J'ai lu récemment un vieil article du magazine Sports Illustrated datant de 2015 et le sujet portait sur la grève au baseball majeur en 1994. Et après en avoir fait la lecture, je me suis posé la question suivante : Que se passerait-il si la saison 1995 commencerait avec des joueurs remplaçants au lieu des vrais professionnels ?

Vous connaissez la prémise : La situation financière du baseball majeur est tellement mauvaise que les propriétaires voudraient imposer un plafond salarial. Craignant que les plus petits marchés seraient laissés pour compte, les propriétaires voudraient également que les équipes partagent les revenus des retransmissions des matchs locaux. Les joueurs ne veulent rien savoir d'un plafond salarial.

Les joueurs entrent officiellement en grève le 12 août 1994. En septembre, le commissaire à cette époque, Bud Selig, annule le reste de la saison, incluant la Série Mondiale, donnant ainsi un immense oeil au beurre noir au baseball. Cette décision a eu de lourdes conséquences pour les Expos de Montréal, qui auraient pu participer à leur première Série Mondiale.

Ce n'est que durant l'hiver de 1995 que l'histoire prend une tournure des plus bizarres...

Le 13 janvier 1995, alors que les joueurs des ligues majeures sont toujours en grève, le comité exécutif de la MLB approuve l'utilisation des joueurs de remplacements. Ces joueurs-là, ils sont venus de partout. Les Angels, par exemple, ont trouvé leur receveur partant dans un Home Depot. Les Mets avaient un joueur de 2e qui gagnait sa vie comme jardinier. Les Tigers ont signé un lanceur de 35 ans qui conduisait un camion à vidanges. Ces remplaçants avaient soit déjà joué dans le baseball majeur, soit qu'ils n'y avaient pas joué du tout.

Ce fût un véritable casse-tête pour certaines équipes. Les Cardinals avaient un grand total de 111 joueurs à leur camp préparatoire. Ce n'est pas une exagération. Les Orioles protestent en ne faisant jouer personne. Les Blue Jays ne pouvaient pas faire jouer des remplaçants à Toronto, parce qu'une loi ontarienne l'interdit et l'équipe risque d'être forcée de jouer sa saison à Dunedin, en Floride, sur leur terrain de pratique. Tom Runnells a dû s'amener chez les Tigers comme entraîneur par intérim parce que Sparky Anderson a décidé qu'il reviendra au travail une fois que les vrais joueurs terminent leur grève. Ironiquement, la saison 1995 était la dernière d'Anderson dans le baseball majeur.

La saison 1995 fût également la dernière pour un certain... Michael Jordan. Oui, oui, LE Michael Jordan. Il jouait pour l'organisation des White Sox de Chicago au niveau AA et connaissait une seconde carrière respectable, considérant qu'il n'avait pas joué au baseball depuis qu'il a terminé l'école secondaire. Ne voulant pas nuire à la cause des joueurs de la MLB, il a décidé, au 2 mars, de tout simplement quitter le camp d'entraînement des White Sox. Il prendra sa retraite du baseball le 10 mars 1995. Quelques jours plus tard, il reviendra dans la NBA, le temps de remporter trois autres championnats avec les Bulls de Chicago.

Et des joueurs de remplaçants, en voulez-vous, en voici plusieurs :

- Motorboat Jones, un concierge de l'Alaska qui n'avait pas fait mieux que le niveau Classe A, est un voltigeur pour les Reds.

- Speedboat Jones, le frère de Motorboat ( croyez-moi, ça ne s'invente pas ), est un lanceur pour Toronto, qui a auparavant joué pendant 7 saisons dans les ligues mineures.

Les deux frères s'étaient affronté lors d'un match présaison entre les Blue Jays et les Reds. Et dans leur seul face à face, c'est Motorboat qui a soutiré un but sur balle.

- Jim Boudreau, fils de Lou Boudreau, qui fût décrit par un descripteur des Pirates comme un lanceur qui aurait dû lancer après 3,195 jours de repos.

- Pete Rose Jr., fils de Pete Rose, a préféré ne pas se présenter lors de la saison régulière, tout en parlant à la 3e personne.

- Ted Williams est une personne qui ne ressemble en aucun cas à Teddy Ballgame et qui, de toute évidence, n'est pas relié au membre du temps de la renommée du baseball.

- Dennis "Oil Can" Boyd, un vétéran de 10 saisons dans les ligues majeures, un des premiers remplaçants à répondre présent.

- Doug Sisk, un ancien lanceur des Mets, se blesse alors qu'il lançait pour la première fois en 3 ans.

- Lenny Randle, 46 ans, n'avait pas joué dans les ligues majeures pendant 12 ans.

- Pedro Borbon était en train d'élever des oiseaux au Texas quand il fait son retour à l'âge de 48 ans. 

- Jeff Stone, 34 ans, abandonne son travail dans un port pour aller jouer avec les Phillies.

- Terry Blocker accepte de jouer avec les Braves d'Atlanta et ainsi, de mettre en veilleuse sa carrière comme technicien spécialisé en télévision.

Imagine. Une journée, tu travailles dans l'anonymat le plus complet et le lendemain, tu joues pour une équipe du baseball majeur parce que les joueurs sont en grève. C'est comme si tu deviens un millionnaire du jour au lendemain.

Pour un remplaçant en particulier, cette expérience se transforme en tragédie...

Dave Shotkoski était revenu avec les Braves après que ceux-ci ont réussi à le convaincre de quitter son poste de superviseur chez Coca-Cola. Alors que Tom Glavine, John Smoltz et Greg Maddux étaient en grève, Shotkoski aspirait soudainement à faire partie de la rotation des lanceurs pour Bobby Cox. Le 24 mars 1995, Shotkoski prenait une de ces marches nocturnes lorsqu'il fut abattu à bout portant par un cycliste. Il meurt quelques heures plus tard.

Pendant ce temps, alors que le début de la saison 1995 approche à grands pas, les remplaçants étaient sur le point de réaliser l'impensable. Au lieu des vrais joueurs de baseball professionnels, on risque de commencer la saison avec des remplaçants dont la grande majorité n'a jamais réussi à percer les grandes ligues. Certains remplaçants souhaitaient même que la grève va durer pour l'éternité. Ils étaient à deux doigts du rêve... et de l'humiliation ultime pour le baseball. Les propriétaires étaient prêts à concevoir que des remplaçants sont suffisament compétents pour jouer une saison entière dans le baseball majeur et ainsi, montrer un doigt d'honneur aux joueurs fautifs.

Il y a un problème dans leur plan : Quelqu'un en a décidé autrement.

Je vous présente la juge Sonia Sotomayor. Avant d'être nommée à la Cour Suprême par le 44e président des États-Unis, Barack Obama, elle était une juge fédérale à la cour du district de Manhattan. Le 28 mars 1995, les joueurs ont finalement décidé d'accepter de retourner au travail si un ou une juge de la cour du district va appuyer la plainte de la National Labor Relations Board contre les propriétaires de la MLB. Les proprios avaient tout d'abord voté à 27 contre 3, en faveur de l'utilisation des remplaçants le 30 mars 1995. C'est à ce moment que la juge Sotomayor entre en scène. Elle impose une injonction préliminaire contre les propriétaires le 31 mars 1995.

Ce jugement a eu comme résultat de débuter une guerre entre propriétaires. Un groupe composé des petits marchés, mené par Jerry Reinsdorf, propriétaire des White Sox, veut l'imposition d'un lockout. Les plus gros marchés, avec en tête Peter Angelos, propriétaire des Orioles, et feu George Steinbrenner, propriétaire des Yankees de New York, voulaient commencer la saison au plus vite. Ce n'est pas un secret si je vous dirais que Bud Selig espérait secrètement un lockout. Par contre, il n'y a pas eu de votes. Voyant que Selig n'aura pas les 21 voix nécessaires pour instaurer un lockout, ceux qui espéraient encore un arrêt de travail lèvent finalement le drapeau blanc, et ils rendent les armes. La saison 1995 est sauvée ! Du moins, en partie : Le calendrier fût réduit à 144 matchs au lieu des 162 matchs habituels. Mais au moins, on aura droit à du vrai baseball !

Toutefois, les partisans du baseball majeur n'ont jamais vraiment pardonné les joueurs et les propriétaires par rapport à la grève, et avec raison. Parce que les véritables perdants dans ce conflit, c'est les partisans. Pendant que les deux parties se battaient avec les mots à peine couverts, ceux qui payent les billets pour aller voir du baseball de qualité ont été privés de ce plaisir.

Pour en finir avec les remplaçants une fois pour toutes, ils ont évidemment tous été libérés par leurs équipes respectives et ils sont tous revenus à leur ancienne vie... tous, sauf quelques-uns d'entre eux. Parmi eux, trois anciens remplaçants ont réussi à se tailler un poste avec une équipe du baseball majeur et aussi, à participer à la Série Mondiale : Kevin Millar, Rick Reed et Brendan Donnelly. De ce groupe, Millar et Donnelly ont soulevé le trophée du Commissaire.

Selig ne le savait peut-être pas à l'époque, mais la fin de la grève en 1995 débutait une période de paix de travail qui dure encore aujourd'hui. Malheureusement pour les partisans de baseball à Montréal, c'était le début de la fin pour les Expos, qui vont déménager à Washington pour devenir les Nationals. Les Twins du Minnesota, comme les Expos, étaient sur le point de disparaître de la carte complètement, mais non seulement ils sont encore là, ils jouent dans un tout nouveau stade, le Target Field.

À ce jour, le baseball majeur est la seule ligue de sports professionnelle majeure en Amérique du Nord à ne pas avoir de plafond salariale.