Souvent, les gens me demandent pourquoi je cours ? Quelles sont les circonstances et les raisons qui expliquent cet acharnement dont je ne vois pas la fin.

 Je ne serais sûrement pas présent aujourd’hui pour vous transmettre ma passion n’eut été d’une prise de conscience il y a plusieurs années.

 En fait, il y a maintenant 24 ans, je me dirigeais tout droit vers la guillotine et cela sans vraiment m’en apercevoir. Je venais de perdre mon emploi et la perte de mon père.

 La panique du moment m’a fait réaliser que je devais réagir, changer mes habitudes de vie. Le temps n’effacera jamais la peur que j’ai ressentie lorsque brusquement, je suis sorti de mon lit en pleine nuit.

 Indescriptible la sensation qui m’envahissait. Aux abords de la porte-patio, je regardais le néant, droit devant, sans savoir comment allait se terminer ce cauchemar. Puis, tranquillement, la normalité a repris le dessus et je suis revenu à moi. Était-ce une crise d’anxiété comparable à ce que Shayne Corson, l’ex-joueur des Canadiens de Montréal a déjà vécue et qu’il a divulguée récemment ?

 

Ce n'est que quelques années plus tard que l'ex-joueur du Tricolore Shayne Corson a admis qu'il avait dû traverser une crise d'anxiété durant sa carrière professionnelle.

 

Il n’en fallait pas davantage. J’avais capté le signal et je me devais de partir en mission pour me retrouver sur le droit chemin.

 Inscription au gymnase et changement drastique dans mon alimentation. Fini les petits gâteaux, terminé les sacs de biscuits au chocolat que je pouvais vider en un temps record. À la poubelle toutes les boissons gazeuses que j’ingurgitais en quantité industrielle.

 Étrangement, je ne souffrais pas d’un surplus de poids catastrophique. Probablement que mon taux élevé de nervosité faisait en sorte que j’arrivais à brûler toutes ces calories.

 Quand on constate la préoccupation de certaines personnes aujourd’hui qui prennent rapidement conscience de leur condition physique, je me dis que l’évolution de cet aspect fut positive et quand même assez rapide. La popularité grandissante de la course à pied me démontre que même s’il y aura toujours un travail de promotion à soutenir, les jeunes devront nécessairement bouger pour combattre l’envahissement des jeux vidéo et de la malbouffe.

 Honnêtement, n’eut été de ce revirement, je m’interroge sérieusement comment ce mauvais rêve aurait pris fin. Assurément, des jours néfastes m’attendaient dans le détour et j’aurais payé la note en bout de ligne. Qui sait si je ne me serais pas écroulé subitement !

 

Le Doc Simon Benoit représente un exemple idéal par ses observations et ses connaissances en rapport avec l'importance de se garder en excellente condition physique. Du même coup, le moral en bénéficie.

 

Voilà l’une des raisons qui me motivent à faire la promotion de cette discipline, à ma façon. Quand les gens viennent me serrer la main ou me parler lors de différents événements, je me dis à chaque fois que j’ai atteint la cible. Je sais que je dois continuer d’en convaincre d’autres et que mon travail est loin d’être terminé.

 On ne connaît pas l’avenir et c’est préférable ainsi. Toutefois, on doit se donner des chances de le rendre des plus agréables. Il ne s’agit pas d’une question de longévité mais plutôt de qualité de l’existence.

 Se sentir bien dans sa peau représente une sensation inestimable.

 Mon ami le Doc Simon Benoit relève un point intéressant. Il faut se fier au sourire des gens. Tant qu’il apparaît sur leur visage, c’est qu’ils sont heureux et en santé. N’est-ce pas là l’aspect le plus important de notre passage sur cette planète ?