Il y a plusieurs mois, sa prise de conscience avait rejoint plusieurs adeptes de la course à pied. Christine Bourassa avait sensibilisé les gens par son redressement dans la vie, particulièrement au niveau de son poids.

 Courir s’avérait la clef du succès.

 Je l’avais rencontrée et rédigé un papier sur son témoignage car j’admirais son aspect humaniste.

 Je me souviens que nous avions convenu de courir son premier marathon ensemble. Je lui avais dit que je l’accompagnerais pour l’aider, l’encourager. Elle parlait de celui à Rimouski en octobre…...  dernier.

 

Christine traverse des moments plus difficiles présentement.

 

Je voyais bien approcher le mois d’octobre mais je n’ai jamais reçu un signe de vie de la part de Christine. Peut-être qu’elle avait changé d’idée ou que cette date ne lui convenait plus.

 Il y a quelques jours, elle est revenue publiquement avec son projet de courir un marathon.

 Toutefois, la situation diffère.

 Il m’est rarement arrivé de revenir sur la même personne pour le sujet d’un article mais dans le cas présent, je pense que le comportement de Christine se produit régulièrement dans la vie de nombreux coureurs sans que nous en soyons informés.

 

C'est dans des périodes creuses semblables que l'encouragement de ses amies peut faire une grande différence.

 

Elle a repris tout le poids qu’elle avait perdu. Visiblement, Christine éprouve des ennuis avec son alimentation. Elle le reconnaît ce qui à mon avis, représente une grande victoire et s’avère déjà un grand pas vers l’avant.

 « Je suis tombée dans une formule de ne plus m’alimenter sainement et de ne plus bouger », confie-t-elle. « Je dois recommencer à zéro ».

 On doit l’admettre. Dans la vie en général, peu importe les personnes et les situations, la discipline et la régularité représentent des aspects difficiles à conserver. Il devient tellement facile de baisser les bras.

 

Christine finira par surmonter cette épreuve.

 

Toutefois, dans le cas de Christine, elle possède un repaire primordial dans ce qui constitue sa relance. Elle sait où elle s’en va. Elle connaît les bienfaits d’une condition physique améliorée et voudra assurément la retrouver.

 « J’ai pris une débarque et j’en suis la responsable », a-t-elle écrit dans son vocabulaire.

 Christine vient de s’inscrire à un demi-marathon pour le mois de février. On s’entend pour dire que la marge de manœuvre n’est pas grande.Un geste qu’elle devait obligatoirement poser à mon avis car elle se motivera pour son retour en force. Il lui faudra contrôler son alimentation, sa grande faiblesse.

 

 

L'humour apporte la joie de vivre et aide à garder le moral.

 

J’ose lui donner un conseil. Elle devra laisser de côté sa montre et ne plus s’occuper de son chrono. Surtout dans une situation semblable, on doit éviter d’ajouter une pression supplémentaire et l’ajout du temps n’est vraiment pas nécessaire.

 En passant, mon invitation est encore valide. Si je peux apporter ma contribution à sa réalisation, il me fera un immense plaisir de le faire.

 J’ai une grande confiance qu’elle finira par surmonter ses démons. Elle devra tout simplement s’accorder du temps et conditionner son attitude.