« Aujourd’hui, on ne veut pas montrer notre vulnérabilité »

 C’est ce qu’Anne-Lise Nadeau croyait avant sa maladie.

 Membre de l’Union des Artistes, mieux connue sous le nom d’Anne-Lune, cette chanteuse de formation, diplômée de l’université McGill à Montréal en interprétation jazz, a découvert il y a six ans, une passion pour la course à pied.

 Elle totalise déjà sept marathons et incite également les enfants à courir ! Elle est d’ailleurs l’ambassadrice du petit marathon dans le cadre du marathon de Montréal. Vie médiatisée, de nombreuses apparitions à la télé, dans des publicités et films, elle possède même son trio jazz, Kayak, actif principalement lors d’événements corporatifs, mariages, party, etc.

 « Le milieu artistique, c’est ainsi. Il faut plusieurs flèches à son arc pour bénéficier de plusieurs cibles. »

 

Sourire et bonne humeur, la marque de commerce pour cette jeune femme.

 

À 18 ans, un enseignant l’a allumée sur l’importance de s’adonner à des sports pour améliorer sa santé, surtout en fin de vie. « Je me suis alors dit que je pourrais devenir une plus belle grand-maman car j’avais vu mourir les miens. » Suite à cette réflexion, elle s’est rapidement retrouvée en gymnase.

 Or, après la naissance de son 3e enfant, elle fut attirée par la course à pied. « Je réside à Saint-Damasse. Donc, je m’entraîne seule mais j’adore me retrouver en gang. Je te dirais que je préfère tout ce qui précède le marathon car 42km, je trouve ça difficile », de dire la maman de jumeaux, Constance et Florent, 9 ans ainsi que Fabrice, 7 ans.

 « J’en braille un coup quand je vois des coureurs lors d’une épreuve car chacun à sa petite histoire. Ils doivent être fiers et on ne doit jamais les juger. »

 

Une femme qui a du style.

 

Alors, cette maladie Anne-Lise ? « Il s’agit de la pelade, tel un fruit que l’on pèle et ça devait être un kiwi ! », souligne-t-elle avec son large sourire. À l’âge de 5 ans, des signes sont apparus pour revenir vers 9-11 ans. Il y a six ans, c’est réapparu et graduellement, ses cheveux ne cessaient de tomber. Au début de l’été, elle a perdu le contrôle, ce qui s’est transformé en méga stress.

 « Je m’empoisonnais la vie. Mes enfants ne cessaient de me rappeler qu’ils retrouvaient mes cheveux partout dans la maison. Je ne m’endurais plus. » La décision fut prise lors d’un entraînement en course à pied. « Avec mon compagnon, je me suis rendu dans un chalet. Il m’a coupé les cheveux dans la salle de bain. J’ai pleuré ma vie lorsque je me suis vue dans un miroir. « Maman, on t’aimait mieux avec des cheveux », m’ont dit les enfants quand je suis apparue devant eux pour la première fois. C’est vraiment pas évident pour une femme de trancher en ce sens. » Et davantage à 36 ans !

 D’ici un an, ses cheveux devraient repousser car elle subit un traitement présentement. « J’ai dû faire mon coming out afin d’informer les gens, considérant que j’ai une vie publique. Aujourd’hui, je me sens zen avec ma décision. Une fois que les gens sont informés, ils comprennent. Après ce témoignage, j’ai reçu une grosse vague d’amour. »

 

Une grande victoire personnelle pour Anne-Lise .

 

On se doute bien qu’elle attire les regards. « Je vais tellement mieux car j’assume entièrement cette décision. Je sais que les gens acceptent. J’ai eu le courage de m’ouvrir et j’en suis très fière. Je m’étais même préparée à affronter des propos négatifs et il n’en fut rien. »

 Anne-Lune dispense même des spectacles avec son coco nu ! « Ça démontre aux enfants qu’être différent, c’est possible et je tenais à être honnête avec eux dans ce que je traverse. »

 Voilà maintenant qu’elle dispose de plusieurs looks pour son travail ! « Je suis en train de tourner cette maladie à mon avantage. Je me suis découvert une forme de je m’en fous. Les cheveux, ça va revenir. C’est une crise à traverser et je n’ai pas le cancer ! »

 

 

Elle a participé au demi-marathon de Montréal en septembre dernier.

 

Pourquoi Anne-Lune ? « Une amie au secondaire m’avait surnommée ainsi car je me retrouvais régulièrement dans mes pensées avec ma guitare dans les mains et mon esprit de poète. »

 La course à pied a pris une grande place dans sa vie. Même Anne-Lune en parlera aux enfants lors son spectacle à venir !

 Le 30 octobre prochain, elle participera à son 8e marathon à Niagara Falls. Son copain n’ira pas. Il doit rester avec les enfants. Vraiment, une belle famille.