Le Canadien est parfait contre les Penguins en éliminatoires !
 
Même si rien n'est assuré pour la suite des activités dans la LNH, il reste que le Canadien de Montréal se retrouve dans une situation particulière, alors qu'il devrait être confronté aux Penguins de Pittsburgh lors de la première ronde des éliminatoires.

En effet, malgré le fait que le Canadien n'ait pas connu une saison à la hauteur des attentes, il reste qu'il sera opposé à une équipe contre laquelle il a causé deux fortes surprises en deux affrontements dans les séries de fin de saison !

 
Lors de la saison 1997-1998, il avait réussi à éliminer Jaromir Jagr et sa bande, l'emportant en six parties, alors que le grand Mario Lemieux avait pris sa retraite à la fin de la saison 1996-1997.
 
Les Penguins avaient terminé au premier rang de la section Nord-Est, avec un total de 98 points, alors que le Canadien avait pris le quatrième rang avec un total de 87 points.
 
Cette série était la première pour Alain Vigneault, à la barre du Canadien de Montréal, lui qui avait succédé à Mario Tremblay, qui s'était retiré lui aussi au terme de la campagne 1996-1997, et les performances du gardien Andy Moog avaient été supérieures à celles de Tom Barrasso, ce qui avait été le point majeur de la victoire du Tricolore.
 
Le Canadien avait remporté le premier match (3-2, en prolongation), le 23 avril 1997, au Civic Arena et après avoir perdu le deuxième match (4-1), les deux équipes avaient divisé les honneurs des deux matchs suivants disputés au Forum de Montréal, mais le CH avait réussi à triompher dans la cinquième partie (5-2, à Pittsburgh), avant de mettre un terme à la série, en triomphant 3-0, au Centre Molson, le 3 mai 1997.
 
Cette série est la seule remportée par Alain Vigneault avec le Canadien, car lors de la série suivante, le CH avait été balayé en quatre matchs (0-4), face aux Sabres de Buffalo, dans une série où le gardien Dominik Hasek avait été excellent pour cette formation.
 
Par la suite, Vigneault avait raté les séries en 1998-1999 et 1999-2000 avant d'être remplacé par Michel Therrien, le 19 novembre 2000.
 
En 2009-2010, le Canadien avait également surpris les Penguins
 
Par la suite, l'affrontement suivant entre les deux équipes avait été lors de la saison 2009-2010, l'année où le gardien Jaroslav Halak avait été tout simplement extraordinaire lors des deux premières rondes.
 
Le Canadien, qui avait participé aux séries de peine et de misère, totalisant 88 points (contre 101 pour les Penguins), avait causé la surprise de l'année, en éliminant les Capitals de Washington, les champions du calendrier régulier, dans la limite de sept matchs (4-3), lors de la première ronde, alors que par la suite, le CH avait également joué le même tour aux Penguins, dans la deuxième ronde.
 
Soulignons que les Penguins de Pittsburgh étaient les champions-défendants de la Coupe Stanley, eux qui après avoir participé à la finale en 2007-2008, avaient triomphé des Red Wings de Detroit, lors de la finale de 2008-2009.
 
Lors du septième et dernier match, le gardien Marc-André Fleury, des Penguins, avait été pitoyable, ce qui avait aidé le Canadien à remporter la série, car il avait été victime de quatre buts sur seulement 13 tirs en 25:14 minutes de jeu et avait été remplacé par Brent Johnson, qui avait cédé une seule fois sur sept tirs, en 31:29 minutes de jeu, une défaite de 5-2, au Mellon Arena.
 
Pendant ce temps, Halak y allait d'une autre superbe performance contre Sidney Crosby, Evgeni Malkin et les prolifiques attaquants des Penguins, ne concédant que deux buts en 39 tirs et remportant une deuxième série de suite, dans la limite de sept matchs, les deux fois sur la patinoire de ses adversaires.
 
Effondrement après les deux victoires face aux Penguins !
 
Ce qu'il faut retenir des deux victoires-surprises du Canadien face aux Penguins, c'est le fait qu'il est rapidement revenu sur terre, ayant été pitoyable dans les deux séries qui ont suivi les deux triomphes.
 
En 1997-1998, il avait été balayé en quatre matchs (0-4), face aux Sabres de Buffalo, dans la demi-finale de l'Association de l'Est, ayant été neutralisé par le gardien Dominik Hasek, alors qu'en 2009-2010, le Canadien avait été vaincu en cinq matchs (1-4), par les Flyers de Philadelphie, le gardien Michael Leighton, ayant connu une série extraordinaire, ne concédant que sept buts et enregistrant pas moins de trois blanchissages dans la finale de l'Association de l'Est.
 
En 2019-2020, le Canadien va-t-il réussir à causer une autre surprise ? 
 
Avec la situation du repêchage et les 14 choix qu'il possède, le CH, qui ne possède pas une formation qui puisse rivaliser avec les puissances du circuit, sera confronté à une situation désavantageuse pour son avenir, s'il remportait sa première ronde.
 
LES DEUX SÉRIES CONTRE LES PENGUINS DE PITTSBURGH
(1997-1998)
(QUART-DE-FINALE, ASSOCIATION DE L'EST)
(CANADIEN DE MONTRÉAL 4 PENGUINS DE PITTSBURGH 2)
23 avril 1998-Montréal 3 à Pittsburgh 2 (pro.) (Benoit Brunet, 18:43)
25 avril 1998-Montréal 1 à Pittsburgh 4
27 avril 1998-Pittsburgh 1 à Montréal 3
29 avril 1998-Pittsburgh 6 à Montréal 3
1 mai 1998-Montréal 5 à Pittsburgh 2
3 mai 1998-Pittsburgh 0 à Montréal 3
(Montréal gagne la série 4-2 et au total des buts 18-15)
------------------------------ ------------------------------ ---------------
(2009-2010)
(DEMI-FINALE, ASSOCIATION DE L'EST)
(CANADIEN DE MONTRÉAL 4 PENGUINS DE PITTSBURGH 3)
30 avril 2010-Montréal 3 à Pittsburgh 6
2 mai 2010-Montréal 3 à Pittsburgh 1
4 mai 2010-Pittsburgh 2 à Montréal 0
6 mai 2010-Pittsburgh 2 à Montréal 3
8 mai 2010-Montréal 1 à Pittsburgh 2
10 mai 2010-Pittsburgh 3 à Montréal 4
12 mai 2010-Montréal 5 à Pittsburgh 2
(Montréal gagne la série 4-3 et au total des buts 19-18)
------------------------------ ------------------------------ ---------------
 
Les Penguins n'ont jamais gagné une série 3 de 5 !
 
Depuis leur entrée dans la Ligue nationale de hockey, les Penguins ont connu de très bons moments et d'autres un peu moins reluisants.
 
En effet, c'est difficile à croire, mais la formation dirigée par Mike Sullivan, qui a débuté ses activités dans le circuit en 1967-1968, n'a jamais réussi à remporter une série trois de cinq dans les éliminatoires.
 
Les Penguins ont une fiche à vie de 0-3 dans les trois confrontations qu'ils ont disputées face à leurs adversaires, les trois dans la limite de cinq matchs (2-3) et les trois lors de trois saisons consécutives, de 1979-1980 à 1980-1981.
 
Il faut souligner que cette équipe n'était pas très puissante lors de cette époque-là et qu'elle était opposée à des adversaires beaucoup plus redoutables.
 
En 1979-1980, les Penguins avaient présenté un dossier de 30-37-13 pour 73 points en 80 matchs et avaient affronté les Bruins de Boston, dont la fiche avait été de 46-21-13 pour 105 points, et ils avaient failli causer une surprise, car ils menaient 2-1 après les trois premiers matchs, mais avaient été humiliés respectivement 8-3 et 6-2 dans les deux derniers matchs pour finalement se retrouver en vacances.
 
Le gardien Greg Millen, qui avait été superbe dans les trois premiers matchs, ne concédant que sept buts, avait été bombardé et très ordinaire dans les deux derniers matchs, concédant pas moins de 14 buts !
 
La même fiche pour une 2e saison de suite pour les Penguins !
 
En 1980-1981, les Penguins avaient eu un dossier identique pour une deuxième saison de suite (une rareté), 30-37-13 pour 73 points en 80 matchs et avaient été confrontés aux Blues de St. Louis, qui avaient connu une superbe saison, affichant un rendement de 45-18-17 pour 107 points en 80 rencontres.
 
Les Penguins s'étaient inclinés en cinq matchs (2-3), eux qui n'avaient pas été en mesure de prendre l'avance dans la série, mais avaient réussi à créer l'égalité 2-2, avec un gain de 6-3, lors du quatrième match qui avait été disputé à Pittsburgh.
 
Encore une fois, ils étaient venus près de causer une forte surprise, car le match décisif avait été remporté par les Blues, dans la deuxième période de prolongation, alors que l'attaquant Mike Crombeen marquait le but victorieux après 25:16 en surtemps.
 
Comme en 1979-1980, le gardien Greg Millen était venu près de causer l'élimination d'une puissance de la LNH, car lors du dernier match, il avait réalisé 48 arrêts sur 52 tirs, alors que son adversaire Mike Liut, avait également été superbe, effectuant 48 arrêts sur 51 lancers.
 
En 1981-1982, les Penguins avaient encore été médiocres durant le calendrier régulier, ne pouvant faire mieux qu'un dossier de 31-36-13 pour 75 points en 80 matchs et avaient été opposés aux Islanders de New York, qui avaient remporté le championnat du calendrier régulier, affichant un rendement de 54-16-10 pour 118 points en 80 rencontres.
 
Tout comme Greg Millen, lors des deux saisons précédentes, le gardien Michel Dion avait connu quelques bons matchs et était sur le point de causer l'une des plus fortes surprise, car les Penguins, qui avaient perdu les deux premiers matchs décisivement (8-1 et 7-2), avaient rebondi pour remporter les deux parties suivantes à domicile (2-1 en prolongation et 5-2), créant l'égalité 2-2 après quatre rencontres et ils menaient 3-1 avec un peu plus de cinq minutes à jouer dans la troisième période, lors de la cinquième partie, avant le réveil des Islanders, qui avaient remporté la Coupe Stanley dans les deux saisons précédentes.
 
Le défenseur Mike McEwen avait diminué l'écart 3-2, en marquant un but en avantage numérique, à 14:33 du 3e vingt, avant que l'attaquant John Tonelli ne compte le but égalisateur, à 17:39 et finalement le but victorieux, à 6:19 de la prolongation.
 
Michel Dion avait été bombardé de 47 tirs et n'avait cédé que quatre fois, prouvant qu'un gardien en pleine possession de tous ses moyens pouvait donner du fil à retordre à des adversaires plus puissants.
 
Soulignons que le Canadien affiche un dossier de 4-3 dans les sept séries trois de cinq dans lesquelles il a été impliqué, durant la séquence où cette facette était revenue au programme, de 1979-1980 à 1985-1986 et lors de cette dernière saison, il avait balayé les Bruins de Boston en trois matchs (3-0), en route vers un triomphe de la Coupe Stanley.
 
Dans la future confrontation entre le Canadien de Montréal et les Penguins de Pittsburgh, nous verrons bien si le gardien Carey Price sera en mesure de briller comme il en est capable pour causer une surprise.
 
LES TROIS SÉRIES 3 DE 5 DES PENGUINS DE PITTSBURGH
1979-1980
(RONDE PRÉLIMINAIRE)
(BRUINS DE BOSTON 3 PENGUINS DE PITTSBURGH 2)
8 avril 1980-Pittsburgh 4 à Boston 2
10 avril 1980-Pittsburgh 1 à Boston 4
12 avril 1980-Boston 1 à Pittsburgh 4
13 avril 1980-Boston 8 à Pittsburgh 3
14 avril 1980-Pittsburgh 2 à Boston 6
(Boston gagne la série 3-2 et au total des buts 21-14)
------------------------------ ------------------------------ ---------------
1980-1981
(RONDE PRÉLIMINAIRE)
(BLUES DE ST. LOUIS 3 PENGUINS DE PITTSBURGH 2)
8 avril 1981-Pittsburgh 2 à St. Louis 4
9 avril 1981-Pittsburgh 6 à St. Louis 4
11 avril 1981-St. Louis 5 à Pittsburgh 4
12 avril 1981-St. Louis 3 à Pittsburgh 6
14 avril 1981-Pittsburgh 3 à St. Louis 4 (2e pro.) (Mike Crombeen, 25:16)
(St. Louis gagne la série 3-2, mais fut surclassé 21-20 au total des buts)
------------------------------ ------------------------------ ---------------
1981-1982
(DEMI-FINALE DE DIVISION PATRICK)
(ISLANDERS DE NEW YORK 3 PENGUINS DE PITTSBURGH 2)
7 avril 1982-Pittsburgh 1 à Islanders de NY 8
8 avril 1982-Pittsburgh 2 à Islanders de NY 7
10 avril 1982-Islanders de NY 1 à Pittsburgh 2 (pro.) (Rick Kehoe, 4:14)
11 avril 1982-Islanders de NY 2 à Pittsburgh 5
13 avril 1982-Pittsburgh 3 à Islanders de NY 4 (pro.) (John Tonelli, 6:19)
(Islanders de NY gagnent la série 3-2 et au total des buts 22-13)
------------------------------ ------------------------------ ---------------