Il est synonyme de courant d’air frais pour des millions d’amateurs de la NFL. Il est jeune, fringant et évolue à la position la plus en vue. Il se démarque des autres par son style flamboyant. Patrick Mahomes s’est attiré les bons mots des amateurs, des membres des médias, sans oublier de certains grands du passé au cours de la dernière saison. Mais est-ce que la planète football devrait ralentir la cadence en regard de cette adulation dirigée à l’endroit d’un joueur qui n’a encore rien gagné?

https://www.youtube.com/watch?v=-JGqFXx-wRM&feature=youtu.be

En ce 21e siècle, tout va vite. Plus vite au sait, plus vite on peut se prononcer. Et pour les athlètes, plus vite vient la notoriété, ou la déchéance. L’histoire de Patrick Mahomes, des Chiefs de Kansas City, a retenu l’attention en 2018. Ce jeune quart-arrière de 23 ans est sur un nuage présentement. On l’a vu à maintes reprises lors des bulletins d’informations depuis septembre. Il a fait les manchettes avec des jeux à vous couper le souffle. Et même si Andy Reid s’attendait à de belles choses, il n’aurait pu prédire une telle saison de la part de son jeune quart-arrière. Reid a même déclaré il y a quelques semaines que Mahomes a dépassé ses attentes. Il a terminé la saison régulière avec de plus de 5000 verges de gains aériens. Il a aussi lancé 50 passes de touchés. Seuls Peyton Manning et Tom Brady avaient réussi l’exploit auparavant. Il est aussi un sérieux candidat pour le titre de joueur le plus utile.

Ceci étant dit, est-ce que les amateurs de football devraient faire attention de ne pas tomber dans l’excès avec Mahomes? Certains disent que les éloges sont pleinement mérités. Ces amateurs ont raisons. Ce qu’il a fait cette saison est phénoménal. Le but n’est pas de minimiser les exploits du quart-arrière, mais plutôt de prendre du recul, de ne pas exagérer et de mettre les choses en perspective. Mahomes, qui a débuté sa carrière en 2017, mais qui n’est partant que depuis septembre dernier, a été comparé à des membres du Temple de la Renommée du Football. Et la nature de notre 21e siècle prend toute sa signification avec une telle comparaison. Les images en rafales, les bulletins d’informations 24h/24, les chaînes de télévision d’information en continu et Internet font en sorte que le spectacle Mahomes nous est présenté sur une base quotidienne. Les gens réagissent sur Twitter concernant une passe complétée de 70 verges. Facebook est un lieu de rencontre pour également discuter de son plus récent match de 400 verges. On échange sur Youtube, sur Instagram, etc. Le monde médiatique nous présente Mahomes sous toutes ses coutures.

Patrick MahomesSource: SCOTT WINTERS/ICON SPORTSWIRE VIA GETTY IMAGES
Légende: Patrick Mahomes

Dans son édition du 14 décembre dernier, le USA Today y allait d’une comparaison entre Mahomes et Dan Marino. L’auteur de l’article, Nate Davis, rappelait que comme Marino, Mahomes a atteint cette saison des sommets rarement vu pour un quart-arrière de deuxième année. Marino avait lancé 48 passes de touchés en 1984. Il avait fracassé le record de Y.A. Tittle qui remontait à 1963. Il avait également surpassé la marque de Dan Fouts pour les gains aériens. Marino avait terminé cette saison 84 avec 5 084 verges. Et c’est à cause de sa production offensive que la situation de Mahomes est comparée à celle de Marino. Mais peut-on mettre les freins? Peut-on prendre quelques secondes et respirer ici? Pourquoi les résidents de ce 21e siècle veulent comparer un  joueur de 23 ans à un membre du Temple de la Renommée? Pourquoi cette urgence d’aller vite? Jadis, on  aurait attendu avant de faire de telle comparaison. Aujourd’hui, c’est tout le contraire.

Dan MarinoSource: Richard Mackson-US PRESSWIRE
Légende: Dan Marino

Aussi impressionnante la saison de Mahomes peut-être, il y a matière à réflexion. Amateurs de football, membres des médias, et supporteurs des Chiefs arrêtons-nous pour un moment. Est-ce que cette frénésie est justifiée? Le cirque offensif Mahomes a visité plusieurs villes cette saison. Et dans plusieurs cas, les spectateurs ont été éblouis par le spectacle qu’ils ont vu.

Le monde sportif a élevé Mahomes parmi les grands, et ce très rapidement. De grands joueurs ont dû attendre quelques saisons avant de recevoir un tel traitement. Pour Mahomes, cela n’a pris qu’un seul match, son premier. La machine s’est enclenchée suite au match du 9 septembre, et tourne à plein régime depuis. Après son second match, il avait déjà 10 passes de touchés.

Ce weekend, les Chiefs recevront les Colts d’Indianapolis. Ce qui est ironique c’est que le vis-à-vis de Mahomes pour ce match a pour nom Andrew Luck. Luck était, tout comme Mahomes, la coqueluche de millions d’amateurs il y a à peine deux ans. Il n’a fallu qu’une blessure au quart-arrière des Colts, et une absence complète de la saison 2017, pour qu’il sombre pratiquement dans l’anonymat. Notons toutefois que son retour cette année est remarquable. Cependant les tambours et les trompettes d’il y a deux ans n’étaient pas au rendez-vous lors de son match de retour.

Alors, est-ce que Patrick Mahomes poursuivra sur sa lancée? Deviendra-t-il un incontournable pour les dix prochaines années? Mais plus important encore, de quelle manière notre 21e siècle traiterait un Patrick Mahomes en perte de vitesse? Disparaîtrait-il des bulletins d’informations au profit d’un autre joueur? Connaîtrait-il le même sort à court terme qu’Andrew Luck? Vos réponses sont aussi valables que les miennes.