Avec le repêchage qui s’est déroulé vendredi dernier, les partisans des Canadiens pouvaient célébrer pour plusieurs raisons en cette fin de semaine de la Saint-Jean. Un nom à retenir : Cole Caufield.

Cole Caufield, un choix miraculeux

Cet ailier droit provenant du programme de développement américain est un marqueur d’exception. En repêchant cet attaquant de 5 pieds 7 pouces, les Canadiens de Montréal viennent ajouter une pièce maîtresse à leur banque d’espoirs déjà bien garnie. On parle ici du meilleur marqueur du dernier repêchage, de 72 filets en 64 rencontres, éclipsant les records de Matthews, Kessel et Kane. Je commence déjà à saliver en l’imaginant compléter un trio avec Kotkaniemi et Drouin. Cependant, ce ne sera pas tout de suite, puisqu’il ira probablement patiner au Wisconsin dans la NCAA lors de la prochaine saison.

 Ryan Poehling pourrait créer une surprise

Pour ce qui est des autres espoirs, celui qui est le plus prêt à faire le saut dans la ligue nationale est Ryan Poehling et je ne dis pas cela dû à son tour du chapeau lors de la dernière rencontre de la saison. J’estime que ce centre américain n’aura aucun complexe à jouer contre des hommes, lui qui mesure 6 pieds 2 pouces et qui pèse 183 livres aux dernières nouvelles. Je ne serais pas étonné s’il atteint les 190 livres et plus d’ici septembre prochain. Poehling est un joueur de centre responsable dans les deux sens de la patinoire, pouvant piloter un deuxième ou un troisième trio tout dépendamment de l’équipe. Il va être intéressant de le voir au camp de sélection en septembre, puisqu’il pourrait créer des surprises. La ligne de centre des Canadiens est présentement composée de Phillip Danault, Max Domi, Jesperi Kotkaniemi et Nate Thompson. Je ne crois pas que ce serait lui rendre faveur que de le faire jouer sur le quatrième alors qu’il pourrait jouer de grosses minutes avec le Rocket de Laval. Donc, le candidat qui serait le plus probable à voir se déplacer à l’aile est Max Domi. Je doute que Claude Julien le fasse, puisque Domi vient d’enregistrer une saison fumante de 72 points, un sommet personnel pour une première saison au centre et que le côté gauche des Canadiens est complet avec Tatar, Lehkonen, Drouin et Byron. Un beau problème pour Claude Julien.

 Nick Suzuki, un espoir d'élite

J’ai bien hâte de voir Nick Suzuki en septembre, lui qui a soulevé les foules lors des dernières séries de la ligue de hockey d’Ontario il y a quelques mois. Ce centre droitier à prouver à maintes reprises qu’il se débrouille aussi bien offensivement que défensivement. Il s’est même fait comparer à Ryan O’Reilly, récipiendaire du dernier trophée Conn Smythe. Je prévois pour Suzuki une prochaine saison avec le Rocket de Laval occupant la position de centre et jouant des minutes importantes pour Joël Bouchard. Cependant, il a une chance de percer l'alignement des Canadiens si Claude Julien décide de le faire jouer à l'aide droite, l'aile la plus faible de l'équipe. Reste à voir s'il réussira à forcer la main des dirigeants de l'équipe en offrant une performance au camp d'entraînement digne celle qu'il a connu lors de ses années juniors.

 Romanov, l'attente en vaudra la peine

Un autre bel espoir dans le système du tricolore est Alexander Romanov, un défenseur gaucher russe évoluant pour le CSKA de Moscow dans la KHL. Cet excellent joueur ne jouera pas au Centre Bell avant la saison 2020-2021, dû à son contrat avec son équipe actuelle. Cependant, je prévois qu’il intègre rapidement le top 4 des défenseurs des Canadiens dès son arrivée dans la LNH. Ce jeune homme est excellent défensivement, coupant bien les lignes de passes et restant actif avec son bâton. Il a une très bonne première passe et ne se laisse pas intimider par les autres joueurs, lui qui est reconnue pour son jeu physique et ses mises en échec percutantes.

 

Il y a bien sûr de nombreux autres espoirs du Canadien à être emballer, et j’en parlerai dans un prochain article. Ce qui est sûr, c’est que le futur est emballant et que la patience est de mise.