Les Blues de Saint-Louis sont les champions de la saison 2018-19. La troupe de Craig Berube a remporté la Coupe Stanley mercredi soir, à Boston. Cette première conquête du précieux trophée dans l’histoire de la concession a mis en lumière le jeu inspiré et inspirant du gardien Jordan Binnington. Le portier de 25 ans a été tout simplement époustouflant dans ce septième match. Il a fait honneur à ces gardiens qui ont laissé leurs noms dans l’histoire des séries éliminatoires.

Sera-t-il aussi impressionnant l’an prochain? Personne ne peut l’affirmer. Est-ce que les Blues ont trouvé leur gardien d’avenir? On verra. Peut-on le mettre dans la même catégorie que Roy et Brodeur? Il est beaucoup trop tôt pour simplement l’envisager. Mais il y a une chose que Binnington peut se vanter d’avoir réalisé mercredi soir. Comme notamment Jacques Plante, Bernard Parent, Grant Fuhr et Ed Belfour, il a été un élément essentiel de cette ultime victoire. Et ça, personne ne peut lui enlever. Ses arrêts acrobatiques, dès la première période, ont donné le ton au match. Et alors que Binnington arrêtait tout, les Blues se sont permis de marquer deux fois sur seulement quatre tirs en première période.

Sur les ondes de la CBC, le coloré Don Cherry était lui aussi impressionné par la performance du gardien après les vingt premières minutes. «Les Bruins vivent le pire cauchemar actuellement. Ils font face à un  gardien en possession de tous ses moyens». Grapes, qui a souvent été dans l’eau chaude en raison de ses commentaires controversés, avait raison. Binnington a frustré les attaquants des Bruins à maintes reprises. Il a été solide, a inspiré les siens et en bout de ligne a conduit son équipe à la victoire. Craig Button, analyste au réseau TSN, a déclaré après la rencontre qu’il aurait eu son  vote pour le trophée Conn Smythe, remporté par Ryan O’Reilly

Je ne veux pas dire que Jordan Binnington aura une carrière à la Patrick Roy. Je n’insinue même pas qu’il puisse un jour revendiquer un curriculum vitae similaire à Martin Bordeur. Et j’ignore s’il sera en finale l’an prochain. Mais on ne peut passer sous silence son comportement sur la glace des Bruins mercredi. C’était quelque chose à voir. Il aurait pu s’effondrer, et tout le monde aurait compris. On aurait été compréhensif avec le jeune ontarien. Mais non! Il s’est dressé devant les Bruins, comme les grands du passé. Il a aussi établi une nouvelle marque pour le plus grand nombre de victoires éliminatoires pour une recrue (16). Il est le seul gardien, avec Patrick Roy, à avoir signé toutes les victoires d’une équipe championne. En  1986, Roy avait gagné 15 matchs dans un format éliminatoire qui comportait un trois de cinq en première ronde.

Les Blues de Saint-Louis sont champions de la Coupe Stanley. Qui aurait pu prédire pareil dénouement à cette saison 2018-19? Je vous rappelle que le 2 janvier dernier, les Blues occupaient le dernier rang de la Ligue Nationale de Hockey. Les hommes de Craig Berube ont mis fin à près de 52 ans d’attente. Plusieurs bons joueurs ont défilé dans l’organisation du Missouri au cours des cinq dernières décennies, sans pouvoir boire dans la Coupe Stanley...Les frères Plager, Gary Unger, Mike Liut, Bernie Federko, Brian Sutter, Adam Oates, Pavol Demitra, Curtis Joseph et bien d’autres. Ils avaient probablement un sourire en coin lorsque le capitaine Alex Petriangelo a soulevé la Coupe.