Vous êtes vous déjà arrêté un court instant pour vous interroger à savoir comment peut-on expliquer que certaines personnes ne sont pas nées sous une bonne étoile ? Qu’est-ce qui peut bien faire  qu’une autre devient bénie par la vie ?

 Depuis quelques jours, Adrianne Haslet, 38 ans, originaire de Seattle, qui réside à Boston et allongée sur son lit d’hôpital, doit sérieusement s’interroger à savoir si  la malchance lui accordera un peu répit.

 En 2013, lorsque les bombes ont explosé aux alentours du fil d’arrivée du marathon de Boston, elle se trouvait parmi la foule de spectateurs, au mauvais endroit. On a dû lui amputer la jambe gauche. Son courage et sa détermination ont à maintes occasions été cités en exemple depuis cet incident malheureux.

 Source: Geffy

En 2016, Adrianne était revenue en force pour participer au marathon de Boston, démontrant beaucoup de courage.

 

À l’aide d’une prothèse, elle s’est remise à courir et par surcroît, dispenser des conférences un peu partout afin de parler de l’expérience difficile qu’elle a dû traverser. Inutile de dire qu’elle constituait une grande fierté pour les membres de son entourage de même que ceux et celles qui ont assisté à son témoignage.

 Tout récemment, le mauvais sort s’est de nouveau acharné sur elle. Alors qu’elle s’entraînait dans son patelin, elle s’est présentée à une intersection. Il pleuvait et la visibilité était réduite. Une voiture qui était tenue de s’arrêter ne l’a jamais vue. Adrianne a été fauchée et propulsée dans les airs pour atterrir sur le flanc gauche.

 « Je suis complètement démolie », a-t-elle déclaré. Elle s’est retrouvée pendant huit heures sur une table d’opération et les médecins ont dû lui poser plusieurs plaques métalliques ainsi que de nombreuses vis à l’intérieur du corps.

 

Après Boston, Adrianne a donné de nombreuses conférences dont les profits ont servi à aider les gens incommodés par un handicap semblable au sien.

 

« Je suis trop effrayée pour demander aux intervenants si je serai capable de courir à nouveau un jour. »  Quelle tragédie pour cette jeune femme qui était parvenue à se redresser et faire fi de son handicap. Il y a un an, elle rejoignait l’une des bonnes équipes de course à pied de sa région. « Et là, mon seul but est de pouvoir me lever ! », commente Adrianne.

 Consciente qu’elle se retrouve à nouveau entre bonnes mains, elle craint quand même le pire sur le plan sportif. Par l’entremise de ses conférences, elle défendait les droits des personnes amputées. Elle dansait, adepte de la planche, aventurière, elle a créé la fondation Adriannestrong mile global. Elle a même signé une apparition à l’émission de télévision Dancing with the stars.

 « Je suis une survivante et non pas une victime », avait-elle déclaré au cours de la période de réadaptation qui a suivi l’attentat au marathon de Boston.

 

Elle va sûrement rebondir suite à cette autre malchance.

 

Assurément, il lui faudra énormément de persévérance et d’acharnement pour traverser cette autre épreuve. Pour le moment, le découragement l’emporte mais je doute beaucoup qu’elle baisse les bras. Lorsque le choc de cette fatalité sera chose du passé, j’ai l’impression qu’elle voudra retrouver le plus rapidement possible la condition physique exemplaire qu’elle affichait depuis Boston.

 Elle recevra beaucoup d’encouragement car au fil des années, elle est devenue très populaire grâce à sa combativité.

 Adrianne Haslet tombe au combat pour une 2e fois mais elle se relèvera assurément afin de poursuivre le chemin de sa vie.