Comme on le fait un peu trop souvent dans le monde du hockey, un jeune joueur du Canadien se fait coller plusieurs étiquettes depuis son arrivée à Montréal et c’est l’attaquant Jesperi Kotkaniemi.  Il y a les extrêmes soit 1er centre ou flop. Pas grand-chose au milieu. Le journaliste Richard Labbé de La Presse a mis le feu à Twitter mercredi, en disant qu’au mieux Kotkaniemi serait un Lars Eller.  Tout le monde a droit à son opinion. Et je respecte celle de M.Labbé mais...

D’abord, personne ne sait vraiment ce qui va se passer avec le jeune finlandais. Peut-être qu’il deviendra la fameux premier centre du CH tant recherché ? Peut-être aussi que ce sera plutôt Nick Suzuki et que KK prendra la 2e ligne. Qui sait ? Une chose est certaine, Kotkaniemi a connu une saison recrue surprenante avec une récolte de 34 points. Tout ça, à l’âge de seulement 18 ans alors que personne ne croyait qu’il percerait la formation la saison dernière.

Après avoir reçu les fleurs, KK a reçu le pot en pleine face à sa 2e saison et ça fesse. La guigne de la 2e année a frappé fort et celui qui a été sélectionné 3e au total en 2018, a perdu ses repères.  La confiance qu’il affichait la saison dernière avait disparue et il patinait comme un chevreuil aveuglé par des lumières sur l'autoroute. La suite était prévisible : le 1er février, il prenait ses cliques et ses claques et quittait en direction de Laval. C’était la meilleure chose pour son développement puisqu’il tournait en rond sur la glace. Sauf que depuis, la panique s’est installée petit à petit à Montréal. De nombreux fans doutent maintenant de Kotkaniemi.  Combien de fois dans une journée, on lit des commentaires disant que le CH regrettera de l’avoir choisi plutôt que Brady Tkachuk. D’abord, Tkachuk qui est âgé de 20 ans, a presque un an de plus que Kotkaniemi. Un détail important au début d’une carrière de joueur. Pourquoi ne pas mettre les choses en perspective ?

Croyez-vous que Kotkaniemi est le premier joueur à faire un séjour dans la Ligue américaine pour retrouver ses repères ? Il y a environ 10 ans, un certain Max Pacioretty (très découragé, d’ailleurs….) prenait le chemin de la LAH. Il est revenu en force après avoir vécu des moments difficiles et on connaît la suite. (Pacio a d’ailleurs atteint le plateau des 30 buts pour la 6e fois de sa carrière, hier soir).   Ce n’est pas rien !

À Laval avec le Rocket, Kotkaniemi apprend à devenir un vrai professionnel.  Même s’il n’est qu’à quelques stations de métro, il n’a pas autant de luxe qu’à Montréal. Des voyages en autobus,  personne pour faire son lavage... Et jusqu’ici, on voit de bons résultats alors qu’il s’établit comme un talentueux passeur, celui-là même qu’on voyait la saison dernière. On le voit dans les faits saillants et aussi, sur la feuille de pointage qu’il a noircie 11 fois en autant de matchs depuis sa rétrogradation avec le Rocket. Et on s’entend qu’à Laval, c’est pas le gros char en ce qui concerne l’attaque qui pointe au 6e rang sur 8 dans la division Nord.  

Sans faire de comparaisons boiteuses, regardez le parcours de Ryan Johansen, Jordan Eberle, Kyle Connor, Sean Couturier ou J.T. Miller pour ne nommer que ceux-ci. Ils ont tous effectué un séjour dans la LAH avant de revenir en force dans la LNH.

Les étiquettes collent trop rapidement sur des jeunes joueurs qui ne sont même pas encore développés. C’est à ces jeunes de les faire décoller. Il est normal d’avoir certaines inquiétudes au sujet d’un joueur aussi prometteur qui est renvoyé dans la LAH mais pas de panique ! Laissez le jeune se développer à son rythme et on verra bien.