Dans mon dernier article, je vous mentionnais que dans le cadre des négociations de son plus récent contrat, Richard Sherman s’était représenté par lui-même. Si la majorité des joueurs préfèrent payer une commission d’environ 2 % à 5 % à un agent et ne plus avoir à se soucier de l’aspect financier du sport, certains se sont également représentés par eux-mêmes. Vous verrez dans les prochains paragraphes que les résultats ont été parfois très bons et parfois très mauvais.

1 - Mauvais : Russell Okung, Broncos de Denver (NFL), plaqueur offensif 

Après la saison 2015-2016, Russell Okung décide de se représenter lui-même. Durant la saison morte, il paraphe un contrat à long terme de 5 ans et 53 millions de dollars avec les Broncos de Denver. À première vue, on pourrait se dire qu’il s’agit d’un excellent contrat. Après avoir analysé celui-ci, j’ai appelé la police pour dénoncer John Elway pour fraude. Et comment ! 

Le contrat d’Okung ne contenait absolument aucun montant de garanti. Le contrat était structuré de telle sorte qu’Okung allait encaisser un montant de 5.2 millions de dollars la première année et de plus de 11 millions de dollars au cours des 4 années suivantes. Bien que le contrat était de 5 ans, en substance, il s’agissait essentiellement d’un contrat d’un an. 

De manière prévisible, Okung fut libéré après la première année de l’entente. Si la possibilité d’encaisser des montants plus élevés au cours des années subséquentes était alléchante, Okung n’aura touché qu’un montant de 5.2 millions pour un an, ceci étant nettement inférieur au marché des plaqueurs offensifs de ce calibre.

J’aime bien le comparer à son camarade de repêchage Trent Williams. Les deux joueurs évoluent au poste de plaqueur offensif à gauche, avaient été sélectionnés dans le top 10 de l’encan 2010 & ont été blessés à quelques reprises au cours de leur carrière. À titre de comparatif, en 2015, Williams a paraphé une entente de 5 ans, 68 millions …. avec 41.25 millions de dollars garantis !

2 - Bon : Alexander Ovechkin, Capitals de Washington (NHL), ailier gauche

En 2008, âgé de 22 ans seulement, Ovechkin signa une entente de 13 ans et 124 millions de dollars, et ce, sans l’aide d’aucun agent. 124 millions de sourire me direz-vous, mais avec Ovechkin et son sourire édenté, le moins possible s’il vous plaît !

Le contrat est d’autant plus impressionnant parce que même en 2018, l’entente d’Ovechkin demeure pertinente; il n’est présentement pas sous-payé. En 2008, son contrat comptait alors pour 16.79 % de la masse salariale (impact sur le plafond salarial de 9.54 millions, le plafond était alors de 56.8 millions) alors qu’il compte aujourd’hui pour 12.72 % du plafond salarial (plafond de 75 millions pour 2017-2018). À titre de référence, les nouvelles ententes signées en 2015 par Patrick Kane et Jonathan Toews ont un impact sur la masse salariale d’un montant de 10.5 millions par année.

3 - Mauvais: Gilbert Arenas, Wizards de Washington (NBA), meneur de jeu

Sur ce coup-ci, il s’agit d’un contrat qui n’a pas bien fonctionné pour les deux parties. Le talent d’Arenas sur le terrain était certainement inversement proportionnel à la taille de son cerveau. Sûrement un apôtre de Donald Trump ou un lobbyiste de la NRA, Arenas avait pris l’habitude de conserver des fusils … dans son casier de vestiaire ! 

Le contrat de 6 ans, 111 millions avait été un fiasco complet. Il en demeure qu’avant la signature du pacte en question, Arenas avait accepté moins d’argent que le marché, mentionnant qu’il voulait laisser une flexibilité financière à son organisation. Par exemple, lors de la première année de l’entente, Arenas avait encaissé 14.65 millions de dollars, tandis que le meneur de jeu le mieux payé à ce moment était Jason Kidd, avec un salaire de 21.37 millions de dollars.

Pourquoi engager un agent ?

L’agent permet au joueur de se concentrer uniquement sur le sport qu’il pratique. La plupart des athlètes professionnels n’ont pas nécessairement les compétences nécessaires pour négocier toutes les modalités et paramètres légaux de telles ententes. À ce titre, les agents sont généralement des avocats ou des comptables de formation, connaissent bien le marché dans lequel ils évoluent et comptent sur une équipe de professionnels pour ratifier les ententes.

Personnellement, je recommanderais fortement à des joueurs de la NFL de se faire représenter par un agent, à tout de moins pour la signature de leur deuxième contrat. Les ententes sont complexes à structurer et la notion d’argent garantie est très importante.

À noter que la nouvelle structure de rémunération prédéterminée de la NFL pour les contrats recrues risque d’amener plus de joueurs à se représenter par eux-mêmes. Ce fut notamment le cas pour Ereck Flowers (Giants de New York, plaqueur offensif) & cette année, ce sera éventuellement le cas de Lamar Jackson (quart-arrière, Cardinals de Louisville (NCAA)). 

Pour les autres sports majeurs (dont les contrats sont pleinement garantis), je crois que si l’athlète possède de bonnes connaissances financières, il serait possible d’engager un conseiller de manière ponctuelle pour réviser et signer son contrat.