Les partisans de la Sainte-Flanelle en perdition peuvent certes se réjouir du rang gagné par le Tricolore lors du tirage du 28 avril fixant l’ordre de sélection des débuts du repêchage de la LNH en juin prochain. Il sera exploitable par voie de transaction ou par la sélection d’un surdoué du hockey.

 Je ne surprendrai personne en affirmant à cor et à cri que le Canadien vient de conclure la pire saison de son histoire plus que centenaire. Et ce 3e choix qui s’ouvre cautérise les plaies béantes d’une équipe jadis portée au panthéon de la gloire, mais descendue de son piédestal.

Oublions la candidature du défenseur de concession Rasmus Dahlin. Nul n’ignore qu’il entrera dans le vestiaire montréalais à titre de visiteur. Les Sabres ont bien mérité le premier choix. Ces parents pauvres de la LNH cumulaient les ratés d’une campagne à l’autre, mais ils vont quitter les bas-fonds avec le Suédois dans leurs rangs.

 La Caroline sort grande gagnante de cette loterie. Sa saison en dents de scie (21e sur 31 équipes) lui ouvre la perspective d’Andrei Svechnikov. Nul doute qu’elle le préférera au merveilleux défenseur droitier de 17 ans, Adam Boqvist. Elle optera pour cet ailier droit rapide, un Russe de l’élite qui n’a pas peur du trafic, empile les buts et est pratiquement prêt pour la Ligue nationale. « Il patine et fonce au filet » selon son entraîneur Dale Hawerchuk.

Puisque les Hurricanes comptent déjà sur Justin Faulk et Noah Hanifin à la défense, je doute qu’ils lorgnent Boqvist. Il serait le plus petit défenseur de la Caroline, qui aligne quatre matamores de 6’3 à sa ligne bleue et un autre de 6’2.

 Rappelons que le repêchage central de la LNH place Dahlin au sommet des espoirs européens, devant son compatriote Adam Boqvist. Et chez les Nord-Américains, Andrei Svechnikov trône au sommet de la liste finale du dépistage central, suivi de Brady Tkachuk et de Filip Zadina. Cependant Future Considerations classe les meilleurs espoirs dans cet ordre : Dahlin, Svechnikov, Zadina, Tkachuk et Boqvist, suivis de Quinton Hugues, Oliver Wahlstrom, Ty Smith et Evan Bouchard.

 

Svechnikov avec les Hurricanes

Le frère d’Evgeny Svechnikov a eu 18 ans le 26 mars, mesure 6’2, pèse 188 livres; très jeune à 17 ans, il jouait seulement 11;07 par rencontre au Junior mondial sous 20 ans. Il a tout de même récolté 5 aides en 5 parties et +5, mais seulement 4 lancers.

Dans la USHL l’année d’avant, il avait 29 buts 29 passes et +29 en 48 parties; déjà à 15 ans, il en mettait plein la vue aux Jeux olympiques de la jeunesse (sous 16 ans). Il avait dominé les marqueurs avec 6 buts 4 passes et +6 en 4 parties, malgré 29 minutes de punition!

 En 2017-2018 avec les Colts de Barrie (OHL), il a démarré la saison en retard pour cause de blessure. Il a néanmoins inscrit 40 buts 32 aides, dirigé 174 lancers au filet et maintenu un différentiel de +26 en 44 parties; en séries, il a ajouté 5 buts 6 aides (-1) et 24 tirs en 8 parties. Au total, Junior mondial inclus, cela lui donne : 45 buts 43 passes 88 pt 202 tirs et +30 en 57 matches. La Caroline devrait opter pour cette valeur sûre.

La disparition de ces deux espoirs de premier plan avant l’arrivée au micro de Marc Bergevin ou Trevor Timmins laisse le Canadien devant diverses avenues possibles. L’organisation pourrait évidemment choisir la future étoile Filip Zadina ou troquer sa 3e sélection contre le 7e choix des Canucks de Vancouver, qui devront maintenant composer sans les jumeaux Sedin. Je vous surprends, n’est-ce pas?

 

Le meilleur centre disponible

Ceux-ci seraient certainement contents de repêcher un ailier gauche productif en Filip Zadina. Le Canadien pourrait se renforcer immédiatement à la défense en s’adjoignant les services de Derrick Pouliot (par exemple), un défenseur gaucher de 24 ans peu dispendieux (800 000 $ qui tombe agent libre avec compensation; on peut le signer pour deux ou trois ans) repêché par Pittsburgh au 8e rang en 2012, et qui a récolté 49 points en 140 parties dans la Nationale. Pouliot (6 pieds et 208 livres) a des lacunes défensives (-22 en 2017-2018), mais il a emmagasiné quantité de points au niveau junior avec les Winterhawks de Portland (278 en 332 parties, dont 55 buts).

Le Tricolore pourrait même, au besoin, céder un joueur défensif tel que Jacob de la Rose (autre agent libre avec compensation). Il le remplacerait immédiatement par une bombe en réclamant le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi (6’1 po et ¼, 188 livres) au 7e rang. Le meilleur centre disponible et meilleur Finlandais de l’encan a 17 ans et il a amassé 30 points (10 buts) et -5 en 64 parties dans la ligue nationale de son pays. Au total en additionnant ses performances internationales de l’hiver, il a inscrit 25 buts et 65 points en 95 parties, dont les deux tiers au sein du circuit ultra-défensif de la Finlande.

 Il est classé 6e parmi les patineurs européens. Future Considerations le confine en 18e place au total. Je suis sûr qu’il va disparaître parmi les 10 premiers appelés. Il avait 15 ans à ses premiers coups de patin dans le hockey junior A de son pays (équivalent du junior majeur ici), et il a récolté 15 points (5-10 et +15) en 23 parties. Il était manifestement trop fort pour le junior C (sous 16 ans : 10 points en 3 parties) et le junior B (sous 18 ans : 28 en 11). D’ailleurs à 14 ans il avait 38 points (22 buts) en 35 parties de niveau junior C.

Aux Jeux olympiques de la jeunesse, il y a deux ans, ses 3 buts 4 aides en 6 parties le situaient au 10e rang des pointeurs sous 16 ans. En comparaison, l’ailier américain Oliver Wahlstrom avait 3 buts en 4 parties et -1, pas une seule passe! Puis à 16 ans le Finlandais a amassé 15 points (dont 9 buts) et +6 en aussi peu que 17 rencontres junior A, ajoutant 5 points (4 buts) en 7 matches des séries; et au Championnat mondial sous 18 ans, il a récolté 6 points (5 aides) et +1 en 7 matches, en plus de 5 filets 10 passes en 17 parties au niveau international sous 18 ans.

Il possède des mains incroyables et il impressionne dans la ligue élite de son pays. Il protège bien la rondelle et grâce à ses feintes ahurissantes, le natif de Pori produit les occasions de marquer. Il contrôle bien le jeu, repère ses coéquipiers avec l’acuité d’un rapace et distribue les passes savantes. Il pourrait animer Charles Hudon et Nikita Scherbak en commençant, et il ne mettrait pas trop de temps à rehausser la production de joueurs tels que Drouin, Galchenyuk ou Pacioretty, reléguant Danault sur le second trio, là où il est destiné.

Douteriez-vous encore de son brio? Laissez-moi vous convaincre. Au Junior mondial sous 18 ans : 3 buts 6 passes et +9 en 7 parties, 6e pointeur malgré 37 minutes de punition! Il a largement contribué aux 7 victoires (31 buts contre 12) en 7 de la Finlande, qui a triomphé des États-Unis 3-2 en finale tout récemment. Les deux meilleurs marqueurs à le devancer seront admissibles à une sélection en 2019. D’abord Jack Hughes (16 ans), pressenti comme le top prospect de cette cuvée du futur, qui a récolté 12 points (5 buts) en 7 matches et +3. Il s’agit du frère de Luke (14 ans, bantam AAA à Toronto) et Quinton (défenseur de la NCAA, 6e espoir sur la liste de Future Considerations). Le second pointeur était le Slovaque Maxim Cajkovic (11 pt dont 4 buts en 5 parties et +7). Ensuite le précédaient le Suédois Jonatan Berggren (C-AD, 30e espoir européen) auteur de 5 buts 5 passes et +7 en 7 PJ, l’ailier droit finlandais de 6’4’’ et 207 lb Kaapo Kakko (4 buts, 10 pt et +8), et le C-AD Oliver Wahlstrom, meilleur buteur avec 7 (9 pt et +2 en 7 matches).

 Spécifions que Jesperi a 8 buts (19 pt) en 17 parties internationales sous 18 ans dans la dernière année, et 2 buts 1 passe en 3 rencontres sous 20 ans, ainsi que 2-2 en 4 parties au Mémorial Hlinka.

Bien sûr, ceci enlèverait de la pression des épaules de Bergevin; qui n’aurait pas besoin de signer une entente à long terme coûtant une cinquantaine de millions américains (au minimum!) avec l’agent libre John Tavares.

 Mais Kotkaniemi sera-t-il encore disponible au 7e tour? Étant donné son intelligence avec la rondelle, il pourrait se retrouver dans l’uniforme des Coyotes de l’Arizona, qui le réclameraient au 5e tour. Car Ottawa qui choisit 4e va sans doute opter pour Tkachuk ou même Boqvist, afin de composer la paire suédoise Karlsson-Boqvist. Detroit, qui a bien aimé Lidstrom, pourrait ainsi se faire couper le gazon sous le pied par les Sénateurs. Car Boqvist, logiquement, entendra son nom prononcé parmi les 5 premiers.

Montréal pourrait aussi échanger son 3e choix contre le 6e, qui appartient à Detroit, sauf qu’avec Larkin, Zetterberg et Mantha, les Wings ont moins besoin d’un ailier gauche productif tel que Zadina. Mais ils ne cracheraient pas sur un quart-arrière d’élite. Alors il s’agit d’une autre analyse, que je vais laisser aux têtes pensantes du Canadien de Montréal. Quant à moi, une transaction impliquant le 8e rang que détient Chicago n’aurait pas le même impact, puisque les Canucks pourraient réclamer le centre finlandais et déjouer les plans du Tricolore.

 Dans mon esprit, l’option d’un centre du futur proche en Kotkaniemi n’est pas à écarter du revers de la main. Et pour moi, Jesperi sonne comme « J’espère ». Surtout si cette carte inattendue dans la manche de Bergevin permet de renforcer la défensive du côté gauche (peut-être avec un meilleur arrière que Pouliot). Pour ma part, je vois bien une ligne de centre de ce genre dans la troupe de Bergevin d’ici deux ans : Kotkaniemi-Danault-Evans-Alain, peut-être Vejdemo, avec Galchenyuk, Hudon et Andrew Shaw pour les seconder en cas de blessure. Les ailiers produiraient bien davantage qu’avec Jacob de la Rose et Byron Froese. Et même le 4e trio pourrait équilibrer une attaque très déficiente en ce moment.

Mais d’autres scénarios logiques sont à envisager, qui ne manquent pas de charme. Lire à ce sujet mon autre article, « Le CH a l’embarras du choix ».