Ah ce qu’il est à la mode de critiquer les systèmes défensifs dernièrement. Par « les systèmes défensifs », j’entends, bien sûr, le système 1–3-1 de Guy Boucher.

Pour mieux comprendre l’engouement récent pour Guy Boucher, impossible de passer à côté de ce qui s’est passé à Tampa le 9 novembre dernier.



D’un premier coup d’œil, ça semble assez irréaliste. Voir Martin St-Louis complètement inactif à la ligne bleue peut nous donner l’impression que le Lightning ne joue pas au même sport que les Flyers.

Après la parution de cette vidéo sur la toile, voilà que les critiques sont venues de toutes parts à l’endroit de Boucher et son système de jeu. On dit qu’il va tuer le sport. On entend aussi qu’il va mettre la ligue en faillite si jamais d’autres équipes optent pour le 1–3-1. S.V.P, du calme les amis.

C’est drôle d’entendre tous ces analystes se prononcer sur le sujet sans même approfondir qu’un peu le sujet. Avant d’envoyer Boucher paitre et le dire bon qu’à entrainer votre équipe Bantam locale, il faudrait peut-être tenter de comprendre le fameux système de Boucher.

J’aurais pu passer trois pages à vous expliquer toutes ces subtilités, mais je suis tombé ,par chance, sur cette vidéo qui explique drôlement bien le système du Lightning. Je vous conseille grandement de l’écouter si vous souhaitez peaufiner vos connaissances.



Le Lightning de Tampa Bay utilise donc un système que l’on appelle le 1–3-1. Un système défensif où l’équipe est passive lorsqu’elle n’est pas en possession de la rondelle. On pourrait dire que c’est une «trappe 2.0».

Cependant, là où ça devient intéressant, c’est lorsque le Lightning passe du fameux 1–3-1 au 1–2-2. Voilà où toute la magie s’opère. Comme on peut le voir dans la vidéo ci-haut, le 1–2-2 du Lightning est l’un des plus beaux de la ligue.

Dès que les attaquants sentent un peu de faiblesse chez l’adversaire, on fonce sur ce dernier comme un lion pourchassant sa proie. La fluidité avec laquelle les joueurs de Boucher exécutent le changement 1–3-1 à 1–2-2 est des plus impressionnantes.

Il est donc complètement faux de croire que l’on empêche le talent offensif de s’exprimer.

Malheureusement, nos analystes préférés ne semblent pas saisir cette subtilité dans le jeu du Lightning.

Maintenant que l’on comprend mieux le système de Guy Boucher, j’aimerais que l’on s’attarde un peu sur la réaction des Flyers du 9 novembre dernier. J’ai vraiment l’impression que l’on a assisté à la complainte d’un enfant gâté, qui, au lieu de trouver une solution, préfère se plaindre.

Peter Laviolette a perdu beaucoup de crédibilité à mes yeux.

Le système du Lightning est dur à percer, mais c’est possible de le rendre beaucoup moins efficace. D’ailleurs, lors des séries de la Coupe Stanley de l’an dernier, les Bruins de Claude Julien nous ont offert une clinique sur la manière dont on se débarrasse du système maudit.

Les Bruins ont compris qu’il fallait beaucoup de vitesse en zone neutre pour parvenir à bout des Bolts. Même que le but qui envoya l’équipe de la Floride en vacances en dit beaucoup sur les stratégies de Claude Julien le printemps dernier. De toute beauté.



Voyez comment les deux attaquant des Bruins reviennent profondément en zone défensive pour finalement prendre de la vitesse et entrer en zone adverse sans difficulté.

À plusieurs reprises, on a aussi vu les Bruins effectuer un lancer frapper de leur propre zone directement sur Roloson pour ensuite entrer à tout rompre en zone adverse. Ce jeu a déstabilisé la défensive du Lightning qui ne savait pas comment réagir.

Bref, pour battre le 1–3-1, c’est simple. De la vitesse en zone neutre, un jeu de transition rapide et de la hargne.

Ceux qui souhaitent y aller encore plus en profondeur afin de savoir comment on s’y prend pour battre le système, je vous propose ce lien. Pour amateurs avertis seulement: http://www.prosportsblogging.com/2011/11/10/beating-the-1-3-1-a-step-by-step-guide/



Et si Peter Laviolette avait usé d’un peu d’imagination au lieu de bouder?

Je dis bravo à Guy Boucher pour son audace. Bravo de pousser les autres entraineurs à se dépasser pour développer de nouvelles tactiques qui rendront le sport plus riche en stratégies. Finalement, bravo de réussir à vendre ce système qui, à première vue, peut sembler étouffant, à vos vedettes offensives.

Avec deux joueurs de plus de 90 points et un marqueur de 45 buts l’an dernier, ceux-ci (les vedettes) ne semblent pas trop en souffrir. Demander à Steven Stamkos qui est en route pour une saison de 53 buts… Et si j’ajoutais que l’an dernier, le Lightning avait terminé 7e du circuit pour le nombre de buts marqués?

Bref, après avoir sauvé une concession sur le bord de la faillite et avoir ramené la population de Tampa dans le St. Pete Times Forum, je ne vois pas en quoi Guy Boucher serait à blâmer. Si le hockey est en mauvaise santé un peu partout dans la ligue, il est loin d’être la personne à pointer du doigt, au contraire…



Pour avoir accès a tout le contenu offert par La 3e Ligne, je vous inviter à visiter les sites suivant:

La3eLigne.com

Page Facebook de La 3e Ligne

Suivez La 3e Ligne sur Twitter

Francois Harvey