Louis-Philippe Juneau m’a soutiré des larmes lorsqu’il à retrouvé sa mère en plein cœur de Bogota en Colombie, des scènes saisissantes et émotives présentées lors d’un épisode de l’émission Deuxième Chance à Radio-Canada, il y a quelques semaines. Âgé de 25 ans, il voyait sa maman pour la première fois depuis que cette dernière l’avait abandonné à sa naissance, incapable de suffire financièrement à cette responsabilité.

 Aujourd’hui, cet ex-étudiant récemment diplômé de l’université Laval à Québec en orientation,  pratique régulièrement la course à pied.

 

Louis-Philippe a retrouvé sa mère biologique en Colombie. Ils se voyaient pour la première fois depuis l'abandon.

 

D’ailleurs, durant la diffusion du reportage, on montrait des images de lui à l’entraînement. Je me suis alors dit qu’il deviendrait intéressant de le rencontrer pour en découvrir davantage sur ce jeune homme et particulièrement pour son intérêt envers la course à pied. Inutile de dire que 2017 aura marqué sa vie au fer rouge avec ce rendez-vous soudain et imprévu qui lui a également permis de faire la connaissance de ses sœurs et frère, des moments vraiment émouvants.

 Nous lui avons rendu visite chez ses parents adoptifs dans le quartier de Charlesbourg dans la région de la vieille capitale. 

Louis-Philippe en compagnie de l'un des animateurs de l'émission Deuxième chance, Patrick Lagacé.

 

Bien sûr, nous nous sommes attardés sur sa curiosité pour la course à pied. « C’est mon père qui m’a initié à ce sport vers l’âge de 12 ans. Je devais courir un 4km à l’école. Quand j’ai obtenu un temps de 16:56, il ne pouvait plus me suivre », raconte-t-il avec un sourire toujours accroché au visage.

 Louis-Philippe apprécie chaque instant de sa vie et on le ressent quand on se retrouve à ses côtés. « Jeune, j’ai vite compris que je disposais d’un excellent système cardiovasculaire, possiblement causé par mes origines. On court énormément en Colombie et la ville de Bogota est située en altitude, ce qui favorise l’amélioration de notre respiration. »

 

L'animatrice Marina Orsini fut très émue par les retrouvailles des membres de cette famille. La compagne de LP,  Élizabeth Caron les accompagne.

 

Maintenant, son père ne peut plus courir, blessé à un genou. Il doit se contenter du vélo. On se doutera que LP n’est pas friand de courir dehors durant la saison hivernale, préférant le tapis roulant au gymnase à raison de deux fois par semaine. Le soccer fait partie intégrante de ses gènes. D’ailleurs, ce hobby meuble principalement depuis sa tendre enfance son plan d’activité physique.

 « Je suis conçu pour courir. J’en ai besoin. Cette discipline me détend. Je fais le vide dans mon esprit et mon stress disparaît. » Habituellement, il sort pour un 10km et se défonce à chaque fois. C’est peut-être la musique rock qu’il écoute en même temps qui le propulse de cette façon !

 

Louis-Philippe a retrouvé les membres de sa famille biologique pour la première fois de sa vie.

 

Il a joué sept ans au football et les activités de la NFL le passionnent. En 2016, il a participé en équipe au défi Pierre Lavoie entre Québec et Montréal. Il a adoré.

 Toujours à la recherche d’un emploi dans son domaine car depuis qu’il détient son BAC, il n’a pu se consacrer sur cette facette à cause de son implication à la recherche de sa mère. Il a passé une semaine en juin à Bogota et est retourné pour trois semaines avec ses amis au mois d’août. Pour le moment, il se contente de son travail au Château Frontenac où il œuvre lors des banquets depuis maintenant quatre ans.

 

Un moment émouvant durant l'émission, les retrouvailles entre Louis-Philippe et sa mère biologique.

 

Une question m’intriguait. A-t-il songé à amener sa mère biologique au Québec ? « Je pense sincèrement que c’est impossible. Tu sais, elle n’a pas d’éducation et vit dans la pauvreté. La langue deviendrait également un gros obstacle et je me demande si elle aurait la capacité de surmonter toutes les différences qu’elle vivrait au Québec. Je respecte sa vie. Cependant,  j’aimerais énormément que mes deux mères se rencontrent. J’en ai parlé à ma mère adoptive et elle est d’accord. On parle d’une question de temps pour que mon rêve se concrétise.»

 Depuis cette découverte, Louis-Philippe pense souvent à sa mère biologique. « Je connais maintenant mes origines et je trouve cela formidable. »

 

L'activité physique prend une grande place dans la vie de Louis-Philippe.

 

Il aimerait participer au 21km de Québec en octobre prochain ce qui le pousserait à courir un premier marathon. « Je suis conscient de ce qu’il faut faire pour y parvenir. Jusqu’à présent, je n’ai pas obtenu les conditions idéales en ce sens mais ça viendra. Tu sais, je ne suis pas du genre à me décourager facilement »

 Sa copine, Élizabeth Caron ne semble pas attiré plus qu’il n’en faut par la course à pied. Cependant, la prochaine tournure des événements dans la vie de Louis-Philippe apportera peut-être un certain intérêt de sa part, qui sait.

 

La course à pied représente un beau moyen de créer des liens d'amitié pour LP.

 

« Les Colombiens sont d’excellents coureurs », a-t-il confirmé. Un jour, ses origines parleront pour lui !