi à les reconnaîtres et ainsi nommer leur nom...

Vous voulez être payée pour jouer, être populaire, devenir un vrai circuit professionnel? En conclusion il faudrait être prête à subir les mêmes contraintes que vos homologues masculins. Je veux vous aimer, je veux vous encourager, je suis prêt à payer un 20$ pour mon billet et me déplacer, crier avec vous, mais je dois d'abord vous connaître et vous reconnaître!