Le don de surprendre. Certains en disposent, d’autres n’y pensent même pas.

 Disons que Gestev nous a étonnés avec sa dernière annonce.

 Nous savions déjà que le parcours du marathon de Québec allait être modifié. Décision prise dans la controverse et c’est normal. Rappelons que Denis Therrien, l’ex-grand manitou de l’événement, n’abondait pas dans ce sens ainsi que plusieurs autres coureurs. Toutefois, disons que la digestion s’est bien déroulée et que personne n’a eu recours à du Pepto-Bismol !

 Voilà qu’avant même de dévoiler le nouveau parcours, on change la date (12 au 14 octobre) ! Wow ! Ça, c’est du marketing !

 

Le nouveau parcours du marathon de Québec fera-t-il un clin d'oeil à l'original ?

 

Un petit sondage maison nous révèle que les coureurs accueillent cette nouvelle avec enthousiasme, ce qui n’est peut-être pas le cas pour les organisateurs du marathon de Rimouski (1er octobre en 2017), marathon du Fjord à Chicoutimi (7 octobre 2017), de la Vallée de la Rouge, 8 octobre 2017), Bécancour (8 octobre 2017), du P’tit train du Nord prévu pour le 21 octobre 2018, du Mont-Royal (22 octobre 2017) et celui de Magog (29 octobre en 2017).

 Si l’on regarde le tableau, on parle de quatre week-ends consécutifs avec un 42km au Québec ce qui totalise huit marathons. Alors, comment les coureurs réagiront ? D’après vous, existe-t-il une clientèle suffisante pour rentabiliser toutes ces organisations ?

 

Assurément, on verra la ville de Québec sous un autre angle lors de la 21e édition.

 

Concernant Québec, le nouveau tracé représente un attrait non négligeable et pourrait déjouer la tendance des inscriptions. Pour véritablement confirmer l’impact chez les autres structures, il faudra, à mon avis, patienter jusqu’en 2019.

 Ce phénomène se compare à Charly qui opère sa cantine de patates frittes dans un quartier, qui roule au maximum et que soudainement, il voit apparaître un autre commerce semblable qui s’installe non loin et qui apportera de la concurrence. Forcément, sa clientèle risque d’en souffrir et d’écoper. De quel ordre ? L’avenir possède la vraie réponse. On s’entend pour dire qu’il devra redoubler d’ardeur pour sauver les meubles !

 Ce qui incitera plusieurs à conclure : Ce n’est pas gentil ça !

 

Le mois d'octobre comptera huit marathons au Québec en 2018. Est-ce trop ?

 

Je ne me considère pas un expert en marketing et certes que cette décision a été étudiée et réfléchie. Si les responsables du marathon de Québec voulaient vraiment changer leurs dates, pourquoi n’ont-ils pas opté pour le début du mois de novembre, genre, l’une des deux premières fins de semaine ? Je pose la question comme ça.

 Au Québec, en novembre, à ce que je sache,  il n’y a jamais eu de marathon et depuis quelques années, ce mois se veut moins rude qu’auparavant à l’échelle de la température. C’est un peu le même phénomène qui se produisait pour août alors qu’il s’était considérablement réchauffé et graduellement transformé en un ennemi redoutable à cause de la chaleur, aspect qui d’ailleurs influencé les autorités à changer les dates.

 Cependant, je me dois de féliciter Gestev pour son audace et son intention de se mettre à jour, de briser des barrières et de chercher à améliorer leur compétition.

 

Nul doute que le nouveau parcours pèsera lourd dans la balance pour les inscriptions lors de la prochaine édition.

 

J’anticipe une réponse favorable chez les coureurs et Gestev, conscient de la force de sa gestion, (beau jeu de mots) a sûrement conclu qu’elle sortirait gagnante de cette décision. La prochaine édition sera la 21e, ce qui en fait une puissance dans la province pour l’ensemble de l’oeuvre. On doit toutefois se demander si Rimouski, le P’tit train du Nord ou Magog devront encaisser un choc négatif dans de telles circonstances ?

 Sans connaître officiellement l’itinéraire, on a fourni des détails pour donner l’eau à la bouche aux coureurs. Savoir que les départs se dérouleront à la hauteur du Centre des congrès avec les arrivées sur Grande Allée et des installations à la place de l’Assemblée Nationale, représente des caractéristiques qui font déjà rêver.

 Traverser les quartiers de Sillery, Limoilou, Sainte-Foy et le Vieux Québec apportera un intérêt majeur.

 

Le marathon de Québec s'est grandement amélioré au fil des ans. On est loin des premières éditions.

 

Tout s’annonce positif pour le marathon de Québec et on s’aperçoit jusqu’à présent que la démarche publicitaire est planifiée pour tenir le coureur en haleine. Depuis le 20 novembre, ils peuvent s’inscrire aux tarifs réduits, une stratégie qui durera jusqu’au 7 janvier.

 Succès assuré pour le marathon de Québec 2018 ?